" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Carola Rackete 

Publié le 5 Juillet 2019 par injey06

Carola Rackete 

Mardi, un tribunal d’Agrigente, en Sicile, a levé l’assignation à résidence de Carola Rackete. La capitaine du navire de l’ONG allemande Sea-Watch 3 avait été arrêtée, ce week-end, à Lampedusa après y avoir accosté de force avec 41 migrants secourus au large de la Libye. 

Voilà plus de deux semaines que le Sea- Watch 3 tournait en rond dans les eaux internationales avec, à son bord, 41 Africains sauvés en mer. Matteo Salvini a parlé d’« un acte criminel, un acte de guerre », déclarant qu’il espérait davantage de sévérité de la part de la justice et promettant d’expulser le plus tôt possible la capitaine. 

Nous sommes confrontés, une nouvelle fois, à la volonté de criminalisation des citoyens qui viennent en aide aux réfugiés, qui plus est dans le cas présent, des naufragés. 

À l’image de Matteo Salvini, l’extrême droite française et la droite extrême ne manquent pas de stigmatiser ces hommes et ces femmes qui font acte de solidarité, les accusant même d’être complices d’un trafic humain avec les passeurs. 

Ce sont les mêmes, les Salvini, Le Pen qui veulent faire inscrire les « origines chrétiennes » dans la Constitution européenne. Les valeurs de solidarité et de partage, nous en sommes loin avec ces gens-là. Sans doute rêvent-ils d’un temps où les naufragés étaient considérés comme méritant leur châtiment et par là même rejetés en mer ou réduits en esclavage. C’est pour mettre fin à ces abus que des textes en France ont été promulgués, comme l’ordonnance de Louis IX (Saint Louis ) en 1221, plaçant les naufragés sous la protection royale. 

En défiant Matteo Salvini, Carola Rackete, la jeune capitaine du Sea-Watch 3, ne fait que respecter une règle, parfois millénaire, qui est de porter secours en mer. 

Elle donne à voir l’image d’une Europe qui devrait être solidaire et une Europe qui doit refuser de laisser mourir en mer, ou ailleurs, des hommes, des femmes, des enfants dont le seul crime est d’être victimes des guerres, des trafics ou bien encore du réchauffement climatique. 

Le combat de Carola Rackete est le nôtre. C’est celui de l’espoir en l’humanité contre l’obscurantisme.

Robert Injey 

Commenter cet article