" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

General Electric: un nouveau scandale d’Etat.

Publié le 29 Mai 2019 par injey06 in generalelectric

General Electric: un nouveau scandale d’Etat.

Tout un symbole. Alors que les résultats définitifs des européennes venaient à peine d'être publiés, la direction  de General Electric (GE) annonçait ce mardi la suppression de 1000 emplois en France. C’est un nouveau scandale d’Etat.

Scandale car le 28 mai 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, en visite sur les sites industriels énergie et transport d’Alstom, annonçait que  « Belfort a un avenir industriel. ». Une annonce faite en pleine négociation de la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric.

Scandale car l’entreprise américaine est dirigée depuis quelques mois en France par Hugh Bailey qui était directeur des affaires publiques de GE France depuis 2017.

Hugh Bailey, a donc rejoint GE en 2017, après avoir été conseiller pour les affaires industrielles et le financement à l’export au sein du cabinet d’Emmanuel Macron alors Ministre de l’Economie du gouvernement Valls (2014 et 2016). Le   même Emmanuel Macron qui avait piloté la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric quand il était secrétaire général adjoint de l’Elysée auprès de François Hollande.

Cette situation est indécente !

Elle illustre la porosité qui existe entre le milieu des affaires  et la vie politique.

«On participe à la négociation de la vente et après on se fait embaucher par l’acheteur!»: voilà une pratique fréquente! Nous ne sommes plus confrontés à une simple coïncidence, c’est une véritable stratégie de dépeçage du potentiel industriel de notre pays au profit des seuls actionnaires.  Aujourd’hui c’est le secteur industriel, mais les mêmes, Macron en tête, agissent d’ores et déjà pour livrer des pans entiers de nos services publics aux “amis” dans le privé.

Le président Macron et son gouvernement, lors du dernier scrutin, n’auront reçu le soutien que de 10 % des inscrits sur les listes électorales. Pourtant ils sont plus déterminés que jamais à brader notre pays.

Parvenir à les mettre en échec reste un objectif prioritaire.

Robert Injey

Commenter cet article