" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Bilan du second tour, et après....

Publié le 31 Mars 2015 par injey06

Le PS vient de subir une profonde sanction électorale. Dans ce contexte difficile où la droite reprend tout le terrain arraché par les électeurs de gauche ces 20 dernières années, il y a quelques satisfactions :

Une grande satisfaction : l'élection de Valérie Tomasini et de Francis Tujague dans le canton de Contes/Sospel/Roya. Bravo à Francis et Valérie et aux camarades qui ont su relever le défi de ce nouveau canton, regroupant 5 anciens cantons dont 3 étaient détenus par l'UMP. Une mention particulière pour Valérie qui avec son mari, Michel, luttent contre le système Balarello and C° depuis des décennies. La détermination de leur engagement auprès des habitants de Tende et de la vallée trouve sa traduction aujourd'hui dans les urnes par cette belle élection. Bravo à tous les deux et aux camarades (communistes en carte ou de cœur et ami-e-s...) de cette belle vallée de la Roya qui depuis les derniers scrutins viennent de faire sacrément évoluer la physionomie électorale de ce territoire.

Satisfaction sur les bons résultats pour le Front de gauche au second tour. Malgré l'effondrement du PS on conserve le 94 et l'Allier est perdu (temporairement !) seulement pour quelques voix. Il y a aussi des victoires prometteuses sur des villes perdues aux municipales (Bobigny, Villejuif...).

Satisfaction avec la belle réélection de Marie Louise Gourdon et de Jean Raymond Vinciguerra sur Grasse 2 face au FN.

Un soulagement, le FN n'a pas été majoritaire sur un seul canton dans le 06. Donc pas d'élus. Sur Nice, c'est sur Nice 7 que le risque était le plus élevé.

Dans la catégorie « les choses que je n'ai pas aimé »

La surdité des leaders locaux et nationaux du PS. En clair ils sont sanctionnés car « les français n'ont pas encore vu les résultats positifs des politiques mises en œuvre ». « Résultats positifs » que du haut de leurs « compétences » les membres du gouvernement prétendre percevoir. En clair pour ces gens là, « les français ne comprennent rien » .

Pour eux si la gauche perd les élections c'est d'une part parce-que les Français ne sont sans doute pas assez intelligents pour mesurer les bienfaits à venir de la politique d’austérité et parce que le Front de gauche a eu l'outrecuidance de présenter des candidats !

Effectivement à l'image du 49-3, on pourrait inventer une loi limitant le nombre de candidats à 2. Un représentant le gouvernement en place et un autre représentant le prochain gouvernement qui tout en critiquant le gouvernement actuel fera la même politique.

Par chance cette version « amélioré » du 49-3 n'existe pas encore et nos gouvernants doivent « subir » le vote du peuple. Et comme j'ai eu l'occasion de le dire à Xavier Garcia sur France 3, au lieu mettre l'échec sur la présence du Front de gauche, il ferait mieux de s'interroger pourquoi 30 à 50 % des électeurs du PS ne le sont plus.

S'interroger là-dessus reviendrait à s'interroger sur le bien fondé de la politique mise en œuvre. Mais dans une espèce d'aveuglement collectif, reflet d'une caste qui vit dans sa bulle, il y a un véritable déni de la réalité.….....

Au déni de réalité Xavier Garcia a livré, entre deux pleurnicheries, une véritable opération d'enfumage, profondément malhonnête sur le plan intellectuel.

Sur France 3, le soir du second tour, il prétend que des candidature uniques de la gauche auraient pu « sauver » les canton de Victor et de Concas.

Faux ! Sur le périmètre de ces 2 anciens cantons (aujourd'hui Nice 8 et 9) à supposer que l'on puisse considérer que les voix s'ajoutent mécaniquement (ce qui n'est jamais le cas en vérité...) le total gauche est loin, parfois très loin, des candidats qualifiés pour le second tour. Dans aucun des cas, ni le 8, ni le 9, ni sur Nice 7, ni sur Nice 3 (anciens cantons de Cuturello et Damiani) une candidature unique à gauche aurait pu se maintenir au second tour (12,5 % des inscrits). Au mieux le total gauche est de 28 % des exprimés, il n'atteint même pas 24 % sur Nice 3. Et cela malgré des bons scores du Front de gauche en progrès sur les municipales.

La réalité est là l'effondrement du PS est tel qu'il plombe l'ensemble de la gauche.

Par ailleurs, c'est grâce aux voix du 1er tour du Front de gauche que Sarkozy est battu en 2012, grâce aux voix du premier tour que la région reste à gauche en 2010 . A chaque fois des candidats Front de gauche au premier tour....

Il n'y a pas d'échappatoire, changer de politique ou subir la sanction électorale c'est ce choix que les responsables du PS doivent assumer.

