" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Les bonnes raisons de voter NON en Grèce

Publié le 30 Juin 2015 par

Les bonnes raisons de voter NON en Grèce

L'image est saisissante, 10 ans après les mêmes qui voulaient nous imposer le TCE se mobilisent contre le NON des Grecs. Les mêmes arguments, la même soumission aux marchés financiers, les mêmes mensonges...

L'attitude du FMI, de la BCE et de l'Eurogroupe est suicidaire obligeant même un DSK, ex président du FMI, à pointer les aberrations du chantage opéré contre la Grèce.

En vérité ce qui se joue dimanche en Grèce dépasse les frontières de ce pays. Ce qui se joue, et qui est insupportable aux tenants du système c'est la possibilité pour un peuple d'exprimer un autre choix que celui que nous impose la finance.

Dimanche si le NON l'emporte cela constituera une victoire pour tous les peuples en Europe.

Aussi d'ici dimanche mettons tout en œuvre pour faire entendre notre solidarité au peuple Grec.

Ci-dessous quelques éléments pour décrypter les arguments avancés par les tenants du oui. (Source Attac France)

La gabegie grecque ?

Selon l’OCDE, les fonctionnaires représentaient en Grèce 7 % de l’emploi total en 2001, et 8 % en 2011, contre 11 % en Allemagne et 23 % en France (incluant la sécurité sociale). Les dépenses publiques de la Grèce représentaient en 2011 42 % du PIB contre 45 % (Allemagne) et 52 % (France). Comme en France, ce ne sont pas les dépenses publiques mais les taux d’intérêt excessifs et les cadeaux fiscaux qui ont gonflé la dette.

(Source : Contre les bobards médiatiques Attac France )

Un puits sans fond ?

De 2010 à 2013 la Grèce a reçu 207 Milliards d’euros en prêts des États européens et des institutions européennes assortis de plans de réformes. Il s’agirait « d’aides à la Grèce ». 77 % de ces prêts ont servi à recapitaliser les banques privées grecques (58 Mds €) ou ont été versés directement aux créanciers de l’État grec (101 Mds €), pour l’essentiel des banques européennes et américaines. Pour 5 euros empruntés, 1 seul est allé dans les caisses de l’État grec !

(Source : Contre les bobards médiatiques Attac France )

L'austérité ça paie?

En 2014, le PIB de la Grèce est inférieur de 25,8 % à son niveau de 2007. L’investissement a chuté de 67 %. Quel bon boulot ! Le taux de chômage est de 26 % alors même que nombre de jeunes et de moins jeunes ont dû quitter leur pays pour trouver un emploi. 46 % des Grecs sont au-dessous du seuil de pauvreté, la mortalité infantile a augmenté de 43 %. Quant aux prévisions de Bruxelles, à l’automne 2011 elles annonçaient déjà la reprise en Grèce pour 2013. Finalement, le PIB grec a chuté de 4,7 % cette année-là.

(Source : Contre les bobards médiatiques Attac France )

Des Prix « Nobel » d'économie soutiennent le « NON »:

Joseph Stiglitz écrit : «Soyons clairs : la Grèce n'a profité de presque aucune des sommes qui lui ont été prêtées. Elles ont servi à rembourser les créanciers du secteur privé – dont les banques allemandes et françaises. La Grèce a obtenu guère mieux que des miettes, mais a payé un énorme prix pour préserver les systèmes bancaires de ces pays. Le Fonds monétaire international et les autres créanciers "officiels" n'ont pas besoin de l'argent qui est demandé. Dans un schéma de commerce classique, l'argent qu'ils récupèrent serait probablement prêté à nouveau à la Grèce.»

«Ce que l'on voit aujourd'hui, 16 ans après que l'eurozone a institutionnalisé les relations entre ses membres, est l'antithèse de la démocratie : de nombreux leaders européens veulent voir la fin du gouvernement de gauche menée par Aléxis Tsípras». En conclusion, Stiglitz soutient le «non» au référendum de dimanche – seule possibilité selon lui pour que la Grèce puisse prendre son destin en mains.

Paul Krugman explique sur son blog pourquoi il voterait non au plan d'aide des créanciers, s'il était grec.

