" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

A propos du plan d'austérité

Publié le 8 Novembre 2011 par R. Injey in Politique France

Le projet de la droite, du patronat et que malheureusement une partie de la gauche laisse faire est assez simple. Denis Kessler l'a écrit explicitement dans un éditorial d' une revue le 4 octobre 2007 :

 

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (...) Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...
A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

 

François Fillon quand il présente son plan d'austérité le 7 novembre s'inscrit pleinement dans cette logique quand il déclare : « Il faut refonder notre modèle de croissance qui est devenu insoutenable car depuis trop longtemps tiré par la consommation soutenue par les transferts sociaux ».

 

Pour ces gens là, la cause de la crise là voilà : les transferts sociaux. En clair le fait qu'une partie des richesses soit redistribuée à ceux là même qui la produise. Car le véritable enjeux de la période c'est pour les tenants du capital de continuer à conserver une part de plus en plus importante des richesses créées. Tout le reste n'est que verbiage pour masquer ce hold-up. Un exemple, certains vont tenter de nous faire pleurer sur les efforts des riches dans la période, mensonges !

 

Reprenons la chronologie des derniers mois :

 

Etape 1 : Cet été, allègement de 2,3 milliards consentis aux plus riches avec la réforme de l'ISF.

 

Etape 2 : Plans d'austérité : prélèvement forfaitaire libératoire sur les profits et intérêts : 600 millions, + contribution exceptionnelle des revenus supérieurs à 500 000€ = 200 millions + gel du barème de l'ISF 100 millions. Au total Sarkozy au début de l'été fait un cadeau de 2,3 milliards aux riches et à l'automne il reprend  moins de 1 milliards d'euros. Résultat en pleine crise financière un nouveau cadeau de près d'1,5 milliard.

 

A cela s'ajoute le scandale de l'obligation faite à la France de recourir aux marchés financiers pour se financer. Pour ce faire en 2012 la France va payer 50,51 milliards d'intérêts aux banques, une somme à mettre en rapport avec le budget de l'Education Nationale qui est le plus important de l'Etat : 45,53 milliards..

 

La réalité aujourd'hui du monde que nous impose Sarkozy, Fillon, Merkel and C° c'est celle des Banques et autre acteurs des marches financiers (les assurances par exemple) qui se gavent sur notre dos....

RI

Commenter cet article