" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Meeting de Bon Voyage (Nice), photos et intervention

Publié le 23 Mars 2012 par Bob Injey in Actualités Nice et Alpes Maritimes

Bob 21 mars

Delphine 21 mars

DSCN0983

Très grande réussite du meeting de la 1ère circonscription  à Bon Voyage avec une salle du CAL comble. Plus de 300 personnes ont participé à cette soirée. Quelques photos de la soirée.

Merci à Didier pour la réalisation vidéo de la soirée et à Simon et Raphael pour les photos.DSCN0964

 

Cher-e-s  Ami-e-s

Cher-e-s Camarades,

 

C'est tout un symbole de nous retrouver ce soir dans cette salle.

 

Dans ce quartier de Bon Voyage qui a largement placé le NON en tête en 2005, avec 82% ;

 

Dans ce quartier où Sarkozy  était battu au second de la présidentielle en 2007 et Estrosi au second tour des municipales en 2008.

 

Bon Voyage, un des quartiers les plus populaires de Nice qui subit, malgré lui,  non pas la double peine, ni la triple mais la quadruple peine.

Sarkozy : Président

Estrosi: Maire

Ciotti: Député

Kandel: Conseiller général.

 

Une liste pour le moins calamiteuse.

 

L'un est président des riches. De la bande du Fouquet's, à l'annonce récente du soutien de mme Bettencourt à sa candidature, Nicolas Sarkozy n'aura jamais failli à sa mission: défendre les intérêts des puissants, préserver les dividendes de ses amis.

 

L'autre c'est l'excès en tout. Estrosi quand on lui parle du Fouquet's,  il vous déclare que c'est simplement une brasserie populaire.  

Le Fouquet's c'est deux fois plus cher que le Négresco! 

Si le Fouquet’s est une brasserie populaire, alors le Négresco est une auberge de Jeunesse ! 

 

Estrosi quand on lui parle des préoccupations des niçoises et des niçois, il nous sort un discours d'une heure pour nous expliquer qu'il n'y a pas plus social que lui, ni plus écologiste.

Presque il en viendrait à vouloir nous convaincre que  grace à lui la planète tourne.

 

En réalité si Sarkozy est le président des riches, Estrosi c'est le ministre de la casse de notre industrie.  

C'est sous son ministère qu'auront été supprimé le plus grand nombre d'emploi dans l'industrie.

 

Ciotti lui, c'est le grand spécialiste de l'UMP en matière de sécurité.  

Mais à défaut  de s'en prendre aux gros trafiquants qui dirigent les réseaux, à défaut de chercher à faire payer les entreprises responsables de 80% de la fraude sociale,  Ciotti c'est fait une spécialité : s'en prendre aux petits, aux plus faibles pour les enfoncer toujours plus.  

 

A l’image des familles les plus en difficulté, souvent des femmes seules avec des enfants et des petits salaires.

Au lieu de les aider à sortir de leur difficulté, on leur supprime les allocations les plongeant dans une précarité plus grande.

S’en prendre aux plus faibles pour faire croire que la République est forte, monsieur Ciotti c’est pitoyable !

 

Quand à Kandel.... que celles et ceux qui l'on vu ses 6 derniers mois le signale car il semble avoir disparu  du quartier.

 

Voilà les hommes qui décident de notre avenir, qui nous imposent leurs choix.

Qui nous font la leçon.

Qui nous culpabilisent  en nous expliquant que nous coûtons trop cher, qu'il faut faire des efforts.

Qui n'ont pas d'autres mots à la bouche que compétitivité des entreprises, rentabilité, baisses des charges, profits et dividendes.

 

Souvenons nous, les mêmes, il y a quelques années,  ils nous faisaient déjà de grands discours sur le thème "il n'y a pas d'argent".

 

Il faut réhabiliter les HLM?  Désolé Il n'y pa pas d'argent

Ils faut augmenter les retraites?  Désolé il n'y a pas d'argent!

Il faut mieux soigner nos enfants?  Désolé il n'y a pas d'argent!

Il faut augmenter les bas salaires?  Désolé il n'y a pas d'argent!

 

En 2007, Sarkozy est élu,  ils nous disent qu'il n'y a pas d'argent, mais ils font des cadeaux aux riches (c'est le bouclier fiscal)

 

Fin 2007, il n'y a toujours pas d'argent mais  quand les banques à force de spéculer ont entrainé la crise financière : miracle!  

Ce qui hier était impossible est devenu possible en quelques heures seulement.

 

il n'y avait pas d'argent,  des milliards d'euros et de dollars sont apparus!

 

Mais le miracle était limité. Limité pour sauver les banques, non pour répondre aux besoins des gens.

 

Sauver ceux la-même qui à force de mentir, de tricher, de voler sont responsables de la crise.

 

Pendant cette période, ils continuent de  faire des cadeaux aux riches et de leur garantir les profits (c'est la réduction de l'ISF et tout le reste)

 

En 2011, affolement général, car cette générosité qui profite aux puissants à un coût, c'est l'ampleur de la dette publique.  

