" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Quartier du Ray: Et c'est encore... Vinci!

Publié le 31 Mai 2016 par

Quartier du Ray: Et c'est encore... Vinci!

Après avoir obtenu le marché pour la construction et l'exploitation du nouveau stade, c'est encore Vinci - via l'une de ses filiales et dans le cadre d'un groupement avec Adim et Logirem - qui remporte le projet de réaménagement du quartier du Ray portant sur 6 hectares.

Cette décision votée par le conseil municipal du 30 mai, clôt ainsi une première phase sur le devenir de ce quartier. Un dossier ouvert avec le départ, en 2013, de l'O.G.C. Nice du Ray pour rejoindre la plaine du Var, avec un risque important : celui de voir se apparaître une vaste opération immobilière sur la dernière surface d'importance significative en ville. Un risque d'autant plus important que dans le PLU (Plan local de l'urbanisme) adopté en 2010, le secteur du stade est classé en «Zone urbaine dense», ce qui permet des constructions de 21 mètres. Face à cette menace les élu-e-s et les militants communistes lançaient, en octobre 2013, une consultation auprès de la population sur les attentes concernant le devenir du quartier. Initiative qui, à quelques mois des Municipales, devait contraindre Christian Estrosi à s'engager dans un processus de concertation plus large que la pratique habituelle. A l'arrivée 1042 personnes avaient participé à la consultation à l'initiative des militants communistes, 1911 à l’initiative de celle de la mairie. Une mobilisation assez exceptionnelle pour un enjeu d'aménagement qui l'est tout autant. Assez logiquement, les deux consultations traduisaient les mêmes attentes en terme d'équipements sportifs, de parkings, de crèches et d'espaces verts et dans une moindre mesure de logements. A l'arrivée le projet porté en 2016 par C. Estrosi marque une différence avec les promesses du candidat Estrosi en 2014 avec, par exemple, une part plus importante pour les surfaces commerciales et le logement. En mai, lors de la présentation du projet, dans un rare moment de vérité, Christian Estrosi en donne la raison : « L'argent public n'est pas en mesure de financer un dojo, l'argent public n'est pas en mesure de financer une salle d'escrime, l'argent public n'est pas en mesure de financer des espaces verts... ». Une déclaration qui en dit long sur la réalité des finances de la 5ème ville de France, qui n'est donc plus en état de financer ses projets et doit en passer par les promoteurs privés, avec comme contrepartie un « droit à bâtir » en conséquence. Les promoteurs récupérant le coût de la réalisation des équipements publics dans le prix de vente des logements, il n'est pas bien sûr que ce projet immobilier, conséquent, participe à résoudre la dramatique crise du logement qui touche notre ville et notre département….

commentaires

Retour sur le premier tour de la législative partielle.

Publié le 26 Mai 2016 par injey06

Lancement de la campagne du Front de gauche à St Martin du Var.

Lancement de la campagne du Front de gauche à St Martin du Var.

Sans surprise l'élection partielle dans la 5e circonscription a été marquée par une très forte abstention - plus de 76 % sur l'ensemble de la circonscription, plus de 81 % sur Nice. Au final 20 553 électeurs se seront déplacés sur 88 081 inscrits.

Une réalité qui pour les candidats du Front de gauche, Philippe Pellegrini et Florence Ciaravola traduisent à sa manière : « une forte défiance de nos concitoyen-ne-s à l’égard d’une démocratie représentative qui les représente de moins en moins et où, réforme après réforme, les populations sont éloignées des centres de décisions. » .

Grâce à une forte mobilisation de l'appareil des Républicains, Marine Brenier arrive en tête, avec 47,44 %, et améliore le pourcentage de Christian Estrosi de 2012 (44,23%). Un résultat qui lui permet de maintenir à distance le candidat du Front National (30,75%) et d'envisager une victoire assez large au second tour.