Et maintenant :

A cause du bilan catastrophique du gouvernement et de sa volonté affichée et arrogante de poursuivre, nous voilà face à une droite et son extrême qui n'ont jamais été aussi « conquérantes ». La tache qui est devant nous est énorme, mais c'est possible . C'est le sens de l'appel lancé par Pierre Laurent au soir du second tour invitant : « toutes les forces citoyennes, politiques et sociales disponibles à la construction d'un mouvement de gauche alternatif ample et populaire, à vocation majoritaire pour ouvrir à nouveau l'espoir. Communistes et autres composantes du Front de gauche, écologistes, socialistes refusant l'impasse actuelle, militants de Nouvelle Donne, citoyens, syndicalistes, militants de toutes causes… doivent converger pour construire ce nouvel espoir »

commentaires

Saorge....

Publié le 29 Mars 2015 par injey06

Nouvelle photo pour mon blog, celle du beau village de Saorge prise aujourd'hui. Près de 80% pour le Front de gauche au second tour !

Belle victoire pour Valérie Tomasini et Francis Tujague.

Bravo à tous les deux.

commentaires

La une du Patriote Côte d'Azur

Publié le 26 Mars 2015 par injey06

La une du Patriote Côte d'Azur
commentaires

Les mauvais comptes de Laurent Joffrin (et de quelques autres...)

Publié le 24 Mars 2015 par injey06

Les résultats du premier tour donnent lieu à beaucoup de commentaires et ouvrent le bal des pleureuses sur le thème « il fallait des candidatures d’union de la gauche au 1er tour », « C’est la faute au Front de gauche… ». Et Laurent Joffrin, grand stratège, le regard pointé sur 2017, livre ce commentaire « unie, la gauche peut gagner ; divisée, elle a déjà perdu ; unie elle est au second tour ; divisée, elle disparait ». Un commentaire qui part sur la projection des présidentielles à partir du score de dimanche (Sarkozy, 30% ; Le Pen : 26% ; Hollande, 24%, Mélenchon : 10% ; Dufflot : 2%) et qui se conclu par un plaidoyer pour une politique de renoncement face aux exigences des marchés financiers. Dans le jargon social-libéral ce renoncement se traduit par « aide aux entreprises dans le but de relancer l’emploi en période de perte de compétitivité », dans la vie de tous les jours ce sont des cadeaux fiscaux aux grands groupes pour préserver et accroitre les dividendes des actionnaires et autres rentiers.

Le raisonnement de Joffrin souffre d’une faille de taille, il ne dit rien sur les raisons de l’effondrement du PS et par la même du total gauche. Pour en rester aux élections cantonales/départementales de 49.3% en 2011 «nous» passons à 36.4% ce dimanche ! Sachant que le Front de gauche est passé au plan national de 8.8 à 9,4%, le score réel du PS et de ses alliés est passé de 40.5% en 2011 à 27% en 2015 !

Les grands stratèges peuvent se livrer à toutes les hypothèses, utiliser le 49-3, « ordonner » des candidatures uniques partout, tripatouiller le découpage des cantons, le mode de scrutin ou bien encore la comptabilisation des résultats, on ne gagne pas une élection quand un gros tiers de vos électeurs ne votent plus pour vous.

Si dimanche prochain des dizaines de départements basculent à droite la raison est là : l’effondrement du PS. Valls et les responsables locaux du PS continueront d’éviter d’assumer ce triste bilan en tentant de faire porter la responsabilité au Front de gauche et à ses candidats. Ceci est une vaste fumisterie, mais la priorité pour ces gens là, c’est de ne pas remettre en cause la politique qu’ils mettent en œuvre.

D’ailleurs il y avait encore plus de cantons où le Front de gauche était présent en 2011 (80% en 2011 contre 75% en 2015), et cela avait été un élément de mobilisation pour battre la droite.

L’avenir n’est pas d’en rester avec la même politique mise en œuvre et de lancer une espèce d’incantation d’une union de la gauche « pour arriver au second tour ». C’est l’échec programmé !

L’avenir c’est à redonner un sens à une véritable politique de gauche, de porter une véritable ambition pour rompre avec les logiques libérales, de rendre la priorité à l’humain et non pas aux exigences des marchés financiers. Le chemin n’est pas simple, mais c’est le seul pour rendre de l’espoir à notre peuple et réenclencher une véritable dynamique à gauche pour gagner.

Au lendemain du second tour c’est le chantier auquel il va falloir véritablement s’atteler….