Dont on dit que nous sommes responsables, toujours la même technique de nous culpabiliser.

 

Une fois les banques privées sauvées et avec elles les dividendes versés aux actionnaires il a bien fallu présenter la note à quelqu'un.

 

Il a bien fallu demander des efforts à quelqu'un. 

Alors vers qui se sont-ils tournés ?

 

Les riches, les puissants? Même pas la peiner d'y penser!

Pour résorber la dette publique au lieu de prendre l'argent il est -chez les puissants- ils viennent nous le prendre à nous. Dernier exemple en date la TVA sociale.

Nous ne sommes pas responsables de la crise mais c’est  à nous qu’ils  imposent les efforts,  c’est à nous qu’ils font subir l'austérité.

 

L'austérité, qui n’a ni plus ni moins comme objectif de faire serrer la ceinture au plus grand nombre pour qu'une toute petite minorité puisse continuer à se gaver.

 

C'est ce qu'il ont fait avec la Grèce, le Portugal, l'Espagne, l'Italie.

C'est le régime qu'ils nous imposent jour après jour en France.

Avec comme conséquence une spirale infernale qui mène tout un peuple au chômage, à la pauvreté.

Car loin de soigner notre société, l’austérité l’assèche,  la saigne.

Regardez la Grèce avec ses 9 plans d’austérité !

 

A force de presser et de presser toujours plus les mêmes, la très grande majorité consomme moins, limite les achats, économise sur tout -même la nourriture- et c'est toute l'économie qui rentre en récession, donc chômage, donc moins de recette pour l'Etat et encore moins de revenus pour les ménages.

C'est le cycle infernale de la récession dans lequel la Grèce est plongée.

 

Si je fais ce petit tour rapide, c'est pour illustrer une évidence, la société qu'ils sont en train de nous imposer ne vise qu'à une chose: garantir à une petite minorité la possibilité d'être sans cesse plus riche.

Et cela  quelque en soit les conséquences pour les peuples.

 

Il y a quelque chose de profondément pervers dans ce système.

Lors d'une rencontre une dame me posait cette question:

 "Mais comment est-ce possible qu'ils soient prêts à nous plonger dans la misère pour conserver leurs privilèges?"

 

C'est choquant, mais c'est un fait.

Pour celles et ceux  qui spéculent à la bourse, pour celles et ceux qui votent des lois pour protéger les actionnaires, nos vies ne comptent pas.

 

Ceux qui encaissent des profits confortables,  ne sont pas très regardant -sauf quand cela se sait- pour savoir si ses profits sont le résultat de l'exploitation d'enfants dans des usines en Asie.

 

Ceux qui spéculent sur le prix du blé ou le riz, ne s'embarrassent pas de savoir si à cause de cette spéculation des enfants africains meurent de faim.

 

Ceux qui repoussent l'age de la retraite à 62, 65, 67 ans  n'en ont rien à faire que le chômage des plus de 55 ans explose. Rien à faire que ces séniors au chômage vont devoir survivre avant de pouvoir toucher une petite retraite.

 

Pour ces gens nos vie ne comptent pas!

 

Et bien il faut que cela cesse!

Il faut en finir avec la dictature des actionnaires et des marchés financiers !

Il faut en finir avec ces politiques qui plongent notre peuple dans la précarité

Il faut en finir avec l’arrogance du MEDEF.

Il faut en finir avec le mépris de l’UMP pour les populations.

Et puisque nous sommes ici au cœur des HLM de Bon Voyage, pas loin de ceux de Roquebillière, de St Charles, des liserons et de St Roch, je le dis avec colère.

 

Il faut en finir avec le mépris de Côte d’Azur Habitat et de sa présidente Estrosi Sassone à l’égard des locataires des HLM totalement abandonnés dans ces quartiers Est de la ville.

 

Pour nous, pour le Front de Gauche, notre priorité c’est L'Humain d'abord.

 

Oui tous les enfants doivent pouvoir  aller à l'école et étudier dans des conditions qui leurs garantissent les meilleurs chances de succès.

L'éducation de qualité  c’est un droit!

 

Oui tous le monde doit pouvoir se loger dans des conditions qui respectent la dignité humaine.

Le logement de qualité pour tous c'est un droit!

 

Oui un retraité doit pouvoir vivre de sa retraire.

Vivre dignement c'est un droit

 

Oui chaque citoyen doit pouvoir aller à l'hopital public pour se faire soigner gratuitement dans les meilleurs condidtions.

L’accès à la santé c’est un droit!

 

Mais ce qui pour nous constituent des droits,  pour eux, les Sarkozy, Parisot, Estrosi et autre Ciotti c'est un coût!

 

Et disons le franchement, le « travailler plus pour gagner plus » de Sarkozy, le gaullisme social d'Estrosi ou les appitoiements et larmes de crocodiles  de Ciotti c'est du baratin pour nous faire avaler leur pillule.