A gauche ce scrutin est marqué par deux phénomènes. L'effondrement du PS tout d’abord. Certes, c'était une première pour Chaama Graillat la candidate socialiste, mais le score de dimanche (6,49%) est très loin des 25,18 % de Paul Cuturello en 2012, et marque un nouveau recul sur le score des Régionales. L’explication de Xavier Garcia, premier secrétaire du PS 06, donnée dans Nice-Matin, est assez surréaliste : « une lourde défaite, qui démontre que la politique du gouvernement n'est pas comprise ». Comme toujours pour un gouvernement en difficulté c'est le peuple qui n'a pas compris... (1)

Le score réalisé par les candidats du Front de gauche est, lui, en nette progression. Des 3,94 % aux législatives de 2012, il passe à 7,51 % et progresse parfois très fortement dans des communes du haut pays. Sur Nice, dans un secteur peu favorable électoralement au Front de gauche, Philippe Pellegrini et Florence Ciaravola réalisent près de 7 %. Pour le communiste Philippe Pellegrini ce score est « le résultat d'une forte implication militante, en particulier dans les vallées, et d'une campagne où nous avons fait le choix de lier les questions sociale et écologique. ».

A l'heure où beaucoup s'interroge sur le devenir du Front de gauche, ou certains l’ont même déclaré « mort », le résultat de cette partielle rappelle, avec une certaine force, que le Front de gauche, malgré toutes les difficultés, correspond à une réalité électorale et à une attente politique. Pour autant, dans un contexte de très forte démobilisation d'une partie de l'électorat de gauche, l'effort à fournir pour re-ouvrir une perspective d'espoir et de progrès demeure immense. Il n'y a aucun automatisme à ce que l'effondrement des uns, ce traduise pas une progression des autres. Être capable d'aller remobiliser les abstentionnistes de gauche, c'est tout le défi pour la gauche de transformation sociale dans la période à venir.

Robert Injey

  1. Sur le total des partielles qui se sont déroulées en 2015 et 2016 (2+6), portant sur plus de 353000 exprimés, le PS passe de 35,20% à 19,79%. Un recul de plus de 15 points. Mais le recul est encore plus fort si on ne prend en compte que les partielles de 2016 (sur plus de 267 000 exprimés). Le PS passe de 36,69% en 2012 à 17,34% en 2016, soit un recul de plus de 19 points ! Le FN et LR progressent (Respectivement près de 6 points pour le premier et plus de 3 pour le second). La gauche hors PS progresse de manière très différente. Si LO et EELV enregistrent des progressions significatives (En 2016, LO progresse de 0,39% à 1,49% et EELV de 3.07% à 7,09%), le Front de gauche connait des situations très différentes selon qu’il est rassemblé (c’était le cas sur la circonscription des Alpes-Maritimes) ou pas….
commentaires

La fête du Château: L'évènement du mois de juin

Publié le 24 Mai 2016 par injey06

La fête du Château: L'évènement du mois de juin

Samedi 25 et dimanche 26 juin se tiendra la 70ème fête du Château. Lancée au lendemain de la guerre par le PCF, la fête du Château est un des évènements festifs les plus populaires des Alpes-Maritimes. Si beaucoup ont essayé et essayent encore de la copier ( la liste est longue...), elle demeure unique.

A la fois festive, chaleureuse, solidaire et politique la fête du château est le lieu où se retrouvent les hommes et les femmes pour qui les idées de progrès social sont toujours d'actualité.

En cette période de mobilisation contre la loi travail, elle sera une nouvelle fois le rendez-vous des luttes et des forces vives de notre département.

Un grand merci à COCO dessinatrice de presse ( Charlie Hebdo...) pour cette une.

Pour la programmation politique et musicale plus d'informations dans quelques jours.

Par contre, dès maintenant, vous pouvez participer au succès et à la pérennisation de la fête du château par un don par internet sur ce compte, cliquez sur ce lien et faites le don que vous voulez 1, 2, 5, 10, 20, 30,50 €.... tout est possible :
https://plus.payname.fr/feteduchateau2016/?type=T6aZ3

commentaires

Législative partielle: déclaration des candidats du Front de gauche

Publié le 23 Mai 2016 par injey06

5ème circonscription des Alpes Maritimes

Un Front de gauche en progrès, un rassemblement à élargir encore

Ce dimanche une part significative des électeurs et des électrices de la 5ème circonscription des Alpes-Maritimes ont fait le choix de l’abstention.

