" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Ciotti désavoué par la totalité de représentants la communauté éducative

Publié le 31 Janvier 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Le commnuiqué de presse,  ci-dessous, de la FCPE, fait état du vote du conseil supérieur de l'éducation sur la loi Ciotti. 100% de contre il faut le faire....Cela en dit long sur le décalage des leaders des Alpes-Maritimes  de l'UMP et les réalités de notre société.

Circulaire sur la loi Ciotti : 100 % des voix contre au Conseil supérieur de l’éducation ! - 27 janvier 2011 :

Le Conseil supérieur de l'éducation s'est opposé aujourd’hui, jeudi 27 janvier, à la circulaire d’application de la loi Ciotti qui prévoit la suspension des allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire. La FCPE demande aux parlementaires de revenir sur la loi Ciotti.

 


Le Conseil supérieur de l'éducation s'est opposé aujourd’hui, jeudi 27 janvier, à la circulaire d’application de la loi Ciotti qui prévoit la suspension des allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire.
Ce texte scandaleusement injuste a obtenu 100 % des voix contre !
Le CSE, qui représente, toutes tendances confondues, enseignants et personnels non enseignants, lycéens, parents d’élèves, étudiants et collectivités territoriales, chefs d’établissement, partenaires sociaux, a rejeté la circulaire d’application par 53 voix.
Chacun sait pertinemment qu’aucune application de ce texte ne fera revenir en classe les enfants dits «absentéistes» !
La FCPE demande par conséquent aux parlementaires de revenir sur la loi Ciotti.
commentaires

Nice, Netanya et la Palestine.....

Publié le 29 Janvier 2011 par dans Conseils municipaux et communautaires

Plus d’une centaine de délibérations au conseil municipal de Nice ce vendredi. Dans le lot une subvention de 40 000 euros à l’Université de Nice pour une opération avec le Netanya Academic Collège en Israël. Comme à chaque fois que l’on aborde ce type de délibération, à mes propos équilibrés (ci-dessous mon intervention)  j’ai eu droit à des réponses guerrières d’une ancienne adjointe de Peyrat et de Rudy Salles (qui fut par le passé président du groupe d’amitié France-Israël au parlement). Un climat hostile qui en dit long sur le chemin à parcourir….

 

 

« Plusieurs aspects me dérangent dans cette délibération attribuant 40 000 euros à l’université de Nice pour un partenariat avec le Netanya Academic Collège, et cela pour deux raisons :

 

D’une part sur les critères d’attribution des bourses (nb : 25 bourses à 1200 euros). Dans la délibération qui nous est présentée nous parlons « d’étudiants, de touristes ou de résidents Israéliens ». Là déjà je suis interrogatif sur le fait d’attribuer des bourses à des « touristes ». Mais de plus en lisant les publications du Netanya Academic College, on ne parle pas tout à fait de la même chose. Là la publication fait état « d’étudiants francophones immigrants ou touristes ».

 

J’ai le vague sentiment que nous contribuons au  programme volontariste d’immigration choisie engagé par le gouvernement Israélien. Qu’un gouvernement mène se type de politique n’attire pas – à priori-  de remarque particulière. Mais là nous sommes plus dans un cas général, mais dans le contexte bien particulier   de la poursuite d’une colonisation illégale des territoires Palestiniens. Une colonisation  condamnée par l’ensemble de la communauté internationale. Même le Président des USA « regrette sa poursuite »….

 

D’autre part  cette délibération s’inscrit dans le prolongement d’un traitement « déséquilibré » de la part de notre commune sur les questions ayant trait à cette partie du monde.  De ce point de vue nous pourrions avoir une ambition pour Nice, qui préside le réseau EuroMed et à la prétention de le présider de nouveau. Une ambition  porteuse d’exigences de paix juste et durable.

Mais je constate :

 

Quand la ville rend, à juste titre hommage, à Isaak Rabin vous avez refusé notre proposition (nb : des élus communistes) d’y associer Yasser Arafat qui fut prix Nobel de la Paix avec Rabin.   

 

Quand vous exprimez , avec raison, votre solidarité au soldat Gilad Shalit détenu depuis plus de 1600 jours, vous refusez d’y associer le franco palestinien Salah Hamouri victime d’une parodie de procès et détenu depuis exactement 2142 jours.

 

Aujourd’hui c’est le même déséquilibre et c’est regrettable pour une ville qui préside le réseau Euroméd.

