" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Les mauvais comptes de Laurent Joffrin (et de quelques autres...)

Publié le 24 Mars 2015 par injey06

Les résultats du premier tour donnent lieu à beaucoup de commentaires et ouvrent le bal des pleureuses sur le thème « il fallait des candidatures d’union de la gauche au 1er tour », « C’est la faute au Front de gauche… ». Et Laurent Joffrin, grand stratège, le regard pointé sur 2017, livre ce commentaire « unie, la gauche peut gagner ; divisée, elle a déjà perdu ; unie elle est au second tour ; divisée, elle disparait ». Un commentaire qui part sur la projection des présidentielles à partir du score de dimanche (Sarkozy, 30% ; Le Pen : 26% ; Hollande, 24%, Mélenchon : 10% ; Dufflot : 2%) et qui se conclu par un plaidoyer pour une politique de renoncement face aux exigences des marchés financiers. Dans le jargon social-libéral ce renoncement se traduit par « aide aux entreprises dans le but de relancer l’emploi en période de perte de compétitivité », dans la vie de tous les jours ce sont des cadeaux fiscaux aux grands groupes pour préserver et accroitre les dividendes des actionnaires et autres rentiers.

Le raisonnement de Joffrin souffre d’une faille de taille, il ne dit rien sur les raisons de l’effondrement du PS et par la même du total gauche. Pour en rester aux élections cantonales/départementales de 49.3% en 2011 «nous» passons à 36.4% ce dimanche ! Sachant que le Front de gauche est passé au plan national de 8.8 à 9,4%, le score réel du PS et de ses alliés est passé de 40.5% en 2011 à 27% en 2015 !

Les grands stratèges peuvent se livrer à toutes les hypothèses, utiliser le 49-3, « ordonner » des candidatures uniques partout, tripatouiller le découpage des cantons, le mode de scrutin ou bien encore la comptabilisation des résultats, on ne gagne pas une élection quand un gros tiers de vos électeurs ne votent plus pour vous.

Si dimanche prochain des dizaines de départements basculent à droite la raison est là : l’effondrement du PS. Valls et les responsables locaux du PS continueront d’éviter d’assumer ce triste bilan en tentant de faire porter la responsabilité au Front de gauche et à ses candidats. Ceci est une vaste fumisterie, mais la priorité pour ces gens là, c’est de ne pas remettre en cause la politique qu’ils mettent en œuvre.

D’ailleurs il y avait encore plus de cantons où le Front de gauche était présent en 2011 (80% en 2011 contre 75% en 2015), et cela avait été un élément de mobilisation pour battre la droite.

L’avenir n’est pas d’en rester avec la même politique mise en œuvre et de lancer une espèce d’incantation d’une union de la gauche « pour arriver au second tour ». C’est l’échec programmé !

L’avenir c’est à redonner un sens à une véritable politique de gauche, de porter une véritable ambition pour rompre avec les logiques libérales, de rendre la priorité à l’humain et non pas aux exigences des marchés financiers. Le chemin n’est pas simple, mais c’est le seul pour rendre de l’espoir à notre peuple et réenclencher une véritable dynamique à gauche pour gagner.

Au lendemain du second tour c’est le chantier auquel il va falloir véritablement s’atteler….

Quand on regarde la situation où nous sommes, en France et ailleurs, les paroles de Jean Ferrat sont d’une grande actualité :

« C'est un autre avenir qu'il faut qu'on réinvente

Sans idole ou modèle, pas à pas, humblement

Sans vérité tracée, sans lendemains qui chantent

Un bonheur inventé définitivement

Un avenir naissant d'un peu moins de souffrance

Avec nos yeux ouverts en grand sur le réel

Un avenir conduit par notre vigilance

Envers tous les pouvoirs de la Terre et du Ciel »

Commenter cet article

Stef 25/03/2015 18:29

Surtout que avant 2017, il y a 2015 avec les régionales ou il ne faudra pas se louper avec des listes autonomes du Front de Gauche au premier tour obligatoirement.