" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Avec le Front de Gauche dans la 1er circonscription des Alpes Maritimes.

Publié le 26 Novembre 2011 par Injey-Girard in Actualités Nice et Alpes Maritimes

 P1000517

 

Libérons les peuples des marchés financiers

 

Candidats dans la première circonscription des Alpes-Maritimes, nous tenons à remercier nos partenaires du Front de Gauche et les militants communistes  qui nous ont confié la responsabilité de mener la campagne des législatives dans cette circonscription.

Une circonscription historique, marquée par la forte présence des élus communistes, aujourd’hui Jacques Victor, hier Charles Caressa, avant-hier Virgile Barel.

Une circonscription dont le député sortant –et que nous espérons prochainement sorti-  n’est pas le dernier à soutenir et à mettre en œuvre les politiques d’austérité contre notre peuple.

 

La vie quotidienne de nos concitoyens est marquée par les conséquences de la crise, quamplifient ces politiques d’austérité et que subissent fortement les habitants des quartiers de cette circonscription, notamment les plus populaires.

Au quotidien cela se traduit par une précarisation grandissante. Il est par exemple de plus en plus difficile de pouvoir se loger dignement, le coût des loyers explosent alors même que les salaires et les retraites stagnent ou baissent.

La mise en œuvre de cette austérité vise à répondre aux exigences des marchés financiers et des agences de notation, qui n'ont qu'un objectif en vue : garantir et accroître les profits d'une minorité.

Pour y parvenir ils n'hésitent plus à imposer, comme en Grèce et en Italie,  des dirigeants -souvent anciens banquiers-  plus zélés  les uns que les autres pour engager  des politiques d'austérité et de privatisations.

Face à  ces politiques les résistances s'organisent. Des indignés en Grèce et en Espagne aux salariés en lutte dans plusieurs grandes entreprises en France, la dénonciation des politiques libérales est forte. Sur le plan électoral la sanction est immédiate pour les gouvernements, comme en Espagne, qui ont mis en œuvre ces politiques. A l’inverse les progrès d’Izquierda Unida  sont révélateurs des attentes qui existent.

 

La détermination des défenseurs des intérêts des marchés financiers est totale, pour  faire peser une chape de plomb et tuer l'espoir qu'une autre politique est possible.  Les mêmes qui ont refusé de respecter le vote des français en 2005 ont hurlé au scandale quand l'idée d'un référendum en Grèce a été évoquée. Une évidence s'impose ces gens ont peur que d'une chose : c'est que le peuple s'en mêle !

 

Notre ambition est bien celle-là : faire que le peuple s’en mêle !

Dans le prolongement de la publication de son programme « l'Humain d'abord », le Front de Gauche  a lancé la mise en place des assemblées citoyennes. Dans cette circonscription la première vient de se tenir à Riquier jeudi soir. L'objectif est simple : favoriser une appropriation citoyenne et populaire des enjeux de 2012. 

 

Avec ces assemblées nous voulons créer des espaces de débats ouverts à celles et ceux qui, face à la crise,  aux plans d'austérité et aux attaques contre la démocratie, veulent débattre et agir.

 

Avec ces femmes et ces hommes, jeunes ou vieux, salariés du public ou du privé, précaires ou retraités, nous voulons débattre de ce que la gauche devra faire.

 

C’est le sens de notre engagement. Avec détermination nous voulons contribuer à battre Sarkozy et sa politique en 2012. Détermination aussi pour contribuer à faire gagner une  gauche qui réussisse et se donne l'ambition et les moyens de répondre aux attentes de notre peuple.

Battre Sarkozy et réussir à gauche, c’est une ambition que nous portons avec le Front de Gauche, avec notre candidat commun à l’élection présidentielle Jean Luc Mélenchon.

 

Battre Sarkozy et sa politique tout d’abord, c’est une exigence pour notre peuple, pour notre pays. Celui dont l’histoire retiendra qu’il fut le Président des riches et ses relais locaux, Christian Estrosi et Eric Ciotti, n’ont eu de cesse de servir les intérêts des puissants, des plus riches, des rentiers et des spéculateurs  qu’ils nous présentent comme des « entrepreneurs ». Les mêmes sont d’ailleurs toujours très zélés pour stigmatiser les pauvres, qui dans leur vocabulaire deviennent des assistés et des fraudeurs.

Aujourd’hui, jamais la situation n’a été aussi grave. Les derniers chiffres de l’INSEE sur le patrimoine des français en témoignent.

 Cette situation renforce l’exigence de réussir à gauche, en répondant aux attentes de notre peuple en le libérant des marchés financiers.

 

Notre détermination est totale pour dénoncer la volonté de faire payer la crise, la dette publique au peuple. Cette crise n’est pas la sienne, c’est celle que nous impose la bande du Fouquet’s et du CAC 40 avec toujours la même exigence en terme de profit et de dividende.

 

Sortir de la crise ? C’est possible !

Mais il faut avoir de la volonté d’imposer l’intérêt général face aux exigences des banques. La finance doit être remise à sa place, la spéculation découragée.

C’est le sens des propositions que nous portons avec le Front de Gauche et notre programme «l’humain d’abord » pour rétablir le pouvoir des Etats face à la dictature des banques et des agences de notation. Pour cela nous proposons un autre rôle de la BCE,  nous voulons imposer la spéculation et les profits, créer un pôle public bancaire, favoriser le crédit pour la création d’emplois.

 

Faire autrement c’est possible !

Jamais la France n’a été aussi riche, jamais les inégalités n’ont été aussi grandes. Pouvoir d’achat, fiscalité, service public, là aussi le Front de Gauche fait des propositions pour partager les richesses et abolir l’insécurité sociale.

De la même manière nous portons l’ambition de la mise d’une véritable planification écologique, non seulement sur la question énergétique mais aussi pour promouvoir un développement humain durable créateur d’emplois et facteur d’égalité sociale.

 

Enfin  pour parvenir à redonner la priorité à l’intérêt général, il faut redonner du pouvoir au peuple.  C’est le sens de nos propositions pour une sixième République, aux antipodes  de la conception quasi féodale que sous tend aujourd’hui à la mise en place de la métropole.

Redonner du pouvoir au peuple c’est aussi s'affranchir du traité de Lisbonne et construire une autre Europe

Ces propositions, et bien d’autres encore,  nous voulons les mettre en débat avec l’ensemble des hommes et des femmes de gauche, avec l’ensemble des candidats.

Une grande désillusion face au monde politique existe. Avec le Front de Gauche nous portons l’ambition de redonner sens à la politique. Nous voulons permettre à chacun de donner son avis, de contribuer à décider des  choix à faire, pour une société juste et solidaire.

Nous allons nous adresser aux abstentionnistes, aux citoyens en précarité exclus par une oligarchie sans complexe pour leur dire : « Ne laissez pas les spéculateurs, les marchés  financiers,  les tenants de la pensée unique et autres faiseurs d’opinion décider à votre place de votre avenir.  Ceux-là  mettront tout en œuvre pour décourager, diviser celles et ceux qui sont les victimes de la crise.  Ne vous abstenez pas, ne leur faites pas ce cadeau, mêlez-vous  du débat sur ce que devra faire la gauche en 2012. »

 

Robert INJEY

Delphine GIRARD

Nice le 26 novembre 2011

Commenter cet article