" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Ne traînons pas les pieds: soyons offensifs!

Publié le 10 Novembre 2016 par injey06

Ne traînons pas les pieds: soyons offensifs!

Je respecte complètement les camarades qui portent l’idée d’une candidature communiste pour la présidentielle. Dans l’absolu, le fait d’être communiste n’est pas un obstacle dans la France d’aujourd’hui pour rassembler. Mais ce qui peut être vrai, aujourd’hui,  dans des territoires, dans des circonscriptions, ne l’est pas, à cet instant, à l’échelle nationale compte tenu du paysage politique. Ce choix serait incompris de la part de nos électeurs, et loin de nous mettre en situation offensive pour défendre nos idées, nous nous retrouverions dans la situation défensive de devoir expliquer une candidature qui apparaîtrait comme une division supplémentaire.

 

A partir de là, pour le combat que nous menons pour l’émancipation humaine, je considère  que le choix le plus utile c’est le soutien à Jean-Luc Mélenchon. Nous aurions pu souhaiter une construction plus collective. Mais ce choix politique, je le fais en toute lucidité, et avec  l’ambition d’être très offensif. 

 

Offensif, car si c’est pour traîner des pieds autant rester à la maison et revenir à l’automne 2017.

Offensif, car face à la droite et son extrême, face à la trahison du gouvernement, des millions d’hommes et de femmes sont en attente d’un espoir.

Offensif, car dans les semaines qui viennent, s’ils font le choix de soutenir JLM, les communistes ne sont pas sans atouts.

Offensif, car même dans le cas du pire scénario, c’est une dynamique avec Jean-Luc Mélenchon qui peut nous permettre d’arracher des circonscriptions aux législatives, en particulier celles perdues en 2012.

La candidature de Jean-Luc Mélenchon a des points forts : sa présence médiatique et le fait qu’il soit très identifié comme porteur d’une alternative de gauche.

Par contre son gros point faible c’est l’ancrage en profondeur sur le terrain. S’il utilise la même plateforme numérique que Bernie Sanders, NationBuilder, il n’a pas levé, comme ce dernier, une centaine de millions de dollars pour financer des équipes de campagne pour aller au porte à porte sur le terrain. Avoir 150 000 soutiens sur un site internet est une chose, avoir des dizaines de milliers de militants sur le terrain en est une autre.

 

A l’inverse, si le PCF souffre aujourd’hui d’un manque de lisibilité médiatique, il possède, lui, ce maillage du territoire lui permettant de mobiliser des milliers de militants. Un maillage et une présence qui permettent au PCF de nouer des liens privilégiés avec des centaines de milliers d’électeurs et d’électrices. C’est un atout pour aujourd’hui et pour demain….

 

C’est la raison pour laquelle il nous faut prendre la question de manière offensive.  Dans cette affaire tout le monde a besoin de l’autre pour faire vivre l’espoir qu’il puisse exister une alternative dans ce pays. Prétendre y parvenir tout seul relève d’une totale illusion.

 

A partir de là quels sont les vrais points de blocage ?

Sur le programme ? Il n’y a que des blocages de prétexte (1). Nous avons trouvé en 2012 les formes pour parvenir à un programme partagé. Nous n’en sommes pas loin en 2017 si nous voulons bien y regarder de près.

Sur la stratégie ? Sans doute, en fonction des scrutins nous n’avons pas toujours apporté les mêmes réponses. Mais pour l’instant personne n’a fait la démonstration qu’il avait la bonne formule. Nous cherchons à rassembler le plus grand nombre contre le renoncement des uns et le pouvoir des autres, ce combat nous est commun.

