" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France

Le PCF et les municipales à Nice

Publié le 3 Octobre 2013 par Robert Injey in Actualités Nice et Alpes Maritimes

P1010937

 

En mai 2013 les comunistes de Nice avaient adopté une orientation stratégique pour les échéances de 2014 en adoptant le texte "Nice: donner du sens à la gauche". Ces jours-ci ils viennent d'adopter, à une quasi unanimité,  le dispositif de campagne suivant:

Chef de File R. Injey

Co-coordinateurs du projet:  Emmanuelle Gaziello et Jacques Victor

Portes paroles: Delphine Girard et Philippe Pellegrini.

C'est une lourde responsabilité collective dans le contexte social et politique actuel pour faire entendre une autre voix.

 

Ci-dessous de le texte de la conférence de presse.

 

"Nice: l'humain d'abord"

 

"C’est peu de dire que la situation sociale et économique est de plus en plus difficile pour le plus grand nombre, à Nice comme dans l’ensemble de notre pays.

 

Les péripéties sur les chiffres du chômage ne peuvent masquer l’importance de celui-ci et la précarisation de plus en plus massive. Et notre ville n’y échappe pas, bien au contraire.

 

La pression fiscale est de plus en plus forte sur les couches les plus populaires et les couches moyennes de la population. Et dans le même temps nous avons un ministre de l’économie qui après l’exonération de charges (+ 20 milliards avec le CICE) vient d’inventer, coup sur coup, la compensation sur fonds publics de l’augmentation des cotisations retraites patronales et l’absence de contrôle fiscal pour ces exonérations.

 

Les femmes et les hommes de gauche qui ont contribué à battre Sarkozy auraient pu espérer qu’un gouvernement de gauche contrebalance les effets néfastes des choix de l’UMP locale. Il n’en est rien. Aujourd’hui le bilan de l’UMP dans cette ville c’est, de fait, une véritable ségrégation urbaine qui se met en place Le coûteux système Estrosi (A Nice on fait plus cher qu’ailleurs) mêle régression sociale et discours sécuritaire pour grappiller l’électorat du Front national. Nice est mise en coupe réglée. Par des Partenariats public-privé (nouveau stade, tramway…) ou d’autres montages (programme immobilier d’accompagnement du stade), Nice est une rente de situation pour des décennies pour quelques grands groupes.

Dans le même temps Nice est la 4ème ville de France, de plus de 100 000 habitants, pour l’augmentation de la taxe d’Habitation entre 2008 et 2012.

Malheureusement ce bilan de l’UMP locale est aggravé par les choix du gouvernement.

 

Trois exemples :

 

L’austérité et la pression fiscale en hausse pour le plus grand nombre et les cadeaux fiscaux pour une minorité. Ces dernières années près de 10 000 foyers supplémentaires sont imposables sur Nice.

 

Second exemple ; les 4,5 milliards d’euros que le gouvernement s’apprête à rogner sur les collectivités. C’est autant de moins pour les populations alors que, dans le même temps, le montant des aides publiques aux entreprises est en hausse à 55 milliards sans contrôle.

 

Autre exemple la loi sur les Métropoles. Nous aurions pu penser que fort de l’expérience de Nice (opacité des décisions, un seul homme décide) la loi prenne en compte l’exigence de démocratie, de transparence et de proximité. Rien, au contraire elle renforce la dérive autoritaire, technocratique et l’éloignement des citoyens des lieux de décisions. Lors du vote de cette loi en première lecture à l’assemblée nationale, nous aurons assisté à un spectacle étonnant, Estrosi votant pour une loi présentée par le gouvernement PS-EELV...

 

L’enjeu du scrutin à venir est de savoir s’il va être utile à nos concitoyens :

Utile pour porter d’autres choix que les logiques libérales

Utile pour changer le quotidien

Utile pour permettre à toutes les femmes, tous les hommes de notre ville de pouvoir y travailler, s’y loger, de pouvoir y vivre dignement.

Utile pour pouvoir être partie prenante des décisions.

 

Un dénominateur commun rassemble des dizaines de milliers d’habitants de cette ville : le refus de l'austérité imposée au plus grand nombre, la volonté de construire un avenir pour nos enfants qui ne rime pas avec précarité, chômage, exclusion. La volonté de reconstruire une ville pour vivre mieux et vivre ensemble. Aujourd’hui les communistes sont en ordre de bataille avec la mise en place de ce dispositif. Nous allons poursuivre la démarche engagée depuis le printemps.

 

D’une part en démultipliant le travail de rencontres dans les quartiers. A l’image de celle d’hier dans le quartier du Ray ou bien encore celle que nous tiendrons dans le quartier de l’Ariane en lien avec les problèmes de dessertes de ce quartier. Notre démarche est à chaque fois la même, invitez les hommes et les femmes à se retrouver pour débattre, pour décider d’un projet pour Nice favorisant la réponse au besoin du plus grand nombre et le vivre ensemble.

Cette démarche nous allons l’amplifier dans les semaines à venir, avec une étape le 23 novembre et la tenue des « Assises locales Nice 2014 » pour concrétiser avec celles et ceux qui veulent que ça change, un projet qui soit « l’Humain d’abord » pour Nice. Un projet qui porte des valeurs, des objectifs concrets, des pratiques démocratiques fortes. Nous allons poursuivre ce travail bien évidemment avec l’ensemble de nos partenaires du Front de gauche.

 

Mais notre démarche s’adresse aussi à toutes celles, tous ceux qui a gauche, socialistes, écologistes, sont déçus. Déçus par la politique de renoncement du gouvernement, qui nourrit l'abstention électorale et mènent la gauche et notre pays au désastre. Déçus aussi par le spectacle affligeant que livre une partie de la gauche niçoise empêtrée dans la gestion des égos, qui se chamaille ou se rabiboche épisodiquement et constitue trop souvent une opposition bien fade à Estrosi. Les niçois et les niçois sont, je pense, fatigués de ce feuilleton où les préoccupations populaire sont absentes.

 

A ces hommes et ces femmes qui veulent donner la priorité absolue à l'humain face à la dictature de l’argent et à l’arrogance d’une droite locale qui se croit tout permis, notre message est clair :

 

Rassemblons-nous. Les élections municipales de 2014, premier scrutin depuis 2012, vont constituer un moment crucial. Dans notre ville, la cinquième de France, face à une droite toute puissante, nous engageons une dynamique bien vivante à gauche. Une dynamique émancipée des querelles de personnes ou des renoncements qui l’ont trop souvent abîmée. Nous voulons donner tous leurs sens aux valeurs de gauche, à la solidarité, au progrès social, à la coopération, au vivre ensemble. Nous voulons redonner du sens aux valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité."

Commenter cet article

WOLFF 07/10/2013 19:03


Électeur niçois sympathisant du Pc et du Pg,au premier tour  des prochaines municipales j'ai l'intention absolue de ne  voter pour un  aucun
socialiste.


Dans le cas ou ne se présente pas une liste pc-fg (même avec des npa,l.o et des verts non compromis) je voterai blanc ou nul .