" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Marée populaire

Publié le 24 Mai 2018 par injey06 in marée populaire, 26 mai, PCF, convergences des luttes

Marée populaire

1er mai, 3 mai, 14 mai, 22 mai... Le gouvernement, les « experts », le patronat et les droites, scrutent chaque mobilisation pour s’empresser d’en démontrer « l’essoufflement ». Ils sont tout aussi empressés de profiter d’un effet de sidération pour acter la victoire d’un capitalisme triomphant, celle d’actionnaires repus sous les dividendes sans cesse plus importants au détriment du reste de la société.

Dans cet affrontement de classe, tous les coups sont permis. De la criminalisation de l’action syndicale, au matraquage médiatique permanent des nouveaux chiens de garde en passant par toutes les provocations possibles et imaginables auxquelles le mouvement ouvrier a été toujours confronté.

Un tel déchaînement masque mal la difficulté qu’ils ont à imposer leur choix de société. Là où ils pensaient que le renoncement l’emporterait, ils découvrent une forme de lutte inédite (SNCF), une large unité syndicale (Fonction publique, retraité, cheminots), des secteurs hier ignorés, aujourd’hui sur le devant de la scène (les EHPAD), sans parler du privé où des mobilisations remarquables se déroulent (Carrefour). Loin de se résigner les mobilisations se multiplient, souvent dans la durée, les luttes s’organisent, les revendications s’affirment.

Et aujourd’hui, dans le respect des champs d’interventions respectifs des syndicats, des associations et des partis, les convergences prennent corps. Exceptionnelle par l’ampleur du rassemblement qui s’opère, la marée populaire du 26 mai marque, sans doute, un tournant dans la lutte multiforme d’un peuple qui ne veut pas d’une société où la précarité à vie est la règle.

Samedi 26 mai, soyons nombreuses et nombreux dans les rues de Nice pour faire entendre l’exigence d’égalité, de justice sociale et de solidarité.

Robert Injey

(Éditorial Patriote Cotes d'Azur n° 241)

Commenter cet article