" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Articles avec #politique france catégorie

Thiers/Macron: le même égoisme de classe!

Publié le 14 Septembre 2017 par injey06 dans Politique France, Luttes sociales

Thiers/Macron: le même égoisme de classe!

« Adolphe Thiers, dans le sein de la Commission sur l’instruction primaire de 1849, disait: « Je veux rendre toute puissante l’influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l’homme qu’il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l’homme : « Jouis ». M. Thiers formulait la morale de la classe bourgeoise dont il incarna l’égoïsme féroce et l’intelligence étroite. »

Ces premières lignes du "Droit à la Paresse" de Paul Lafargue (1883), sont d’une grande actualité. Certes, l’influence du clergé a été remplacée par celles des « Nouveaux chiens de garde » qui portent la collusion entre pouvoirs médiatique, politique et économique et qu’incarne parfaitement Emmanuel Macron. Ses déclarations répétées contre les « illettrés », « les gens qui ne sont rien » et maintenant les « fainéants » ne doivent rien au hasard. Elles sont l’illustration de cet « égoïsme féroce » dont parle P. Lafargue.

L’arrivée d’Emmanuel Macron ne marque pas un simple prolongement des deux quinquennats précédents, déjà dévastateurs sur le plan social. Il marque la volonté du grand patronat de faire un bond conséquent et définitif pour remettre en cause un siècle de progrès social.

Face à cela, les tergiversations des uns, les questions de préséances des autres, ne sont pas à la hauteur du défi historique que nous devons relever.

Face à l’égoïsme de classe d’une grande bourgeoisie triomphante, sachons-nous rassembler…

Robert Injey

(Editorial du Patriote Côte d'Azur n°205 daté du 15 septembre)

 

commentaires

La manifestation du 12 septembre à Nice en images

Publié le 12 Septembre 2017 par injey06 dans Actualités Nice et Alpes Maritimes, Politique France, Luttes sociales

Plus de 5000 à Nice pour manifester contre les ordonnances Macron. Une première journée de mobilisation, et une première réussite. Les prochains rendez les 15, 16 et 17 à la fête de l'Huma, le 21 septembre, le 23 septembre...

 

 

La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
commentaires

Casse du code du travail: On lâche rien!

Publié le 20 Juillet 2017 par injey06 dans Politique France, Luttes sociales

Casse du code du travail: On lâche rien!
Casse du code du travail: On lâche rien!

Pendant l'été on lâche rien face à la casse du code du travail que veut imposer le président des Patrons. Hier sur Nice présence très visible pour donner des éléments d'appréciation sur la casse qui se prépare (Texte ci-dessous.)

A bientôt pour de nouvelles actions....

Code du Travail: Déflagration sur ordonnances!

Le débat sur le projet de loi habilitant le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances a débuté à l’Assemblée Nationale.

Le projet gouvernemental, en élargissant considérablement la brèche ouverte par la loi El Khomri, tend à faire changer de base la conception même du droit du travail en renforçant les pouvoirs du patronat sur ceux des salariés.

Ce n’est en effet pas seulement une énième loi pour grignoter des droits des salariés comme on en a tant connu depuis plus de 20 ans. La brèche ouverte par la loi El Khomri est celle de l’inversion de la hiérarchie des normes. Avant, un accord d’entreprise ne pouvait que faire mieux que l’accord de branche, lui-même ne pouvant faire moins que la loi.

La primauté à l’accord d’entreprise

La loi El Khomri limitait principalement la possibilité pour l’accord d’entreprise de déroger à l’accord de branche sur la question du temps de travail. Le projet de loi en vue des ordonnances pose le principe général de la primauté de l’accord d’entreprise et pose en exceptions limitatives les domaines où l’accord de branche restera premier.

En contrepartie empoisonnée, le projet gouvernemental fait mine de renforcer les accords de branche…au détriment de la loi !

Ainsi « la gestion et la qualité de l’emploi » relèveraient des accords de branche, ce qui signifie que certaines règles concernant le recours aux CDD (motifs de recours, prime de précarité, renouvellement, .. ) pourraient être variables d’une branche à l’autre et ne plus relever de la loi !

Au final, la construction est limpide : recul de la loi vers des accords de branche et d’entreprise, et corsetage des accords de branche face à la primauté des accords d’entreprise.