 

Pour notre part,  aujourd’hui nous voterons contre cette délibération.  Et à l’avenir nous voterons pour si une telle délibération est associé à une autre délibération en faveur d’une université palestinienne.

 

Monsieur l’Adjoint vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a 90 000 étudiants dans les 11 universités Palestiniennes.

 

Si vous ne les connaissez pas, je peux vous en énoncer quelques-unes , vous n’avez que l’embarras du choix : Université de Bir Zeit, Université de Naplouse, Université De Bethléem, Université D’Hébron, Université ouverte de Jérusalem, Université Américaine de Jénine.

commentaires

Estrosi, les soldes, la Tunisie: la suite.....

Publié le 24 Janvier 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 

Quelques jours après le communiqué ahurissant du maire UMP de Nice sur le thème «nous nous félicitons que la manif de soutien à la Tunisie n'ai pas gêné l'activité commerciales liées aux soldes » la majorité UMP de Nice, vient de récidiver au travers de son 1er adjoint Benoit Kandel.

En l'occurrence celui-ci critique la tenue d'un rassemblement de soutien samedi 21 janvier à la révolution Tunisienne en raison de « la période des soldes».

Une fois, dans le meilleur des cas c'est une profonde «maladresse», une seconde fois, cela n'est plus de la maladresse mais traduit plus profondément un mépris total à l'égard d'un peuple qui sort de 23 ans de dictatures. Facile de comprendre après des réactions de ce type que le gouvernement français n'ai pas pris la mesure del'ampleur du mécontentement en Tunisie....

commentaires

Estrosi, les soldes, et la Tunisie

Publié le 18 Janvier 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Samedi la ville de Nice a connu sans nul doute une des manifestations les plus émouvantes de ces dernières années. Une manifestation où se mélaient tout à la fois, la liesse des Tunisiens, leur joie de voir Ben Ali fuir, mais aussi  leur détermination à  ne pas se laisser voler leur victoire.

Dans ce contexte on aurait pu croire que le maire de Nice, à défaut d'avoir soutenu, hier, les démocrates victimes de la dictature Ben Ali, exprime aujourd'hui sa solidarité avec ce peuple. Et cela d'autant plus que Nice est la capitale du réseau Euromed. Et bien non, voici le communiqué publié par la ville de Nice au soir de cette journée de samedi :

 

« Aujourd’hui à Nice - Manifestation de la communauté tunisienne

Christian Estrosi, Député-Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur, tient à remercier l’ensemble des forces de l’ordre qui a encadré aujourd’hui, à Nice, la manifestation de la communauté tunisienne.

Le dispositif de sécurité mis en place, ainsi que l’étroite collaboration entre la Police Municipale et la Police Nationale, ont permis que l’activité commerciale, en cette période de premiers jours des soldes, se poursuive dans les meilleures conditions. »

 

Un peuple vient de retrouver sa liberté, sa diginté et la seule préoccupation de C. Estrosi  c'est que rien ne soit venu géner "l'activité commerciale".

Tout au long de la "Révolution du Jasmin" le gouvernement français a  été pitoyable, soutenant jusqu'au bout Ben Ali, proposant ses services pour maintenir l'ordre.... le maire de Nice lui aussi n'aura pas brillé dans cette période.

 

Robert Injey

commentaires

"Nous allons finir par tuer des patients!" (Témoignage)

Publié le 17 Janvier 2011 par dans Luttes sociales

Au scandale du Médiator, qui illustre dramatiquement les dérives d'une santé livrée aux appétits financiers, le témoignage -ci-dessous- de Loic Pen, médécin urgentiste à Creil, met en évidence les conséquences   terribles  de la liquidition de l'hôpital public. Loic Pen nous invite à demander des comptes à celles et ceux qui, localement, mettent en ouevre cette liquidation....

RI

 

 

« Une vielle dame hurle qu’elle veut retourner chez elle. Plus loin d’autres personnes âgées gémissent ou tremblent de peur dans cet environnement inquiétant. Certaines se sont urinées dessus. Ailleurs, c’est un patient en chimiothérapie qui s’est aggravé. Dans ce coin c’est une patiente délirante attachée à son brancard… . Faute de place, ils sont une vingtaine dans le couloir des urgences de Creil. C’est un chiffre moyen, une journée ordinaire.

Ils sont entassés les uns sur les autres sans intimité. L’infirmière court partout, débordée. C’est une professionnelle expérimentée. Elle est depuis plusieurs années aux urgences. Elle me dit qu’elle a envie de pleurer. L’interne, quant à elle, a déjà craqué, de même qu’une infirmière plus jeune que j’aperçois en larme.