Quand on regarde la situation où nous sommes, en France et ailleurs, les paroles de Jean Ferrat sont d’une grande actualité :

« C'est un autre avenir qu'il faut qu'on réinvente

Sans idole ou modèle, pas à pas, humblement

Sans vérité tracée, sans lendemains qui chantent

Un bonheur inventé définitivement

Un avenir naissant d'un peu moins de souffrance

Avec nos yeux ouverts en grand sur le réel

Un avenir conduit par notre vigilance

Envers tous les pouvoirs de la Terre et du Ciel »

commentaires

Nice: Un Front de gauche en progrès

Publié le 23 Mars 2015 par injey06


Lors du premier tour des élections départementales une part significative des électeurs et des électrices des cantons de Nice ont fait le choix de l’abstention. Cela traduit une forte défiance de nos concitoyen-ne-s à l’égard d’une démocratie représentative qui les représente de moins en moins et où, réforme après réforme, les populations sont éloignées des centres de décisions.

Dans ce contexte, loin des scores annoncés, le Front National, peut malgré tout emporter des cantons dimanche prochain. C’est une mauvaise nouvelle pour notre ville, notre département et pour notre peuple. Les responsables de ces résultats du FN portent une lourde responsabilité.

-Tous ceux et toutes celles qui ont contribué à sur-médiatiser le FN tout au long de ces mois, le surévaluant systématiquement dans tous les sondages.

-Les leaders de l’UMP qui, à l’image d’E. Ciotti et de C. Estrosi, n’ont cessé de banaliser les thèmes de prédilection du FN (L'insécurité, la stigmatisation des immigré-e-s, des privé-e-s d'emploi, des salarié-e-s et des retraité-e-s…), dans l’espoir d’en capter l’électorat.

-Le gouvernement pour n’avoir fait que creuser la désespérance sociale.


Malgré cette situation, le Front de gauche enregistre une nette progression sur le dernier scrutin national, les européennes, avec un gain de plus de 3500 voix sur les 9 cantons niçois. Sur le périmètre de la ville de Nice, les candidat-e-s du Front de gauche améliorent en voix et en pourcentage le score des municipales. (7460 voix et 7,72 % contre 6178 et 5,38% lors des municipales)

Pour le second tour, nous faisons confiance au sens démocratique de nos électrices et de nos électeurs, que nous appelons, dans les cantons de Nice, à faire barrage, selon leur conscience, aux idées racistes et xénophobes du Front National, de ses alliés identitaires et de la droite extrême .

Nous remercions les électeurs et les électrices qui nous ont apporté leur suffrage et qui ont fait le choix du progrès social, de l’implication citoyenne et féministe, et de la transition écologique. Nous les invitons, ainsi que celles et ceux qui veulent construire l’espoir, à s’investir dès à présent, pour demain, avec nous.

Pour le Front de gauche Nice

Robert INJEY, Roselyne GRAC, Arthur LEDUC

commentaires

La une du Patriote....

Publié le 19 Mars 2015 par injey06

La une du Patriote....
commentaires

Trois remarques avant le scrutin du 22 mars

Publié le 18 Mars 2015 par injey06

A quelques jours du scrutin quelques remarques.

1/ Le gouvernement est en train d’organiser une vaste escroquerie sur la comptabilisation des résultats. Une partie de la presse a fait l’écho de cela à l’image de Marianne http://www.marianne.net/ministere-interieur-cherche-t-il-brouiller-resultat-departementales-100232122.html

2/ Ces méthodes sont à l’image de la campagne que développent le gouvernement et les leaders du PS. Face au fiasco qui s’annonce, il s’agit de détourner les responsabilités et de faire avaler une fable : « Ce n’est pas la politique du gouvernement qui est la raison de l’échec et de l’absence de la gauche au second tour dans des centaines de cantons, mais la division de la gauche ». Après le mépris à l’égard des électeurs de gauche (« quelque soit le résultat on continu »), c’est la fumisterie généralisée.

La réalité c’est que le PS paye tout à la fois sa politique au service du MEDEF, mais aussi les réformes des modes de scrutins depuis 15 ans. Comme je l’indiquais dans un billet précédent l’objectif depuis 2000 pour l’UMP et le PS c’est d’institutionnaliser et de « sécuriser » le bi-partisme et une alternance confortable. Tous les tripatouillages depuis 15 ans n’ont eu que cet objectif. La liste est longue : inversion du calendrier, abandon de la proportionnelle intégrale aux Régionales, abandon de la circonscription nationale aux européennes, augmentation des seuils pour se maintenir de 10 à 12,5 par une loi en 2010….. Avec un électorat de gauche qui s’abstient et un FN à plus de 25% aujourd’hui tout cela se retourne contre le PS, mais surtout contre notre peuple.

Pour se sortir de cette situation qui étouffe notre peuple et notre démocratie, il faut en finir tout à la fois avec ces politiques qui, pour préserver les profits d’une minorité, nourrissent la désespérance sociale. Il faut aussi revitaliser notre démocratie représentative, par exemple en réinstaurant la proportionnelle.

