" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Les enjeux de Copenhague

Publié le 14 Décembre 2009

arton4312-8e3f4(Article publié sur le site national du PCF)

Un consensus sera-t-il possible à Copenhague, et sur quelle base ? Selon le GIEC, pour empêcher une hausse de la température au-delà de 2°C d’ici 2100, les pays industrialisés devraient réduire leurs émissions de 25% à 40% des gaz à effet de serre (GES) en 2020 par rapport à 1990. Les pays en développement (PED) devraient – compte tenu de leur croissance actuelle – infléchir leurs émissions.

En effet, tout le monde n’est pas à égalité. Les États-Unis sont les plus gros pollueurs avec 24 tonnes de CO2/an/habitant contre 12 pour un européen et 5,5 pour un chinois. L’urgence est à l’action si l’on veut parvenir, comme cela est nécessaire, à 2 T/hab de la planète. Autre important dossier en discussion : le règlement de la « dette écologique » des pays du Nord à l’égard de ceux du Sud. Celui-ci doit se concrétiser par le versement d’une aide financière (120 Md€/an) à apporter aux PED et pays pauvres.



Elle doit les aider à investir. Ce qui suppose des transferts de technologie et de brevet à ceux qui paient déjà un trop lourd tribut au dérèglement climatique. Le droit à l’énergie pour tous doit être assuré. Or, les propositions annoncées sont au dessous des enjeux. Sur la possibilité de parvenir à un accord juridiquement contraignant en décembre, le pessimisme prévaut (pays d’Asie et du Pacifique, observateurs, ONG…). C’est ce que dénoncent les pays africains qui ont même un temps quitté la table de négociations. Se profile le projet d’une déclaration politique comportant de grands principes (appel à réduire les émissions de GES de 50% d’ici 2050, adoption par les pays riches de trajectoires de réduction de GES vers - 80% en 2050, acceptation par les PED d’une « déviation substantielle » de l’augmentation de leurs émissions, soutien financier important et transferts de technologies pour les pays les plus pauvres), le report des négociations définitives en 2010, bref, de bonnes intentions, mais sans contraintes réelles.

On a bien sauvé les banques, on doit sauver la planète !

Le temps perdu pour l’action ne se rattrape pas, ou alors à un prix prohibitif pour les peuples. Il ne faut pas cacher que les budgets à mobiliser pour conduire les adaptations nécessaires à un nouveau mode de production et de consommation moins productiviste seront très conséquents. Qui paiera la facture, les peuples ou le capital ? La mobilisation des peuples pour peser sur le cours des négociations est essentielle. Le nombre d’appels en direction des chefs de gouvernements, de débats publics, d’initiatives de sensibilisation, de vœux d’élus dans les collectivités territoriales se multiplie ; mais nous sommes encore loin du compte. Les communistes prennent leur part de ce combat avec ambition, en s’attachant à faire connaître leurs propositions, et en œuvrant à l’émergence de convergences qui lient préservation de la planète et progrès social, réduction des inégalités sociales et environnementales. 

Ce combat ne s’arrêtera pas le 18 décembre, nous aurons à le poursuivre !

 

 

 

Commenter cet article