Cela traduit une forte défiance de nos concitoyen-ne-s à l’égard d’une démocratie représentative qui les représente de moins en moins et où, réforme après réforme, les populations sont éloignées des centres de décisions.

Dans ce contexte, le Front National enregistre un score significatif. Les responsables de ces résultats du FN portent une lourde responsabilité.

- Les leaders de LR qui, à l’image d’E. Ciotti et de C. Estrosi, n’ont cessé de banaliser les thèmes de prédilection du FN (l'insécurité, la stigmatisation des immigré-e-s, des privé-e-s d'emploi, des salarié-e-s et des retraité-e-s…), dans l’espoir d’en capter l’électorat.

- Le gouvernement pour n’avoir fait que creuser la désespérance sociale.

Malgré cette situation, le Front de gauche enregistre une nette progression sur tous les derniers scrutins.

Nous remercions les électeurs et les électrices qui nous ont apporté leur suffrage et qui ont fait le choix du progrès social, de l’implication citoyenne et féministe, et de la transition écologique. Nous les invitons, ainsi que celles et ceux qui veulent construire l’espoir, à s’investir dès à présent, pour demain, avec nous et à élargir encore, dans une démarche citoyenne, le rassemblement qui a permis dans ce scrutin l'expression de l'alternative à gauche et de l'écologie au cœur.

Philippe Pellegrini et Florence Ciaravola

Candidat-e-s du Front de gauche

commentaires

Le Front de gauche dénonce la "Béton-vallée" (Nice matin)

Publié le 19 Mai 2016 par Nice Matin

Le Front de gauche dénonce la "Béton-vallée" (Nice matin)
commentaires

Pour une vallée verte et solidaire.

Publié le 18 Mai 2016 par Pellegrin et Ciaravola

Pour une vallée verte et solidaire.

(Déclaration de Philippe Pellegrini et Florence Ciaravola, candidat-e-s du Front de gauche pour la législative partielle du dimanche 22 mai)

Le bilan de l’OIN : Mépris démocratique et bétonnage

La grande opération d’intérêt national de la plaine du Var n'existe pas : rien de ce qui se fait dans ce cadre ne relève de l'Intérêt National (ni la voie de 40 m, ni le déplacement du MIN, ni les bureaux de Nice-Méridia, ni etc.).

Cette opération n’est, de fait, qu’une opération d’intérêt très particulier. Engagée sans la moindre concertation digne de ce nom, méprisant l’avis des populations concernées, l’ Eco-vallée version Estrosi, c’est avant tout l’habillage d’une opération où le béton coule à flot.

Ainsi, avec la décision de la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) de

donner son accord au projet d'installation d'Iké, nous approchons les 100 000 m2 de surfaces commerciales supplémentaires sur la plaine (27 000 m2 Ikéa, 29 000 m2 de Nice One, 35 000 m2 supplémentaires de Cap 3000) sans parler des 70 000m2 du polygone de Cagnes sur Mer. Et comme si cela ne suffisait pas, la privatisation de l'aéroport de Nice a aussi comme enjeu la maîtrise et le développement de zones commerciales sur l’emprise aéroportuaire, à l’image de l’opération « Coeur d'Orly ».

Cette surdensification commerciale dans un périmètre réduit, n'est pas sans conséquences. Il va immanquablement il y avoir des « transferts » de clientèle mais aussi d'emplois. Ainsi le phénomène de fermeture des commerces en centre-ville va se poursuivre, voir même s’accélérer avec la mise en place des lignes 2 et 3 du tramway qui vont jouer le rôle d'aspirateurs de la clientèle. Un phénomène déjà connu à Nice avec la ligne 1 du tramway.

Sur le plan écologique ce bétonnage est catastrophique. En transformant définitivement la plaine du Var en une enfilade de parkings et de centres commerciaux sur plusieurs kilomètres et dans des zones déjà inondables les « décideurs » d'aujourd'hui sacrifient définitivement des terres parmi les plus fertiles du pays et renforcent les risques en cas d’inondation.

Jour après jour, le mythe de l'éco-vallée vendu par Christian Estrosi s'efface, pour laisser la place à sa véritable réalité : béton-vallée !