Renforcement de la partie patronale

Sous prétexte de « souplesse », la partie patronale se voit systématiquement renforcée vis-à-vis des salariés et de leurs représentants.

 

  • C’est la « barémisation » des indemnités prud’homales lorsque le licenciement est reconnu abusif.

  • Dans les faits c’est permettre au patron de savoir d’avance à quel prix il peut s’acheter un licenciement illégal !

  • C’est aussi la voie ouverte en vue de permettre au patron d’organiser un référendum d’entreprise pour mieux contourner les organisations syndicales.

  • C’est la fusion des instances représentatives du personnel (DP, CE, CHSCT ) en une instance unique dans de très nombreuses entreprises.

  • C’est la réduction des délais, pour contester un licenciement, ou contester la légalité d’un accord d’entreprise.

  • Quant à la pénibilité, elle est sortie des domaines réservés à la branche professionnelle pour être renvoyée aux accords d’entreprise, tout en voulant « simplifier » le compte pénibilité.

Fragilisation de l’emploi

L’instrument en est ici la proposition d’élargir les recours possibles au « CDI de projet par accord de branche ou à défaut à titre expérimental ». Or qu’est-ce qu’un « CDI de projet », lui-même élargissement de la notion de « CDI de chantier » du BTP ?

Tout simplement un CDD où l’employeur n’a plus à la fin l’obligation légale de payer la prime de précarité propre aux CDD. C’est un véritable démantèlement du CDI de type classique.

Les trois failles majeures du projet de loi

Il repose sur la mystification de « l’obésité » du Code du travail actuel. Or le Code du travail souffre de ce point de vue de l’inflation de dérogations imposées au fil des ans par le patronat et les gouvernements successifs.

On ne peut que conseiller la consultation de la contre « proposition de Code du travail » fait par un certain nombre de juristes ( http://pct.u-paris10.fr ) qui démontre que Code du travail « moins gros» et droits des salariés mieux garantis est parfaitement possible

La deuxième mystification est celle de « l’assouplissement » des règles pour favoriser l’emploi.

De l’Angleterre à l’Allemagne, et en France même,  les dernières décennies montrent implacablement que cette fragilisation ne dope que la précarité et la multiplication des « travailleurs pauvres » dans un sous-emploi élargi.

Et c’est évidemment un projet qui ne dit rien d’une réorientation et d’une relance de l’économie, indispensable à la promotion d’un emploi de qualité.

Rien pour diminuer le coût du capital et les prélèvements des dividendes, rien des salaires qui globalement n’ont toujours pas retrouvé le pouvoir d’achat de 2008, rien de la récupération des moyens perdus dans la fraude fiscale, etc..

 

La bonne riposte, c’est la dynamique initiée par l’appel unitaire « Pour un Code du travail protecteur des salariés, non à la loi travail XXL ». ( http://pournosdroitssociaux.fr ).

commentaires

Le nouveau leurre

Publié le 6 Juillet 2017 par injey06 dans Politique France

Le nouveau leurre

En politique il y a un art consommé, c’est celui du leurre.

Pour détourner l’attention d’un vrai problème, on met en scène une opération pour faire parler d’autre chose. Alors que notre République connaît une véritable crise de la représentation nationale, que l’abstention aux législatives depuis la mise en place du quinquennat en 2002 ne cesse de progresser, passant de 35 % en 2002 à plus de 51 % en 2017.

Alors que le nouveau gouvernement n’a été « élu » qu’avec 14 % des inscrits, la réponse apportée est… la réduction du nombre de parlementaires !

C’est sûr : pour soigner un malade, le plus simple c’est de casser le thermomètre !

Qui peut-croire que l’on va ainsi réduire la fracture entre la représentation nationale et le pays ? Et l’instauration d’une proportionnelle à la marge (10 % ou même 20 %), sur un total de 400 députés aboutirait dans une future Assemblée à un nombre de députés communistes ou de FI très inférieur à aujourd’hui.

La volonté affirmée dans les propos d’Emmanuel Macron à Versailles ce sont « des parlementaires qui travaillent mieux avec des collaborateurs mieux formés » ; les intéressés apprécieront.