 

Disons le franchement, nous n’avons pas de leçon à recevoir d’eux sur nos devoirs à l’égard du pays.

 

Notre devoir, nous l’assumons tous quand nous participons à la création des richesses de ce pays. Quand d’autres se contentent de percevoir des dividendes

 

Notre devoir, nous l’assumons tous quand nous contribuons, via la TVA, les impôts locaux ou sur le revenus, la taxe sur l’essence, à financer les services publics et l’action de l’Etat.

 

Et qu’ils ne nous fassent pas la leçon. Proportionnellement à nos revenus chacun dans cette salle contribue plus que l’immense majorité des milliardaires.

 

Notre devoir nous l’assumons quand nous devons nous substituer aux carences d’un Etat qui n’assument plus ses missions.

 

Pour eux, nous coûtons toujours trop cher,  nous ne sommes pas assez compétitifs, nous sommes trop jeunes sans expérience ou trop vieux avec trop d’expérience… en permanence ils cherchent à nous culpabiliser.

 

Mais les vrais coupables, ce sont eux !

 

Et quand on commence à percevoir leur culpabilité, ils n’hésitent  plus,  ils emboitent le pas à la famille Le Pen, en attisant les divisions:

 

Division entre salariés du privé et du public.

Division entre français et étrangers

Division entre jeunes et vieux.

Division entre syndiqués et non syndiqués

Division entre religions

Division sur la manière de tuer les bêtes dans les abattoirs

 

Diviser, diviser, toujours nous diviser pour mieux régner, voilà leur objectif !

 

Ils veulent nous diviser, car ils rêvent que nous passions nos vies à nous quereller entre nous, plutôt qu’a leur demander des comptes et à leur imposer nos choix !

 

Car d’autres choix existent que la précarité à vie pour nos enfants, la pauvreté pour nos ainés et l’angoisse du lendemain pour chacun d’entre-nous.

 

D’autres choix existent et le moment est venu de le faire savoir et de le faire valoir.

 

D’autre choix, à commencer sur la question de l’utilisation de l'argent et de la création d'emploi.

 

L’utilisation de l’argent cela commence par redistribuer les richesses et permettre à chacun de pouvoir vivre dignement.

 C’est pourquoi le Front de Gauche propose

1/- Hausse des salaires, SMIC à 1700 € bruts.

2/Pas d’écart supérieur de 1 à 20 pour les salaires dans chaque entreprise.

3/Titularisation des 800 000 précaires de la fonction publique

4/ Interdiction des contrats précaires dans le privé au-delà d’un certain seuil.

5/ Blocage et baisse des loyers.

6/ Réquisition des logements vides.

7/ Construction de 200 000 logements sociaux par an.

8/ Gratuité des premières tranches d’eau, gaz et électricité nécessaires à la vie ;

9/Retraite à 60 ans à taux plein.

 

 

Le Front de Gauche porte de nombreuses autres propositions, comme sur la planification écologique, l’industrie, la protection sociale, l’énergie, je vous invite à les découvrir dans le programme du Front de Gauche l’Humain d’abord.

 

Un programme ambitieux qui très logiquement soulève une question : comment fait-on ?

En particulier pour les financer.

La question est légitime depuis des décennies on nous raconte qu’il n’est pas possible de faire autrement ;

 

Et bien nous on peut car, là aussi, d’autres choix sont possibles!

L’argent existe : la France n’a jamais été aussi riche de son histoire.

 

Les profits des 40 plus grosses entreprises françaises ont atteint 75 milliards d’euros en 2011.  Ce n’est pas la crise pour tout le monde !

 

En 30 ans, 200 milliards d’euros sont passés des poches du travail à celles du capital. Une telle somme permettrait à tous de vivre dignement.

Et bien le Front de Gauche propose très concrètement:

 

La suppression des exonérations sociale patronales : 30 milliards d’euros

 

L’annulation des cadeaux fiscaux accordés aux riches (la suppression du bouclier fiscal, l’augmentation de l’ISF, la création de 14 tranches…) : 50 milliards d’euros.

 

L’imposition des revenus du capital au même niveau que les revenus du travail : 20 milliards.

 

Un audit sur la dette et la possibilité pour les Etats de se refinancer directement auprès de la banque centrale : 50 milliards d’économies possibles.

C’est le montant des intérêts que verse l’Etat chaque année  aux banques (800 euros/ an par habitants)

 

Au total en économies et en ressources nouvelles tout cela représente près de 150 milliards d’euros !

 

Pour parvenir à cela, il ne faut pas que la gauche fasse preuve de mollesse, ou d’hésitation et essaye de ménager la chèvre et le chou.

 

Pour parvenir à cela il ne faut pas que la gauche se précipite à la City de Londres pour rassurer les spéculateurs.

 

Il faut avoir le courage et la volonté politique de  reprendre le pouvoir aux banques.

L'argent doit être utile pour créer des emplois et répondre aux besoins des gens. Aujourd'hui

Commenter cet article