Pour ma part, je suis coincé au déchoquage avec un patient entre la vie et la mort… je ne les aiderai pas.

 

« Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale c’est qu’on s’y habitue » Simone de Beauvoir

Cela fait environ 6 ans que cela dure et c’est de pire en pire.

Il y a 6 ans, nous étions 19 médecins temps plein, nous sommes désormais 17, nous devrions être 25. On compense par des heures supplémentaires…

Récemment, en faisant la visite un lundi matin, j’ai trouvé deux « pré-infarctus» ignorés depuis 48 heures et un patient en arythmie cardiaque que l’on n’avait pas anti-coagulé et qui risquait l’accident vasculaire cérébral.

Après un moment de colère, j’ai pris connaissance de la situation aux urgences 48h avant : Critique ; des patients partout, des équipes débordées. Les médecins qui ont vu ces patients, je les connais depuis des années. D’excellents professionnels, particulièrement rigoureux. Ca peut m’arriver ; ça va m’arriver. Cette fois ci nous avons de la chance, tout fini bien. Nous allons finir par tuer des patients.

 

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.

Si les urgences de Creil sont particulièrement en difficulté, cette situation n’est pas isolée. Partout, les urgences et les hôpitaux souffrent, c’est partout la même politique de liquidation de l’hôpital public.

En changeant le mode de financement de nos hôpitaux, les gouvernements de ces dernières années ont rendu les hôpitaux publics déficitaires. Aujourd’hui, ils s’appuient sur ces déficits qu’ils ont provoqués pour justifier la casse.

Cette casse sert à dégager le terrain pour le secteur privé lucratif. Le service public est rendu incapable de remplir ses missions, reste le service payant.

Tout s’accélère, la fusion démolition des hôpitaux de Creil et de Senlis est en route. La direction commune de ces hôpitaux a été votée. Nos services sont mis à genoux. Il restera à ramasser les morceaux pour un regroupement peau de chagrin.

Travailler plus pour gagner moins.

En fin d’année, la direction de l’hôpital de Creil a décidé de modifier le mode de comptabilisation des heures des médecins du pôle urgence, réanimation, anesthésie. Avec l’instauration d’un comptage plus défavorable aux médecins, le but de la manœuvre semble être de faire encore des économies. Devant cette situation, les médecins dans leur majorité ont décidé de ne plus travailler que 40 heures hebdomadaire et de ne plus faire d’heure supplémentaire.

Des anesthésistes qui travaillent moins, ce  sont des interventions chirurgicales en moins. Des réanimateurs qui ne font plus d’heures supplémentaires, ce sont 4 lits fermés sur les 12 que compte ce service pourtant vital. Et pour les urgences, ce sont des médecins en moins à l’accueil du patient. Certains jours, il pourrait n’y avoir que deux médecins là ou il y en a 5 actuellement. Ca peut arriver, ça va arriver.

On ne peut plus demander aux professionnels de santé d’assumer les aberrations des politiques de santé. Nous avons une responsabilité collective à nous indigner et à résister.

 

« Le motif de la résistance, c’est l’indignation » Stéphane Hessel

Nous devons tous nous préoccuper de ce qui arrive dans nos hôpitaux. L’indifférence serait la pire des attitudes. Si nous ne résistons pas c’est le droit à la santé pour tous qui va disparaître. La situation est inadmissible, tout ce qui permettait un contrôle démocratique des hôpitaux (instances comprenant des élus, des syndicalistes, des professionnels, des usagers, avec de vrais pouvoirs) a été balayé par la loi Bachelot. Cette loi transforme les directeurs en dictateurs d’hôpitaux. Eux-mêmes sont sous la coupe de l’Agence Régionale de Santé et in fine du ministre lui-même. Adieu démocratie locale, adieu autogestion, bonjour technocratie autoritaire !

Cette situation est dénoncée dans l’appel des soignants du MDHP (Mouvement de Défense de l'Hôpital Public) qui explique le conflit éthique entre le devoir d’assurer la qualité des soins et l’exigence de rentabilité financière

 

« Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu » Bertolt Brecht.

Au-delà de l’appel des soignants, c’est à chaque citoyen qu’il incombe de s’exprimer.

Intervenez auprès de vos élus.

 Les députés de droite d’abord dont la responsabilité est immense mais aussi tous les élus locaux du maire au conseiller général. Demandez des comptes à ceux qui soutiennent la fusion des hôpitaux. Demandez-leur s’ils mesurent le désastre en cours.