Mais comparés aux défis de notre temps, aux risques qui pèsent sur notre peuple et notre pays, nos « désaccords » se cristallisent sur des questions importantes pour des forces politiques, mais ô combien futiles pour nos concitoyens :

-Un accord sur l’intitulé : cette préoccupation, Mélenchon l’exprime depuis très longtemps (je pense depuis les européennes de 2014). Sa préoccupation  c’est que le soir des élections, nos candidats soient comptabilisés sur un seul intitulé et non pas plusieurs (PCF, Fdg, PG, divers gauche…) réduisant par là-même le score réel de nos candidats. L’affaire n’est pas secondaire, sachant que le ministère de l’intérieur mettra tout en œuvre pour réduire notre « représentativité ». Dans cette affaire JLM propose « les Insoumis », nous « Uni-e-s pour l’Humain d’abord » ; nous serions bien ridicules de ne pas pouvoir  chuter sur un intitulé commun.

-Il y a l’affaire de la charte. Si effectivement le préalable c’est d’intégrer le cadre des « insoumis », là la discussion sera sans doute plus compliquée. Mais commençons déjà par discuter vraiment de la question et explorons  tous les cadres possibles d’une campagne partagée et de candidats communs aux législatives.

-Il y a le rattachement des candidats (ce n’est pas la même chose que l’intitulé de la candidature) à un groupe politique pour le financement public. Là aussi, rien d’insurmontable.

-Les législatives : sauf à vouloir jouer la lutte fratricide dans 577 circonscriptions dont personne ne sortira vainqueur, le simple bon sens commande d’en discuter.

Bon sens ; depuis le début je pense que nous en manquons tous un peu.

 

Robert Injey

 

  1. Un exemple, il y a une polémique assez ridicule avec le programme de Mélenchon et le montant du SMIC. Des camarades lui reprochent de proposer 1300 euros net quand dans « l’Humain d’abord » la proposition était de 1700 brut soit 1309 euros net. J’invite mes camarades à ménager leur critique car dans la « France en commun »  nous proposons comme 1ere mesure d’urgence : +15% pour le SMIC  sur 3 ans soit 1312 euros dans 3 ans (déduction faire de la CSG et de la CRDS). Sans doute boostés par le fait que JLM propose plus, nous avançons dans le projet de « Pacte d’engagements communs pour la France » la proposition d’un SMIC à 1800 brut soit 1386 net. De 15% sur 3 ans nous sommes passés à 23% immédiatement, c’est ça l’émulation ...

 

 

Commenter cet article

Gégé 19/11/2016 12:09

En appelant à soutenir Mr Mélenchon(JLM ), Mr Ingey propose un choix de résignation au lieu d’un choix de révolution. J’arrive à cette conclusion à partir de deux grands arguments avancés par Mr Ingey : la première est le constat du seul succès médiatique de JLM et la seconde sa grande faiblesse qui est je cite « c’est l’absence d’ancrage en profondeur sur le terrain » et pour pallier cette grave insuffisance, il pense faire appel aux militants communistes. Examinons ces deux arguments.
La popularité de Mr Mélenchon, conséquence de ses qualités de tribun et d’un forcing permanent des médias dominant, que certains qualifient à juste titre de médiacratie, est ce qu’on appelle une bulle médiatique, dont chacun sait qu’elle éclatera un jour ou l’autre au grès des intérêts des maîtres médiacratiques.
Mr Ingey en raison de ses précédentes responsabilités au PCF (en charge de la communication) est particulièrement bien placé pour connaître ce milieu et l’habileté qu’ils ont pour faire et défaire des « champions ». Il me semble très dangereux de tomber dans le panneau de ce miroir aux alouettes,, comme les élections étatsuniennes viennent de le démontrer.
Je précise ma réflexion : le niveau atteint actuellement dans les sondages par JLM est aussi dû à l’absence d’adversaires dans ce camp de la gauche non gouvernementale. Son score dans les sondages qui constituent la source de sa bulle médiatique va tomber inexorablement dès que d’autres candidats seront déclarés, à condition que les instituts de sondages les proposent au choix des sondés. Toutefois attention à la manipulation par les sondages. Les dernières élections en France en ont montré les limites et les réserves qu’ils appellent. Gardera-t-il toujours cette cotation ? Permettez-moi d’en douter. Donc se satisfaire de cet argument aujourd’hui pour appeler les communistes à soutenir JLM est pour le moins précipité, car nous n’en sommes qu’au début des coups médiatiques avec la primaire de la droite puis celle du PS. La valse médiatique à venir va nous donner le tournis et c’est voulu.
Seconde grande faiblesse de la candidature de Mr Mélenchon, c’est son absence d’implantation territoriale.
Qu’à cela ne tienne nous propose Mr Ingey : il n’a pas de forces ni de moyens financiers, donnons lui ceux du PCF. Ce qui revient à nous demander de devenir la piétaille du général en chef Mélenchon.
Si par malheur les communistes choisissaient de soutenir JLM et avec lui « La France Insoumise »( car Mr Mélenchon, comme les bons bateleurs de foire nous embarque avec son paquet cadeau : moi et ma France insoumise, ma charte, mes règles de vote pour les députés, etc…), il faut n’avoir que la foi du charbonnier pour croire que nous aurions toute liberté pour parler communiste, populariser les propositions des communistes etc…pendant la campagne électorale. JLM prendra tout l’espace médiatique, comme il l’a déjà fait en 2012 et il va couvrir, tout seul, en monarque, la campagne médiatique. Et il nous faudrait que les communistes se démenent sur le terrain pour promouvoir les propositions du PCF en soutien à JLM. Mais le peuple n’y comprendra rien et ne nous écoutera pas, troublé par les médias qui ne se gêneront pas pour mettre en avant l’ambiguïté et les contradictions d’un tel attelage, notamment parce que JLM a rompu le front de gauche, qu’il se déclare en dehors des partis, qu’il a torpillé la conférence de presse de P. Laurent lors de la fête de l’Huma et j’en passe. De plus si nous commettions la gravissime erreur de soutenir JLM, il faudrait en plus financer sa campagne, lui donner les parrainages qu’il n’aurait pas sans les communistes, bref brader tous les efforts quotidiens des militants, de nos élus depuis des décennies, pour les remettre entre les mains de celui qui veut être roi à notre place et qui n’hésitera pas à nous trucider dès la présidentielle terminée. Car sans être devin, nous allons, dès le lendemain de la présidentielle, assister à la valse médiatique de la recomposition politique et si le PCF n’a pas existé lors des présidentielles il sera jeté dans les oubliettes de l’histoire et perdra immanquablement le rendez-vous des législatives, élection plus importante que la présidentielle et qui est le grand oubli de l’appel de Mr Ingey.
Comble du cynisme de cette proposition c’est que nous savons tous que Mr Mélenchon veut faire de « La France Insoumise » LE nouveau parti de la gauche non gouvernementale, en occupant le terrain que le PCF aura abandonné par ce choix mortifère de le soutenir. Autrement dit, il nous est demandé d’aller nous mettre au service de notre futur fossoyeur.
Non merci Mr ingey. Pas de ça avec nous. Faut-il que vous ayez perdu le contact avec les réalités des populations et des militants du PCF pour oser une telle demande. Oh vous n’êtes pas le seul de nos dirigeants qui veulent la disparition du PCF, mais c’est une raison de plus pour combattre farouchement toutes ces dérives mortifères et rendre au PCF toute sa place dans la gauche en France c’est à dire la première qu’il a perdu suite aux errements de l’histoire.
Faisons-en sorte que les nuits de P. Gattaz soient peuplées de cauchemars, car comme disait son père « on ne conduit pas la même politique avec un PCF à 20% et à 5% ».
Voilà mon objectif. Voilà ce que je souhaite lors du vote des 24-25-26 novembre 2016.

Jean-Claude Gédin 18/11/2016 20:27

En somme, Mélanchon a besoin du PCF en tant que force organisée, mais en même temps ne souhaite pas que nous apparaissions comme tel. Pour cela, il nous impose de nous fondre dans sa France insoumise et d'adopter sa charte !
Abracadabra, abracadabrouille, j'embrouille l'électeur de gauche !
Allons-nous, par pur esprit de pragmatisme électoral, accepter de nous effacer de nous-même du champ politique et de céder au chantage du candidat auto-proclamé de la gauche ?
Pipo les résolutions du congrès ?
Pipo tout le boulot accompli par les camarades durant cette récente période ?
Et quid de notre cohérence ?
Servir de porte-voix et de porteur de valises à Mélanchon nous obligerait à des exercices de grand écart qui nous rapporteront peu et nous coûteront cher, financièrement et politiquement parlant. Et les médias ne se gêneront pas de mettre à mal notre crédibilité...
S'agissant de l'élection d'un président à pouvoir quasi monarchique, j'aimerais mieux que le Parti ne proposât pas de candidat plutôt que de le voir s'aligner derrière Mélanchon au prix de contorsions idéologiques ridicules. Au moins, on ne pourra nous reprocher d'ajouter de la division au marasme catastrophique de la gauche.
Pour nous communistes, notre horizon immédiat doit être celui des élections législatives : il importe d'ores et déjà que nous retroussions les manches et que nous passions à l'offensive sans traîner les pieds !
Il en va de notre crédibilité et de notre survie.

JC Gédin, section d'Aix-en-Provence
jean-claude.gedin@orange.fr

RUIZ 14/11/2016 11:40

La meilleure personne pour porter un nouveau projet de justice, d’égalité et de paix à l’élection présidentielle est Pierre Laurent. Mais dans le contexte d’une 5ème république que nous rejetons et avec notre volonté de gagner un rassemblement à vocation majoritaire, Pierre Laurent n’est pas le meilleur candidat.
Je partage sa position défendue lors de notre conférence nationale : soutenir la candidature de JLM sans ralliement à l’association de financement " la France Insoumise " (en transformant leur mouvement en une association de financement, JLM et le PG veulent capter les financements publics des partis politiques liés à la seule élection législative).
La seule voie possible issue des urnes en 2017 capable de répondre aux préoccupations humaines, sociales et environnementales consiste :
- à poursuivre la démarche de rassemblement des forces de gauche et écologiques, aux élections présidentielles et législatives,
- à militer pour une politique alternative à la droite et à celle menée par Hollande et Valls,
- à garder notre autonomie et à préserver notre " outil " (les communistes peuvent être fiers de la qualité et de la transparence des échanges lors de notre Conférence Nationale, de la démarche démocratique et statutaire leur permettant de se prononcer les 24, 25 et 26 novembre et au final d'arbitrer).
Pour cela il est nécessaire que les formations politiques prêtes à s'engager aux côtés de la France Insoumise soient reconnues et respectées afin de soutenir et de booster la candidature de JLM à l'élection présidentielle ainsi que toutes celles que nous porterons ensemble aux législatives.

Bob Injey 14/11/2016 10:38

C'est toujours amusant les procès d'intention. Pour ma part les objectifs sont assez simples. La situation politique n'ayant pas été "bouleversée" je ne change pas d'avis (http://www.robertinjey.com/2016/09/2017-sortir-du-marasme-a-gauche.html). Il faut avancer en toute lucidité...

GEBUHRER 14/11/2016 10:21

https://blogs.mediapart.fr/tchapaiev/blog/121116/jappelle-voter-jlm-les-raisons-de-mon-choix
Pas d'ambigüités de mon côté ; mais être offensif ne signifie pas oublier toute lucidité ; une fois de plus on gomme toutes les aspérités ; les mettre en évidence ne signifie en rien militer pour le choix d'une candidature communiste mais les gommer nous TUE ; pour "discuter" il faut être plusieurs ; rien dans les différences de stratégie ou même de programme ne m'arrête ; ces différences sont NORMALES ; mais par contre les diktats , la volonté évidente de faire plier le PCF , ça ne peut pas aller ; Que veut Bob au juste ??? Aller jusqu'à la France insoumise si besoin????Mais c'est une TOUTE AUTRE DISCUSSION et un tout autre choix . Ce n'est surement pas le mien ;Critique et constructif ; où est l'aspect critique chez Bob? L'aspect constructif chez nous tient dans notre stratégie ; que JLM bouge , abandonne ses prétentions et on pourra en effet discuter; jusque là JLM est tout sauf une candidature de rassemblement large et accueillante ; ne pas traîner les pieds dans la campagne AUTONOME du PCF oui , y aller dans l'enthousiasme qui soulève les montagnes , gare au gorille ; les lendemains ne chanteront pas ; la lucidité est de mise à tout moment ; les confusions , les attitudes qui sautent par dessus les obstacles , les comportement "tactiques" qui pensent être géniaux , n'ont jamais RIEN apporté ; demain même avec JLM , si la primaire du PS lance un candidat du clan Hollande , la gauche ne sera PAS au second tour et on aura besoin du PCF ; mais pas d'un PCF qui se meut à la godille ; ne pas traîner les pieds signifie pour moi mener la campagne décidée et être en même temps lucides sur les obstacles