Un plan d’urgence pour sauver la plaine du Var

Au scénario catastrophe qui se met en place avec Christian Estrosi, nous préférons privilégier un développement durable et solidaire. C’est le sens de nos propositions de préserver une vocation agricole à cette plaine. Il devient de plus en plus incohérent de parler d’écologie et en même temps de sacrifier une vallée dont les terres sont parmi les plus fertiles en France.

Très concrètement nous proposons, dans le cadre d’une grande consultation citoyenne, de lancer un plan d’urgence en stoppant le bétonnage de cette vallée pour permettre de conserver une activité agricole. Les besoins existent. Ainsi nous proposons que toutes les cantines et le CHU de Nice utilisent –tous les jours- des produits biologiques issus de la plaine du Var. C’est possible, cela représente entre 120 et 150 hectares qui peuvent encore être sauvés du betonnage.

Autre proposition, celle de faire dans la plaine du Var un pôle nationale d’économie sociale et solidaire. C’est un secteur important dans l’activité économie de notre pays avec deux millions d’emplois, en particulier dans les secteurs des mutuelles, de la santé, du mouvement associatif. Secteur en expansion qui peut prendre toute sa place dans notre ville.

L’ambition que nous portons pour la plaine du Var se résume en quelques mots : « Une vallée verte et solidaire ». Il n’est pas encore trop tard !

Philippe PELLEGRINI et Florence CIARAVOLA

Front de gauche

commentaires

Engageons la transition écologique!

Publié le 17 Mai 2016 par Pellegrini Ciaravola

Engageons la transition écologique!
Engageons la transition écologique!
commentaires

22 mai: législative partielle dans le 06

Publié le 12 Mai 2016 par injey06

 22 mai: législative partielle dans le 06
 22 mai: législative partielle dans le 06
commentaires

Loi Travail: Non au 49-3!

Publié le 10 Mai 2016 par injey06

Loi Travail: Non au 49-3!

Appel d'Eliane Assassi, André Chassaigne et Pierre Laurent

Le débat sur la loi Travail est très mal engagé. L'examen du texte est en cours à l'Assemblée nationale alors que l'opposition à son contenu reste majoritaire dans le pays et que les mobilisations se poursuivent pour exiger son retrait. Le gouvernement se dit prêt à accepter des modifications, dont on ne sait d'ailleurs pas ce qu'elles deviendraient après un examen du texte au Sénat, mais il refuse de mettre en cause des points clé qui fondent la contestation, notamment sur l'inversion de la hiérarchie des normes. Dans ces conditions, il est de moins en moins probable que le texte obtienne une majorité. Si nous parvenions à cette impasse, la conséquence logique devrait être l'abandon du texte et l'ouverture d'une nouvelle discussion avec les syndicats sur des bases différentes. Des propositions existent pour cela.

A l'opposé de cette solution démocratique et raisonnable, le gouvernement envisagerait le recours au 49-3. Certains présentent l'utilisation du 49-3 comme la conséquence de l'absence de majorité, voire d'une obstruction parlementaire. Nous récusons cette analyse et la banalisation de cet usage. Si un texte n'a pas de majorité, le gouvernement doit en abandonner l'examen et reprendre une nouvelle discussion s'il le juge nécessaire. C'est la démocratie .

Le 49-3, dont nous demandons la suppression dans la Constitution, est au contraire une disposition anti-démocratique et anti-parlementaire. Il a toujours été utilisé pour permettre à un gouvernement le passage en force.

Nous appelons les parlementaires, tous les citoyens, ceux qui sont engagés dans les mobilisations contre cette loi, comme ceux qui ne le sont pas mais sont eux aussi concernés par le respect de la démocratie et des droits du Parlement, à exiger du gouvernement qu'il renonce à utiliser le 49-3 pour imposer la loi Travail.

Ensemble, refusons ce déni de démocratie!

Éliane ASSASSI, présidente au sénat du groupe CRC

André CHASSAIGNE, président à l'Assemblée nationale du groupe GDR

Pierre LAURENT, secrétaire national du PCF

commentaires