« Je voterais non, pour deux raisons. D'abord, [...] la Troïka est en train d'exiger que le régime politique des cinq dernières années soit poursuivi indéfiniment. Quel espoir y a-t-il là-dedans? [...] Ensuite, les implications politiques d'un vote positif seraient profondément inquiétantes », écrit Paul Krugman lundi sur son blog.

commentaires

Référendum en Grèce: discours de Tsipras (Vidéo ST)

Publié le 29 Juin 2015 par injey06

commentaires

Fête du Château, le programme.....

Publié le 24 Juin 2015 par PCF 06

Fête du Château, le programme.....

Les débats à la fête du Château

Samedi 27 juin :

14H : débat à l’initiative des « Amis de la Liberté » , Louis Auguste Blanqui, un révolutionnaire niçois avec la participation de Jean Princivalle des Editions de l’armourier.

15H30 : Inégalités et Austérité. Comment peut-on en sortir ? avec la participation de Jean-Paul Duparc, professeur d’économie et Giorgos Karatsioubanis, responsable de SYRIZA au parlement européen.

17H : débat à l’initiative de l’UD-CGT. La CGT a 120 ans. Quel syndicalisme aujourd‘hui et demain ? avec la participation de Gérard Ré, secrétaire départemental de la CGT et un responsable national de la CGT

18H30 : La Grèce, un espoir pour l’Europe avec la participation d’Anne Sabourin, responsable des questions européennes au PCF et Giorgos Karatsioubanis

Dimanche 18 juin :

14H30 : Migrants, Guerre, Méditerranée, comment sortir de l’impasse ? avec la participation de Marie-Christine Vergiat, députée européenne Front de Gauche et Pierre Barbancey, grand reporter à l’Humanité.

16H : Construire un pacte de rassemblement pour une Région citoyenne, solidaire et écologiste avec la participation de Jean-Marc Coppola, porte-parole régional des communistes, Sophie Camard, chef de file Régionale d’EELV et Gérard Piel, président du groupe Front de Gauche de la région PACA

18H : meeting à l’espace DONJON avec Cécile Dumas, secrétaire départementale du PCF06, Marie-Christine Vergiat, députée européenne, Jean-Marc Coppola, porte-parole des communistes pour les élections régionales et vice-président FDG de la région PACA

Les concerts (à partir de 19h)

Samedi 27 juin :

  • Olaby
  • Pierre Marcus 4tet
  • Wild Roses
  • DJ Marel
  • Maximum Overload
  • James Ton Robe
  • Electric Mormons
  • En Vrac et d’Ailleurs

Dimanche 28 juin :

  • Merakhaazan&Idriss
  • Atelier musiques actuelles du volume et du CNRR
  • Brisk Immature
  • Nasra El Hafrit&The Band
  • Les Laids
  • PsyKanopé
commentaires

La France en commun (Vidéo)

Publié le 24 Juin 2015 par CN PCF

commentaires

La meilleure chose à faire.....

Publié le 24 Juin 2015 par injey06

La meilleure chose à faire.....
commentaires

Grand stade: et maintenant l'addition?!

Publié le 23 Juin 2015 par injey06

Le rapport de la Chambre régionale des comptes PACA n'est pas pour nous étonner. Il pointe , entre autre, le coût du projet et sa démesure.

Dès le début, en décembre 2010 (1) les élus PCF-Front de gauche n'ont eu de cesse de dénoncer : tant le recours au Partenariat Public Privé, le coût au final de l'opération que le fait que le nouveau stade n'était que le prétexte à une vaste opération pour construire un centre commercial (2). Le 14 octobre 2011, accusés de retarder le projet avec nos recours devant la justice, dans une lettre ouverte aux supporters du Gym avec mes collègues Emmanuelle Gaziello et Jacques Victor nous écrivions «Certains considèrent que nous nous acharnons trop à dénoncer ce projet, au lieu de «laisser faire». Ce n’est pas de l’acharnement : quand vous êtes témoin d'un pillage, se taire c'est soit être complice, soit faire preuve d'une grande lâcheté. Dans le cas présent nous préférons continuer à pouvoir nous regarder dans une glace ».

A l'époque nous avions déjà chiffré le coût du stade à « 345 millions d'euros, sans parler des aménagements extérieurs (voirie, parkings, voie des 40m, station de tram.... quasiment une centaine de millions d'euros) et les « imprévus» ». Coût auquel s'ajoute le «cadeau» (25 millions d'euros HT) que constitue la cession pour 99 ans du terrain jouxtant le stade pour y construire un immense centre commercial.