En réalité, l’objectif qui transpire, c’est de soumettre totalement la représentation nationale. Si on ajoute à cela la volonté de favoriser le regroupement des communes et des départements, la « République » qui apparait est celle qui se caractérise tout à la fois par un hyper présidentialisme, l’éloignement des citoyens des centres de décisions et la main mise des « experts » sur les Assemblées au détriment des élus. En somme une République technocratique au seul service des marchés financiers.

Robert Injey (Editorial du Patriote n°195 en kiosque vendredi)

commentaires

Le pitoyable spectacle de Macron and c°

Publié le 29 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

Ce qui vient de se passer mercredi soir à l’Assemblée avec « En marche ! » et ses alliés qui s’approprient toutes les vices présidences et les trois sièges à la questure, symbolisent d’une manière caricaturale que ceux-là même qui prétendaient faire de la politique autrement, la font de la pire des manières. Cet épisode vient clore une série pour le moins tout aussi pitoyable.

L’élection de François de Rugy à la Présidence de l’Assemblée nationale est une autre illustration  que le Président, ce gouvernement et sa majorité sont bien peu soucieux de faire de la politique autrement. François de Rugy, élu député lors des scrutins précédents grâce à un accord PS-EELV, quitte ces derniers au moment où Cécile Dufflot veut se démarquer de M. Valls. Candidat à la primaire du PS en janvier 2017, il signe le texte par lequel il s’engage à soutenir le vainqueur. Totalisant moins de 4 %, il se précipite un mois plus tard pour soutenir Emmanuel Macron. Aujourd’hui, le voilà élu au perchoir, devenant ainsi le 4e personnage de l’État. Dans le même temps, deux ministres du premier gouvernement d’Édouard Philippe, ayant des « difficultés » avec la justice, Richard Ferrand et Marielle de Sarnez, se retrouvent avec d’importantes responsabilités à l’Assemblée. L’un préside le groupe LREM quand l’autre s’apprête à prendre la tête d’une commission importante. Enfin, si on se souvient que ce gouvernement et sa majorité n’ont été élus qu’avec 14 % des inscrits au premier tour, nous avons là tous les ingrédients des tumultes à venir. D’une part, l’absence d’une véritable adhésion populaire, d’autre part une grande désinvolture pour recaser des ministres en « délicatesse » à des postes politiques importants à l’Assemblée, comme si le copinage l’emportait sur toute précaution. Enfin, les couacs à répétition entre les membres du gouvernement (le dernier sur l’affaire des pesticides tueurs d’abeilles), illustrent la forte présence de tous les lobbyings au cœur même de ce gouvernement.

Ce Président qui semble avoir un faible pour Versailles, est déjà en baisse dans les enquêtes d’opinion. Déjà plus bas qu’Hollande à la même époque !

Dorénavant un seul mot d’ordre, face au Président des banques : « On lâche rien !»

Le pitoyable spectacle de Macron and c°
commentaires

Dès lundi, engageons le troisième tour!

Publié le 16 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

Dès lundi, engageons le troisième tour!

Avec d’un côté des institutions qui favorisent la présidentialisation à outrance de notre vie politique, de l’autre de « grands » médias nationaux qui accompagnent cette dérive, c’est assez mécaniquement, même si c’est particulièrement frustrant, que nous nous dirigeons vers une majorité parlementaire impressionnante.

Impressionnante, elle le sera par le nombre de député-e-s d’En Marche. Mais dans les faits, elle ne l’est pas du tout par la réalité électorale du pays.

Sur 47 millions d’inscrits, ils sont seulement 6,3 millions (moins que le nombre d’électeurs de Mélenchon le 23 avril) à avoir voté pour des candidats En Marche dimanche dernier.

Un chiffre faible, même comparé aux mandatures précédentes, qui va quand même permettre au parti du président de truster 70 à 75 % des sièges de députés. Mais derrière ce nombre, cette majorité « colossale » porte en elle beaucoup de fragilités.

La première, c’est que 40 millions d’électeurs n’ont pas voté pour.

