" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Grèce: halte à l'intox sur qui va payer la dette....

Publié le 30 Janvier 2015 par injey06

Sur l'air « La cigale et la fourmi », les experts en tout genre veulent nous faire avaler une nouvelle fable. D'un côté la cigale (Grecque) de l'autre les fourmis (L'Allemagne, la France et l'Europe...) et ils développent l'idée que « nous allons payer la dette à la place des grecs ».

Tout cela est mensonge, décryptage :

- D'une part depuis des années les marchés financiers et les banques se gavent sur le dos du peuple Grec. Au plus fort de la crise la Grèce a du se refinancer à des taux exorbitants (15 % et plus). Ainsi sur 10 ans pour 100 euros empruntés la Grèce devait rembourser sur 10 ans : 100 euros de capital plus 93 euros d'intérêts soit un total à rembourser de 193 euros pour 100 empruntés. Sachant que les banques privées à l'époque pouvaient se refinancer à 1 % auprès de la BCE, la marge pour les banque est énorme! En langage populaire on appelle cela une arnaque.

Aujourd'hui la Grèce est contrainte d'emprunter sur les marchés financiers à 9%, soit pour 100 euros sur 10 ans, 52 euros d’intérêts, alors que les banques privées se refinancent à presque 0 %.

-Aujourd'hui les Grecs exsangues financent, via les intérêts versés, la France pour près de 80 millions d'euros par an.

-Loin de la fable les Cigales aujourd'hui ce sont les marchés financiers qui profitent de leur domination politique et économique pour imposer leur loi aux fourmis grecques. Un loi d'autant plus cynique que les politiques d'austérité imposées n'ont fait qu'aggraver la situation. Le PIB à plongé, les salaires et les recettes fiscales se sont effondrés.

-La victoire de Syriza marque un tournant et la volonté d'en finir avec cette logique mortifère où

les seuls intérêts actuels représentent 4,8% du PIB annuel!

-Enfin pour la part des dettes qui devrait être annulée, ils existent des mécanismes, à commencer par les inclure dans le programme de 1100 milliards d’euros de relance de la BCE. C'est de la création monétaire et par la même ces dettes « annulées » ne sont payées par aucun contribuable.

Commenter cet article

plombier paris 2 01/02/2015 14:16

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement