" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Le gouvernement doit dissoudre les groupuscules d'extrême droite LDJ et BJ

Publié le 20 Mars 2017 par injey06

Le gouvernement doit dissoudre les groupuscules d'extrême droite LDJ et BJ

Des responsables et membres de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité), comme l'an passé, et maintenant du MJCF (Mouvement des jeunes communistes de France) reçoivent des menaces d’une rare violence (menaces de mort ou de viol...) d'un groupuscule fascisant la « Brigade juive » (BJ) et relayé entre autres par la Ligue de Défense Juive (LDJ) qui se déclarent les « défenseurs de l’Etat d’Israël ». BJ et LDJ sont les relais, en France, de l'extrême droite colonialiste israélienne et de la politique de l’actuel gouvernement israélien qui a déclaré une sorte de guerre, en y mettant des moyens considérables, à toute association ou individu qui participe à la campagne BDS International. Ces militants sont ainsi désignés publiquement, leurs adresses et téléphones personnels divulgués sur les réseaux sociaux ; et pris pour cibles d'appels à la haine et d'insultes.

Des plaintes ont été déposées mais le gouvernement français, dont le silence n'est pas compréhensible, doit assurer la protection de ces citoyens qui ont choisi, à travers une campagne pacifique, de faire respecter le droit international et de combattre la colonisation des territoires palestiniens occupés, colonisation qui est un obstacle à une paix juste entre deux peuples et que le Conseil de sécurité de l’ONU a condamnée par sa résolution 2334.

Le Parti communiste français, lui aussi engagé dans la campagne BSD International, est pleinement solidaire des militants de l'AFPS et du MJCF pris pour cibles de ces menaces, et redemande avec la plus grande insistance aux autorités françaises de faire preuve de détermination, de ne pas céder aux pressions des autorités israéliennes. La dissolution de ces groupuscules tel la LDJ s’impose.

Parti communiste français,

Paris, le 20 mars 2017

Commenter cet article