On pourra regretter qu'il aura fallu attendre plusieurs années pour voir enfin la Chambre régionale des comptes PACA et la justice s’intéresser au montage. Sans préjuger des suites qui seront données à ce dossier, le grand stade de Nice pose la question du scandale des montages en Partenariat Public Privé qui, trop souvent, se transforment en gouffre financier pour les générations futures.

Il y a une ancienne expression populaire qui dit qu' "il n'y a pas de petit profit", avec le PPP elle se transforme en "il n'y a que des gros profits"....

Robert Injey

Conseiller municipal de Nice de 2001 à 2014.

(1) :http://www.robert-injey.com/article-de-l-art-et-la-maniere-de-se-gaver-sur-les-fonds-publics-63232073.html

(2) : http://www.robert-injey.com/article-lettre-ouverte-aux-supporters-du-gym-86582697.html

commentaires

Avec les réfugiés à la frontière Italienne (Photos)

Publié le 22 Juin 2015 par injey06

Avec les réfugiés à la frontière Italienne (Photos)
Avec les réfugiés à la frontière Italienne (Photos)
Avec les réfugiés à la frontière Italienne (Photos)
Avec les réfugiés à la frontière Italienne (Photos)
Avec les réfugiés à la frontière Italienne (Photos)
commentaires

Fuir la Syrie par le trou d'une aiguille

Publié le 16 Juin 2015 par injey06

Fuir la Syrie par le trou d'une aiguille

A celles et ceux qui proposent de renvoyer les migrants dans leurs pays, je vous invite à lire le reportage à la frontière entre la Syrie et la Turquie, de Bülent KILIC, photographe. (lien ci-dessous)

http://blogs.afp.com/makingof/?post/turquie-fuir-la-syrie-par-le-trou-d-une-aiguille

commentaires

Migrants: respect des droits humains!

Publié le 14 Juin 2015 par Cécile Dumas

Depuis plusieurs jours, un face à face entre police et migrants s’installent à la frontière italienne à Menton. Ces réfugiés sont des victimes : des guerres, des dictatures, de situations économiques qu’ils ont fuies, des passeurs qui les ont exploités et des politiques migratoires répressives et inadaptées en Europe et particulièrement en France.

Il est intolérable de la part d’un député comme M. Guibal de regarder ces hommes et femmes à la frontière, ordonner de fermer la frontière et laisser l’Italie gérer la situation. Encore plus intolérable quand cela fait suite à une mascarade de rencontres Valls, Ciotti, Estrosi à cette même frontière il y a quelques semaines.

Le gouvernement français doit se mettre en conformité avec les conventions internationales qui garantissent la protection des réfugiés. Au lieu de les repousser, les élus de la république doivent leur venir en aide.

Nous affirmons que le gouvernement a le devoir de trouver une solution pérenne pour tous les réfugiés « parqués » en toute inhumanité entre mer et rocher à Vintimille ou à Menton !

La ville de Menton, la CARF, le département, les services de l’Etat doivent rapidement étudier l’urgence de créer un centre d’accueil pour leur permettre de vivre décemment et engager l’accès à leurs droits de réfugiés.

La France est très loin de prendre sa part de responsabilité dans l’accueil des réfugiés qui traversent la Méditerranée au péril de leur vie. La répression et l’indifférence des pouvoirs publics n’amélioreront pas les conditions de vie de ces personnes, ni la situation de leur pays. Il faut une tout autre politique en faveur des réfugiés qui prenne en compte la situation actuelle et anticipe sur celle des années à venir.

Cécile Dumas

Secrétaire départementale du PCF06

commentaires

Les méthodes du gouvernement Valls...

Publié le 9 Juin 2015 par injey06

commentaires

Elections en Turquie: Le résultat du HDP rouvre la voie de l'espoir!

Publié le 8 Juin 2015 par injey06

Le climat délétère et le déchaînement de violence orchestrés par le président Erdogan, son parti l'AKP et l'extrême droite, n'auront pas eu raison du puissant mouvement populaire qui s'est exprimé dimanche 7 juin lors des élections législatives turques.

Reccip Erdogan et l'AKP, même s'ils arrivent premiers, essuient un revers cinglant. Le président, désavoué, perd la majorité sur laquelle il comptait pour infliger une révision constitutionnelle lui assurant les peins pouvoirs. Le peuple turc a sanctionné les difficultés économiques croissantes, l'autoritarisme, les interférences dans la vie privée et la disparition de l’État de droit. Les électeurs ont aussi condamné une politique étrangère agressive qui déstabilise la région.

