" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Printemps du communisme: Pour réhabiliter l'acte militant!

Publié le 26 Septembre 2018 par injey06

Printemps du communisme: Pour réhabiliter l'acte militant!

Dans le texte soumis au vote des communistes les 4, 5 et 6 octobre, «Pour un printemps du communisme» la première phrase du chapitre consacré au Parti précise : « Un Front commun serait stérile sans un renforcement significatif du Parti Communiste (…) qui puisse mener librement son combat pour le dépassement du capitalisme…. »

Renforcé en terme d’adhérent.e.s, d’implantation géographique, de mise en commun de l'intelligence collective pour réfléchir, décider et agir ensemble.

Mais ce renforcement passe par une revalorisation de l'action militante. De ce point de vue nous avons beaucoup perdu depuis la fin des années 90.

Un chercheur en Sciences politiques qui s'amuserait à faire un comparatif des messages envoyés en 2017 par les forces politiques à leurs adhérents/contacts ne manquerait pas de constater :

 

1/ Beaucoup communiquent pour donner des arguments, mobiliser les militants, préparer des événements.

2/ Les messages nationaux du PCF aux adhérents annoncent essentiellement les passages médias de nos dirigeants. Comme si la principale préoccupation était de montrer que nous « existons». La mise en mouvement n’apparaît pas essentielle. Et si le PCF reste aujourd'hui une force militante c'est surtout dans le prolongement de ce qu'il a été. Nos noyaux militants sont souvent âgés. Encore capables de « tenir » la fête de l'Humanité ou nos fêtes fédérales, le serons nous encore dans 10 ans ?

 

Mais au-delà du nombre il y a l'aspect « qualitatif » du travail militant. Quand on s’intéresse un peu aux pratiques militantes (1) il s'avère que celles qui peuvent nous permettre d'entrer en contact avec des salariés, des nouveaux électeurs, des abstentionnistes sont, et de loin, les moins utilisées. Points de rencontre, phoning et porte à porte sont majoritairement « pas » ou « peu » utilisés. Et si les communistes progressent dans l'appropriation des pratiques numériques, tout ce qui relève d’une présence régulière et de proximité est encore en recul. A la question de savoir s'il y a des points de rencontre ou du porte à porte, des fédérations répondent : « Jamais… »

Illustration d'un réel affaiblissement militant, mais aussi d'une dérive «institutionnelle », le Parti semble bien plus préoccupé de ses élus que des autres militants. De ce point de vue, les textes soumis au vote sont assez symptomatiques. Si «élu-e-s» figure en intertitre dans le texte du CN et celui sur «Manifeste du XXIe siècle», on cherchera en vain dans les intertitres «Militant-e-s» ou même «communistes» au sens des individus. A l'inverse, le texte «Pour un printemps du communisme» est le seul à titrer sur la «Souveraineté militante » ou bien encore «Donner aux communistes les moyens d'agir».

Le risque au prochain congrès c'est de verser dans l'incantatoire et de refaire un relevé de décisions qui, comme en 2016, en restera aux intentions.

Réhabiliter l'acte militant ce n'est pas invoquer le paradigme du militantisme des années 50. Même si la mémoire communiste est forte d'une grande tradition militante, la réalité a beaucoup évolué, le savoir faire s'est souvent perdu.

Avec le « Printemps du Communisme » le choix clairement fait est celui de l'avenir, tout à la fois pour valoriser l'acte militant et notre présence régulière dans la proximité, retrouver un savoir faire mais aussi ré-inventer pour prendre en compte les évolutions du monde. Il ne s'agit pas de faire moins, il s'agit de faire mieux pour permettre à tous les communistes d'être acteurs et pas simplement des spectateurs.

Pour relever ce défi, nous avançons des propositions .

 

1/ Donner un rôle plus important aux sections. Lieu de proximité « c’est là, et non au sommet, que tout doit se débattre et se décider démocratiquement, depuis les choix concernant l’action immé­diate et locale jusqu’aux orientations politiques fondamentales rassemblant toutes celles et ceux qui entendent faire vivre un parti communiste. »

« Notamment au moyen de congrès composés de délégué·e·s de sections et non plus de délégué·e·s départementaux. L’échelon départemental doit se limiter à son rôle de coordination et de mutualisation de l’activité des sections ».

 

2/ Donner aux communistes les moyens d'agir. Il faut donner les moyens aux communistes de pouvoir intervenir et rayonner autour d'eux, que ce soit dans leur quartier ou à l'entreprise. Cela ne s'improvise pas . Pour y contribuer plusieurs propositions :

-  « Rendre lisibles et audibles nos propositions. L’exhaustivité en la matière est l’ennemi de la visi­bilité. Nous dégagerons quelques propositions-phares qui puissent identifier et donner à voir l’ambition des communistes.

-Engager un vaste travail d’éducation populaire avec des outils adaptés (argumentaires, supports vidéos comme « On vous fait un dessin », etc.)

- Retrouver un savoir-faire militant via un dispositif de formation, d’appropriation des nouveaux supports et d’animation de l’activité militante.

- Enfin « il y a plus d’un siècle le mouvement ouvrier, dans sa diversité, n’a eu de cesse d’essayer de créer un média de masse. L’Humanité est la traduction de cette volonté. Aujourd’hui dans les conditions actuelles, avec le développement des réseaux sociaux et des médias numériques, la question se pose de l’existence d’un média internet nouant un rapport existentiel de même nature que celui qui nous lie à l’Humanité. En lien avec l’Humanité, ce défi nous voulons le relever ! »

3/ Renforcement. Il n'y aura pas de « Printemps du communisme » si le collectif militant ne se renforce pas considérablement, en commençant par exemple à nous adresser aux dizaines de milliers de camarades, de militants, qui ont quitté le Parti ces dernières années.

L'ambition que nous pouvons nourrir est grande à la condition de savoir, dans le même mouvement, mener un travail utile et efficace pour faire converger les forces anti-libérales et créer les conditions d'un renforcement du Parti avec une réhabilitation de l'acte militant sans lequel rien ne sera possible.

Robert Injey

(1): En 2015 et en 2017 après la séquences électorales un questionnaire (le même ) a été envoyé aux fédérations pour interroger sur les pratiques militantes et leurs évolutions entre les deux scrutins.

Commenter cet article