" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Ouverture le dimanche: Estrosi harcèle les salariés du commerce

Publié le 30 Juillet 2010 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Le 26 Mars, le conseil municipal prenait une délibération pour demander le classement de la ville de Nice en zone touristique. Une demande ouvrant droit, dans le code du travail, pour les « établissements de vente au détail situés dans le périmètre, de donner le repos hebdomadaire par roulement pour tout ou partie du personnel. »

 En d’autre terme, un périmètre-assez grand- à l’intérieur duquel tous les commerces de détail non alimentaires pourraient déroger de plein droit au principe du repos dominical , contraignant pas la même des milliers de salariés à travailler ce-jour là.

Mais il y a une condition à cela : que le préfet établisse la liste des communes concernées.

Pour des raisons inconnues le Préfet des Alpes-Maritimes n’a pas publié cette liste.

Qu’à cela ne tienne : Christian  Estrosi prend un arrêté, le 28 Juillet pour remplacer les dimanches traditionnellement ouverts en décembre par les dimanches 1er, 8 et 15 Août.

Une véritable soumission du politique à la volonté patronale, qui anticipe sur les décisions souveraines du représentant de l’Etat !

Un passage en force qui méprise les salariés de cette ville se retrouvant dans l’obligation –en 3 jours !- de travailler le dimanche.

Une situation d’autant plus inique quand les salariés concernés, ceux du commerce, sont les plus précarisés et les moins bien protégés devant l’arbitraire patronal.

Cette mesure du maire de Nice est à l’image de la politique que mène le gouvernement UMP : une politique qui ne connait que l’intérêt des puissances de l’argent.

Robert Injey, Emmanuelle Gaziello

Conseillers municipaux de Nice

commentaires

Pitoyable tentative pour faire taire un élu communiste

Publié le 30 Juillet 2010 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 

Suite à l’expulsion locative d’une personne, âgée et malade, effectuée le 11 mai 2010, Gérard PIEL, élu communiste,  conseiller régional PACA, président du groupe «Front de Gauche», conseiller municipal d’Antibes est mis en cause par une plainte d’un huissier de justice.

 

Présents à chaque expulsion locative prononcée, agissant avec les mal-logés, dénonçant l’apartheid social existant dans la ville d’Antibes et dans notre département, les communistes d’Antibes et en l’occurrence Gérard PIEL, dérangent.

 

Ils dérangent celles et ceux, pouvoirs publics en tête, qui préféreraient expulser en silence, exécuter   ces procédures inhumaines en catimini.

 

Nous dénonçons cette opération d’intimidation pour faire taire un des animateurs du collectif

« pour le droit au logement pour tous ».

 

Au nom des communistes des Alpes-Maritimes, nous soutenons Gérard PIEL face à une pitoyable tentative pour entraver son engagement politique, social et humain.

Nous invitons toutes celles et tous ceux qui refusent la dérive sécuritaire, l’autoritarisme et une justice au service des puissance de l’argent, à nous rejoindre pour dire non aux injustices sociales et continuer à lutter aux côtés des populations fragilisées  par la politique de l’UMP.

 

 

Robert INJEY                                                                                   Cécile DUMAS

06 64 92 13 13                                                                               06 84 61 16 15

commentaires

Crise sociale et politique

Publié le 17 Juillet 2010 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 Les incidents qui ont opposé à Nice,  vendredi 16 juillet,  policiers et pompiers –qui défilaient côte à côte deux jours avant- à Nice illustrent à leur manière la profonde crise politique et sociale à laquelle est confronté notre pays.

 

L’interdiction de manifester, le recours à la force, les menaces de sanctions judiciaires constituent-ils aujourd’hui la conception du dialogue social du gouvernement ? 

 

Nous pouvons le craindre quand le Président de la République lui-même déclare que « sa » réforme des retraites se fera quoiqu’il advienne.

 

Un président  et un gouvernement dont chaque jour qui passe montre un peu plus la connivence poussée jusqu’à l’indécence avec les puissances de l’argent, véritable  délitement du pacte républicain.

 

Criminaliser les manifestations pacifiques, refuser de recevoir les délégations, menacer de sanction judiciaire, cela ne suffira pas à faire taire la colère, le ras bol de notre peuple à l’égard d’un gouvernement totalement discrédité.

 

Elus communistes nous soutenons les pompiers et l’ensemble des salariés dans leurs revendications sur les retraites.

 

 

Robert Injey, Emmanuelle Gaziello
commentaires

Woerth/Bettencourt: les Français ont la nausée

Publié le 6 Juillet 2010 par dans Luttes sociales

Le spectacle que nous livre la droite est affligeant. Reflet d'un système où la logique du fric prédomine sur tout le reste. Cette droite au seul service des puissances de l'argent  semble perdre non seulement le sens de l'intérêt général, mais aussi celui des réalités auxquels est confronté de notre peuple. Ci dessous la déclaration de Pierre Laurent aujourd'hui.
R. Injey

 

"Devant le feuilleton affligeant déroulé par le gouvernement, les Français ont la nausée. Chaque jour, des révélations nouvelles nous en apprennent un peu plus sur les liaisons dangereuses entre le « fric » et le pouvoir de Nicolas Sarkozy.

Alors que des millions de Français, frappés par sa politique, peinent à boucler leurs fins de mois, on découvre ce que les dirigeants de la droite, qui occupent aujourd’hui les plus hautes fonctions de l’Etat, doivent à leurs relations avec les premières fortunes de France. C’est écœurant !

Pour échapper à la colère populaire, le marionnettiste de l’Elysée tire des ficelles de plus en plus grosses sacrifiant les uns pour mieux sauver les autres. En réalité, c’est le spectacle tout entier de la politique gouvernementale qui doit s’arrêter.

Le gouvernement doit cesser de passer en force. Sa politique est condamnée. La démocratie doit retrouver ses droits et la dignité sa place dans la conduite des affaires publiques.

Plutôt qu’un jeu de chaises musicales destiné à amuser la galerie sans rien changer, la situation exige du gouvernement trois mesures immédiates.

- L’abandon de son projet de réforme des retraites. Le projet de loi doit être retiré de l’ordre du jour du Conseil des ministres et du Parlement, et le dossier retiré à Eric Woerth.
- Le bouclier fiscal doit être supprimé et les fonds récupérés mis au service de l’emploi public et du pouvoir d’achat populaire.
- Les attaques contre la démocratie doivent cesser et le projet de réforme des collectivités territoriales que le gouvernement cherche actuellement à imposer au Sénat immédiatement abandonné."

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

Paris, le 6 juillet 2010.

commentaires