Si le CHP (social-démocrate) et le MHP (extrême droite) stagnent, la gauche turque avec le Parti démocratique des peuples (HDP) fait, après la présidentielle, une nouvelle percée remarquable. Dans le contexte d'une campagne électorale clivante et violente contre le peuple, le HDP a su quant à lui faire converger autour d'un programme social, écologique et féministe les forces progressistes et toutes les minorités.

Le HDP, avec un score national de 13 %, a relevé le défi de passer largement la barre éliminatoire des 10 % prévue pour bloquer toute alternative démocratique aux islamo-conservateurs. Le HDP envoie 80 député-e-s dans cette nouvelle assemblée et devient une force politique désormais incontournable. En France, le HDP arrive en seconde position avec 20 % des voix parmi les électeurs turcs votant au consulat.

Le PCF salue le résultat du HDP, il salue à travers ce résultat le courage, le sang-froid et la détermination dont ont fait montre les militant-e-s et électrices et électeurs du HDP. Malgré les attaques sanglantes, les menaces, les coups fourrés et les pressions, des millions de femmes et d'hommes de tout le pays, par-delà leurs appartenances culturelles, se sont rassemblés sur les candidatures du HDP pour exprimer la voix de la paix, de la justice et de la démocratie contre celle de la violence, de la haine et de l'injustice.

Ce magnifique résultat rouvre la voie de l'espoir en Turquie mais aussi pour tous les peuples en lutte dans sa région et en Europe. Le soutien exprimé à travers ce vote au projet politique porté par les député-e-s du HDP, un projet démocratique, féministe et écologiste, ouvre une perspective progressiste de paix et de solidarité dans un pays dont les dirigeants, Erdogan en tête, ont joué la carte du soutien militaire à Daesh en Syrie contre les populations de Kobané prises en étau entre le régime syrien et les « djihadistes » ; populations qui n'ont eu de soutien en Turquie que des municipalités et population de Diyarbakir, Surç et Mardîn dirigées par des majorités BDP.

Le PCF souhaite associer à cette victoire des forces de la vie et de la liberté, la mémoire des trois responsables kurdes, Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez, froidement exécutées en plein Paris le 9 janvier 2013 avec l'implication probable des services de renseignements turcs, le MIT.

Le PCF qui participait aux délégations d'observateurs internationaux, ce 7 juin 2015, est heureux d'avoir été, comme il l'est depuis des années, aux côtés du HDP et des forces démocratiques turques et kurdes durant cette journée de vote qui marquera certainement un tournant dans l'histoire de la Turquie.


Parti communiste français,

commentaires

La nécessaire convergence du social et de l'écologie

Publié le 5 Juin 2015 par injey06

Les grandes entreprises croulent sous les liquidités. Hors système bancaire, elles cumuleraient plus de 1700 milliards de dollars aux USA, plus de 1000 milliards d’euros en Europe. Une situation qui favorise une poussée à la hausse de versements records des dividendes aux actionnaires. Dans le même temps le chômage et la précarité sont de plus en plus la « norme » imposée aux peuples à travers la planète.

Cette réalité renforce le caractère insupportable de la campagne permanente sur le «coût du travail» qui vise à culpabiliser, au quotidien, celles et ceux qui subissent la crise. De la même manière renforcer en permanence les divisions, entre salariés du public et du privé, entre Français et migrants, entre jeunes et vieux, entre pauvres et moins pauvres, tout cela participent d’une seule et même stratégie : asseoir chaque jour d’avantage la domination d’une minorité sur la très grande majorité.

Dans l’histoire la chose n’est pas nouvelle. Mais jamais, sans doute, les inégalités auront été aussi criantes, et pour la première fois cette domination pèse sur le devenir même de notre planète. La quête permanente du profit maximum est le moteur principal du réchauffement climatique. Aujourd’hui lutter véritablement contre ce réchauffement et ses conséquences dramatiques (on parle d’un milliard de réfugiés climatiques au XXIème siècle) passe, aussi, par le fait de profondément remettre en cause les logiques capitalistes.

Robert Injey

(Edito du Patriote Côte d’Azur du 5 juin 2015, n°86)

commentaires
1 2 > >>