" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Samedi 23 mars: Nice otage des manoeuvres politiciennes et des incompétents

Publié le 25 Mars 2019 par injey06

Samedi 23 mars: Nice otage des manoeuvres politiciennes et des incompétents

 

"Mais il y aura toujours, n’oubliez pas cela, Winston, il y aura l’ivresse toujours croissante du pouvoir, qui s’affinera de plus en plus. Il y aura toujours, à chaque instant, le frisson de la victoire, la sensation de piétiner un ennemi impuissant. Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain... éternellement. »

George Orwell:1984 - Troisième Partie - Chapitre III-- 



 

Samedi 23 mars : Nice otage des manœuvres politiciennes et des incompétents

 

Nous tenons avant toute chose à exprimer toute notre solidarité à Geneviève et à sa famille. Geneviève, militante des droits de l’homme et de la femme, très appréciée pour sa disponibilité et son engagement a été  gravement blessée samedi 23 mars par une charge de CRS, alors qu’elle manifestait avec  un drapeau arc-en-ciel symbole de la Paix.

 

Ce qui c'est passé à Nice est l'illustration des dérives d'un pouvoir qui cherche par tous les moyens à criminaliser et à réprimer non pas les vrais casseurs mais les femmes et les hommes qui agissent pour le bien commun. Nous avons déjà une longue habitude de cet acharnement dans notre département avec un Préfet, Georges-François Leclerc, qui s’acharne contre les citoyens solidaires de la Roya.

 

Samedi 23 mars, sur Nice, une étape supplémentaire vient d'être franchie dans la gestion du maintien de l'ordre qui crée plus d'incidents qu'elle n'en prévient. Les responsabilités des pouvoirs en place sont immenses. 

 

-Il y a d'abord un pouvoir central qui cède devant les lubies sécuritaires d'un maire  qui fait bloquer la cinquième ville de France. Depuis le 17 novembre aucun incident n'a marqué les initiatives des Gilets Jaunes à Nice dont l'attitude pacifique est une des principales caractéristiques. Mais samedi 23 mars , Christian Estrosi dans une logique électoraliste et sur la base de rumeurs fantaisistes, jamais confirmées, a joué sur les peurs. Sous la menace de hordes annoncées mais dont la moindre ombre n'a jamais été aperçue, Nice était en état de siège, une  ville  paralysée, de nombreux commerces  fermés.

 

- Comme tous les samedis les communistes étaient présents place Garibaldi, nous n'avons pu que constater  un déploiement policier indécent eu égard à la réalité d'une menace qui n'a jamais existé sur Nice.  Quelques dizaines de personnes présentes sur la place, moins d'une demi douzaine de gilets  jaunes. Face à cela un déploiement policier pour cerner - au sens propre- quelques dizaines de personnes. Faisant preuve d'un manque total de discernement  sur qui étaient présents effectivement sur la place Garibaldi (GJ, badauds, curieux, touristes...) le commissaire Rabah Souchi a fait charger. Des personnes, souvent âgées ont été bousculées par les forces de l'ordre,  Geneviève  a été   blessée dans sa chute provoquée par une charge et se trouve dans un état inquiétant.  C'est inadmissible, d'autant que les premiers secours, les Street medics, se sont vu interdire d'intervenir dans les premiers instants, les plus cruciaux dans ces situations.

 

Dans l'après midi, toujours sous les ordres de Rabah Souchi, les forces de l'ordre, face à une foule pacifique, n'ont en rien favorisé un déroulement d'une manifestation dans un secteur non interdit. La recherche de l’incident était évidente. La police a procédé à des tirs de LBD et de gaz lacrymogènes alors qu'il n'y avaient plus que quelques dizaines de personnes. Une nouvelle fois une utilisation disproportionnée de la force et ce n'est pas la première que sous les ordres de Rabah Souchi une manifestation pacifique se termine sous les gaz lacrymogènes.

Quant au nombre d'interpellations (80, plus qu'à Paris) en l’absence totale de casseurs nous nous interrogeons sur les motivations réelles. Faire du zèle pour faire du chiffre et justifier ainsi l'usage disproportionnée de la force semble en réalité être la seule explication.

 

Tout au long de la journée nous avons pu constater   le manque de discernement des autorités et la démesure du dispositif qui auront surtout pénalisés des hommes et des femmes qui depuis 4 mois manifestent pacifiquement, des badauds et des touristes qui ont eu le tort de se trouver là et  les commerces du centre ville.

 

Le droit de manifester est un des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution de la République, il ne peut être sacrifié en aucun cas pour des manœuvres politiciennes d'un élu ou l’incompétence d'un officier, fut-il commissaire.

 

Enfin une dernière remarque, la déclaration de Macron "Je lui souhaite un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse", est nouvel exemple du mépris du personnage. Geneviève, militante humaniste et pacifiste, n'a pas de leçon de sagesse à recevoir du Méprisant qui squatte  l'Elysée.

Philippe Pellegrini Robert Injey

PCF Nice

Commenter cet article

ASIN Didier 26/03/2019 19:02

On ne peut qu'approuver.