La seconde, c’est que la cohérence n’est pas la qualité première des députés qui vont siéger. Entre les affaires, les couacs entre les membres de l’exécutif et des candidats, demain députés, mais déjà très disparates, les questions ne manquent pas sur la capacité de cette majorité parlementaire à faire illusion bien longtemps. Une situation qui sera bien moins gérable que la communication d’Emmanuel Macron…

Face à cet état de faits et à la volonté d’Emmanuel Macron de nous enfoncer 70 ans en arrière, il ne faut pas avoir d’état d’âme. Tous nos efforts doivent converger pour engager sans tarder le 3e tour social et travailler à rassembler toutes les forces de transformation sociale.

Robert INJEY

A Nice dès le mardi 20 juin RdV 10h30 place Garibaldi.

commentaires

Le 11 juin, ne laissez pas les autres décider à votre place!

Publié le 9 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

commentaires

Nice 1: le débat sur France 3 (Vidéo)

Publié le 8 Juin 2017 par France 3 dans Politique France

commentaires

L'arrogance et le mépris d'Emmanuel Macron

Publié le 4 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

Le Président des grands patrons, des actionnaires et des rentiers avec Gattaz...

Le Président des grands patrons, des actionnaires et des rentiers avec Gattaz...

Les déclarations d'Emmanuel Macron sur les embarcations qui servent surtout à «amener du Comorien», sont une nouvelle illustration de l'arrogance et du mépris du personnage à l'égard de celles et ceux qui ne sont pas de son «milieu» social.

Souvenons nous, là encore une réaction captée par une caméra, sa réaction face à des opposants à la loi travail: «La meilleurs façon de se payer un costard c'est de travailler». Et que dire de sa déclaration, sur Europe 1, «Les salariées de Gad sont pour beaucoup illettrées».

Chez ce personnage il ne faut pas gratter beaucoup pour apercevoir l'arrogance de celui qui vient du monde de la haute finance et son profond mépris pour le peuple.

Nous voila prévenus, dès le 11 juin ne tergiversons pas : allons voter pour ne pas donner tous les pouvoirs à ce personnage arrogant et méprisant.

Robert Injey

Une petite liste des déclarations:

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20160530.OBS1486/5-sorties-d-emmanuel-macron-qui-disent-son-mepris-de-classe.html

 

commentaires

L'importance du vote par procuration

Publié le 4 Avril 2017 par injey06 dans Politique France

commentaires

L'imposture

Publié le 2 Février 2017 par injey06 dans Politique France

L'imposture

Elle a eu la parole rare depuis des mois et elle ne la reprendra véritablement que les 4 et 5 février à Lyon. Elle est d'une discrétion qui rompt avec les pratiques de son camp plus, adepte du coup de force. Et pourtant ses idées gangrènent une grande part du débat politique, pèsent dans beaucoup de têtes et rallient une part grandissante d'un électorat de droite électrisé. Elle n'a pas besoin de trop en faire, les leaders de droite, Eric Ciotti et Christian Estrosi en tête, reprennent ses thématiques. Et les affres de « l'affaire Pénélope Fillon » apportent encore un peu plus l'eau à son moulin. Quant au Président des Etats Unis, par décrets interposés, il est devenu son VRP.

Donnée présente, depuis 2013, au second tour de la Présidentielle dans toutes les enquêtes d'opinion, il y a une banalisation médiatico-sondagière de la politique portée par Marine Le Pen et le Front National.

Derrière son image lissée par les médias, il ne faut pas abandonner la campagne pour démasquer l'imposture d'une extrême droite qui prône la division, la haine et le racisme. Il ne faut pas cesser de démasquer le pseudo virage social de Le Pen.

Ainsi, en juillet dans une interview à Valeurs Actuelles, passée inaperçue en raison du drame du 14 juillet, Marine Le Pen lâche le morceau. Elle n’est ni pour les 35 heures, ni pour une augmentation du SMIC payée par les entreprises. Et quand les salariés sont en lutte pour conserver leur emploi, comme à Air France, ils se font traiter de voyous par les dirigeants du FN.

Face aux idées et à l'imposture de l'extrême droite, il ne faut pas baisser la garde...

Robert Injey

( Editorial du Patriote Côte d'Azur du 3-9 février)

commentaires

Sur le revenu de base....

Publié le 23 Janvier 2017 par Bernard Friot dans Politique France

Une vidéo éclairante de Bernard Friot,  sur les enjeux derrière le débat du revenu de base, revenu universel....

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>