GEBUHRER 14/11/2016 14:53

Il n'y a aucun procès d'intention ; on peut après tout ce qu'on a entendu poser des questions d'autant plus que 1)
Il y a déjà des camarades sur cette ligne et pour qui le vote JLM est un premier pas ; c'est même dit ICI
2) Les formulations de BOB ne sont pas tirées au cordeau ;
exemple ; "Dans cette affaire JLM propose « les Insoumis », nous « Uni-e-s pour l’Humain d’abord » ; nous serions bien ridicules de ne pas pouvoir  chuter sur un intitulé commun." Ridicules ? NOUS c'est qui? Exemple " Il y a l’affaire de la charte. Si effectivement le préalable c’est d’intégrer le cadre des « insoumis », là la discussion sera sans doute plus compliquée. Mais commençons déjà par discuter vraiment de la question et explorons  tous les cadres possibles d’une campagne partagée et de candidats communs aux législatives."
Si effectivement ..... plus compliquée ?????
Comment ça "plus compliquée"???
Bob , si j'ai bien compris met en balance deux aspects ; le médiatique côté JLM , l'implantation militante côté PCF ; on marchande quoi? je le dis sans hésitation ; le PG a été une formation éphémère et il sen sera de même de la France insoumise ; celle ci présentera des candidatures aux législatives avec l'objectif avoué de faire tomber les nôtres ; par elle même cette formation aujourd'hui n'existe pas ; l'unique condition pour qu'elle acquière des député(es) c'est NOTRE RETRAIT à son bénéfice : là où nous n'avons aucune chance elle en a encore bien moins ; ensuite ,
en 2012 nous étions ALLIES ; je ne parle même pas de l'évolution de la campagne après le Prado ; là nous ne sommes pas même concurrents mais ADVERSAIRES de façon explicite et du seul fait de JLM pour les législatives ;je ne veux pas d'un PCF recroquevillé sur des symboles ; je ne veux pas d'un PCF identitaire mais je ne troquerais pas le PCF pour un plat de lentilles ; JLM DOIT changer de ton et de musique ; je ne changerais pas d'avis d'ici là ; évidemment Bob dira toujours que comme ça on n'arrivera à rien , il faut de notre part des gestes etc..... Ceux ci ont existé et continuent d'exister le premier d'entre eux étant le choix1 si le PCF en décide ; c'est beaucoup ; c'était déjà beaucoup en 2012 mais dans de toutes autres conditions ; là pas question d'avaler de nouvelles couleuvres ; Il s'agit d etout sauf de querelles de clocher ; si c'est le choix 1 qui prévaut il y aura de la perte en ligne ; mais moins que dans le choix 2 je pense ; je me répète ; s'il y avait la moindre chance qu'une candidature unique de la Gauche se présente et ça PEUT être JLM ,, je revois immédiatement tout ce qui précède mais je n'en vois à l'instant pas la lueur ;
Après cet épisode terrifiant nous aurons besoin d'un PCF raffermi ; ça a trop tangué et pas de bonne façon . Le PCF n'est pas un parti de "coups" ; ça n'a jamais fonctionné et ne fonctionnera pas . Personne ne pourra "négocier" sans l'accord des militantes et militants du PCF ; déjà en 2012 ça a produit des catastrophes; nous ne sommes pas voués à être de petites mains dans un grand schéma qui nous échappe ; ça c'est la mort assurée