Faites pression pour qu’ils exigent un moratoire sur la fusion des hôpitaux de Creil et de Senlis et une commission d’enquête incluant des élus, des usagers, des syndicalistes, des professionnels de terrain pour en mesurer les effets.

Qu’ils écrivent au préfet, au ministre, au directeur d’ARS pour demander des comptes.

Exigez une subvention d’équilibre de l’état pour apurer les déficits des hôpitaux de Creil et de Senlis. C’est la seule façon d’en finir avec les plans de retour à l’équilibre qui détruisent l’hôpital. C’est la seule façon de repartir sur le seul indicateur valable : les besoins de santé publique.

Nous avons besoin de démocratie, besoin de véritables assises départementales de la santé. Nous ne devons plus laisser les décisions à des responsables coupés des réalités quotidiennes.

J’interviens ici comme médecin et comme militant politique, un mélange des genres qui me sera reproché. Mais mon métier me fait obligation de dénoncer la situation  dangereuse pour les patients et mon engagement le devoir de me battre avec vous pour changer cette politique.

Alors allons-y !! Allez vraiment voir vos élus, ne cédez pas à l’indifférence, c’est un enjeu pour maintenant et pour demain. »

Loïc PEN, médecin urgentiste à Creil.

commentaires

DSK, le FMI et la Tunisie...

Publié le 15 Janvier 2011 par

 

commentaires

La cour des comptes et le partenariat public-privé (PPP)

Publié le 14 Janvier 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

A l'heure où les partenariat public-privé tendent à se développer, il est inteéessant de lire un avis exprimé par la Cour des Comptes en 2008.

Ainsi à  propos du Centre des Archives Diplomatiques du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, la Cours des Comptes dans son rapport annuel 2008 indiquait en « conclusion et recommandations » :

 

            « De manière générale, cette opération pose la question des conséquences

budgétaires et financières des opérations de partenariat public-privé notamment dans

le cas des autorisations d’occupation temporaire du domaine public. Cette formule apparaît inopportune s’agissant d’un service public non marchand puisqu’en l’absence de recettes

 elle fait entièrement reposer sur les finances de l’Etat une charge disproportionnée au

 regard de l’allègement de la charge budgétaire immédiate qu’elle permet sur le montant

d’un déficit comme celui de la dette publique.

 

            La Cour incite  à une réflexion approfondie sur l’intérêt réel de ces formules

innovantes qui n’offrent d’avantage qu’à court terme et s’avèrent finalement onéreuse à

moyen et long termes. »

 

  Pas grand chose à rajouter, sauf que pour la seule opération Nice-Stadium pour un invessitessement initial de Vinci de l'ordre de moins de 160 millions d'euros, la ville de Nice versera en redevance sur 27 près de 300 millions d'euros. Sans compter -pour celles et ceux que le dossier intéresse- les cadeaux, à l'image du bail à construction pour 30 000 m2 SHON au profit du filiale de Vinci.

Il y avait une ancienne expression populaire "il n'y a pas de petit profit", avec le PPP elle se transforme en "il n'y a que des gros profits"

commentaires

Solidarité avec le peuple de Tunisie

Publié le 12 Janvier 2011 par dans international

Le limogeage du minstre tunisien de l'interieur semble être un écran de fumée pour masquer une amplification de la répression en Tunisie. Ainsi J Hamma Hamami, porte parole du Parti communiste des ouvriers de Tunisie, vient d'être enlévé ses dernières heures à son domicile par les "forces de l'ordre" .

 

Dans une déclaration du PCF, Pierre Laurent  "exige sa libération immédiate. Hamma Hamami a été arrêté pour ses opinions et ses déclarations. Le Président Ben Ali et son clan montrent, une fois encore, leur volonté de briser toute résistance et toute opposition politique démocratique. J’exprime la solidarité du PCF avec Hamma Hamami, avec l’ensemble des forces progressistes tunisiennes qui agissent pour le départ de Ben Ali et pour un véritable changement de régime, qui puisse enfin donner une chance aux libertés et à l’établissement d’un État de droit digne de ce nom en Tunisie. Le gouvernement français ne peut pas rester complice de cette situation. Il doit impérativement la dénoncer ! Le PCF appelle à la plus large manifestation, partout en France, samedi 15 janvier 2011 en soutien au peuple de Tunisie qui lutte pour ses droits".

commentaires

LGV: l'échec de Christian Estrosi!

Publié le 11 Janvier 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

L'ancien ministre, qui n'a de cesse de vanter soit sa proximité avec le président de la République soit le fait que  Nice Côte d'Azur est la principale communauté urbaine à direction UMP de France, est en échec. Le dossier LGV n'avance plus et une  signature d'intention avec Gênes et autres effets d'annonces avec l'Italie n'y changeront rien. Nice sera au mieux déservie par une ligne à grande vitesse en 2035, c'est à dire jamais. Et croire que l'Italie va s'engager dans la construction d'une ligne à grande vitesse dont le terminus serait à Nice c'est prendre les niçois et les niçoise pour des idiots.

Aujourd'hui si un dossier aussi important que la LGV est en échec c'est de la responsabilité des élus UMP d' Aix, de  Marseille et de Toulon qui  ont eu comme seule préoccupation d'imposer le tracé littoral dont le coût -et pour cause-ne cesse d'exploser. On nous parle de 15 milliards alors qu'au départ le coût était de 7.

Et pendant que ce dossier s'enlise,  l'A8 ne cesse de s'élargir...

Chrisitan Estrosi est toujours très prompt à affirmer qu'il a le bras long jusqu'à Paris... pour l'instant la longueur de son bras n'aura pas été très utile  pour  faire avancer  du moindre centimètre le dossier de la LGV...

commentaires

Vallée béton: Nous y sommes!

Publié le 4 Janvier 2011 par dans Conseils municipaux et communautaires

 

Il n'aura pas fallu attendre très longtemps pour savoir l'opération qui se tramait derrière le projet Nice Stadium et la zone adjacente considérée comme « zone à haute fréquentation commerciale »: c'est Ikéa!

Loin d'une éco-vallée, la plaine du Var va se couvrir entre le littoral et lingostière d'une succession de parkings, d'autoroutes et de grandes surfaces. Certes C. Estrosi annonce que « c'est la dernière grande surface à être autorisé et qu'il ne sera pas favorable à d'autres implantation de cette dimension ». Et pour cause, on peu faire difficilement plus grand. Ikéa Vitrolles c'est 25000m2 à comparer au 14800m2 de Carrefour lingostière!

On mesure mieux le cadeau fait à la société Vinci avec, dans le cadre de la construction du Nice Stadium, la possibilité pour cette société de louer un bail à construction de 30000m2 à une de ses filiales. Le rapport locatif pour Vinci est sans commune mesure avec le coût du stade, il peut avoisiner les 1000 € annuel par m2.

Une belle opération pour les multinationales, au détriment du commerce de proximité en centre ville qui va se vider un peu plus. ….


Ci dessous la déclaration du groupe au conseil municipal.

 

« Déclaration après déclaration, l’avenir de la plaine du Var est dévoilé . Et l’avenir n’est pas vert. Monsieur Estrosi cède à Vinci 30.000 m2 de commerces à louer par un bail à construction, et on apprend au détour d’une phrase qu’Ikea va s’implanter sûrement à proximité du Nice Stadium. Avec le recul, on mesure le cadeau fait à Vinci, le bail à construction donnant le plus sûr retour sur investissement au détriment du propriétaire c'est-à-dire nous, la Ville de Nice.

De fait, la zone de l’aéroport jusqu'à Lingostière ne sera qu’une accumulation de parkings et de centres commerciaux. La zone Ikea sera pratiquement deux fois plus grande que Carrefour Lingostiére si l’on compare avec l’Ikea de Vitrolles qui mesure 25.000m2. Et Monsieur Estrosi ose encore parler de l’Eco-Vallée !

Encore une fois c’est au détriment du commerce de proximité que va se faire cette implantation. Et que dire du bilan carbone ? Le phénomène « ballade dominicale » va inciter à prendre sa voiture et provoquera un afflux très important de véhicules.

Et les emplois crées?, objectera-t-on… Une étude d’impact sur le bilan entre emplois crées et emplois supprimés en Centre ville devrait pouvoir être présentée par la CCI, très impliquée aux côtés du Maire !

Avant de répondre uniquement aux exigences des grands groupes économiques, à l’image du gouvernement, Christian Estrosi doit à la population niçoise une consultation éclairée compte tenu de l’enjeu économique et écologique de cette installation… »

Robert Injey, Emmanuelle Gaziello

commentaires

Réaction de Pierre Laurent aux voeux de Sarkozy

Publié le 2 Janvier 2011 par

commentaires