3/ concernant le FN j’entends beaucoup l’argument « on a jamais essayé ». Sauf à avoir la mémoire courte, nous avons déjà du subir les affres de l’extrême droite en France. Sans doute cela remonte un peu loin, mais je constate simplement que dans les pays qui se sont débarrassés des dictatures fascistes dans les années 70 (Grèce, Portugal Espagne) le souvenir est encore vivace et les scores de l’extrême droite sont réduits. Ne pas oublier !

commentaires

Initiatives de campagne (photos)

Publié le 16 Mars 2015 par injey06

Initiatives de campagne (photos)
Initiatives de campagne (photos)
Initiatives de campagne (photos)

Le mauvais temps sur Nice ce week-end n'aura pas empêché les militants du Front de gauche de mener quelques actions sur Nice et la Trinité pour dénoncer l'évasion fiscale version Mac-Do ou bien encore rendre l'invitation au milliardaire Mulliez . Le propriétaire du groupe Auchan (décathlon, Leroy merlin....) avait fait irruption à Lille dans une réunion de la JC le 21 février pour dire tout le mal qu'il pensait d'une affiche dénonçant les cadeaux fiscaux qu'il percevait (126 millions d'euros) tout en licenciant. Dans un tract largement diffusé nous n'avons pas manqué de rappeler cette réalité. Illustration d'une politique gouvernementale qui favorise sans cesse les plus riches au détriment des salariés et de leur famille.

commentaires

Lettre aux électeurs et électrices de gauche à Nice.

Publié le 12 Mars 2015 par injey06

Madame, Monsieur, Cher-e-s Ami-e-s

Déception, Résignation, Colère…. Les mots se télescopent pour traduire le sentiment des femmes et des hommes qui ont voté en 2012 en espérant le changement. Électeurs de gauche, socialistes, écologistes, communistes et du Front de gauche, nous avons voté en 2012 non seulement pour nous débarrasser de Sarkozy, mais aussi de sa politique. Certains avaient beaucoup d'espoir, d'autres beaucoup moins d'illusions.

Moins de 3 ans après le bilan est catastrophique. Hollande et les gouvernements successifs n'auront même pas fait semblant de mener une politique de gauche. Depuis le début ils n’obéissent qu'au MEDEF et aux marchés financiers. Et pour quels résultats ? Alors que les dividendes versés aux actionnaires augmentent, nous assistons à l'explosion du chômage et de la précarité.

Face à ce que certains qualifient de trahison, les femmes et les hommes de gauche renoncent. Une force considérable, mais désabusée, qui, en ces temps difficiles et incertains, baisse les bras en se disant « A quoi bon ? Tous les mêmes ! ». Une déception face aux choix du gouvernement que renforce l'exaspérante attitude des leaders locaux du PS, toujours très zélés pour défendre l'indéfendable politique de Valls.

Le 22 mars lors des élections départementales, certains sont prêts à s'abstenir, ou parfois se laisser tenter de voter pour le pire.

Nous avons toutes les bonnes raisons d'être déçus et en colère, mais pour autant faut-il laisser à la droite et son extrême tous les pouvoirs, les laisser décider de tout à notre place ? Faut-il, face à la trahison de nos espoirs, nous résigner à faire une croix sur notre avenir et l’avenir de nos enfants et petits-enfants ?

Avec mes amis du Front de gauche, nous ne le pensons pas. A l'image du combat que les parlementaires du Front de gauche mènent contre les licenciements boursiers, pour la justice fiscale, une gauche qui respecte ses engagements c'est possible.

Aussi, fraternellement, je m’adresse à vous aujourd’hui. Ensemble nous sommes une force, même à Nice, où nous sommes des dizaines de milliers. En Grèce, en Espagne, en Italie des voix s'élèvent pour exiger une autre politique. L'idée qu'une nouvelle gauche est possible grandit. En France c'est l'ambition que portent des femmes et des hommes, au Front de gauche, chez les écologistes, les déçus du PS, dans le mouvement social.

Dimanche 22 mars, nous voulons faire entendre une autre voix : contre l’austérité, pour une nouvelle gauche, sociale et écologique. Nous voulons rassembler largement celles et ceux qui subissent au quotidien les conséquences de la politique du gouvernement et de la majorité UMP dans les Alpes-Maritimes.

Nos parcours sont différents, nous ne sommes pas d'accord sur tout, mais nous partageons la même exigence : que l'humain prédomine sur la finance, que l’emploi, la qualité de vie et la préservation de notre planète soient plus importants que les profits d'une petite minorité. C’est l’ambition que portent, dans les cantons de Nice mes amie-e-s, candidat-e-s du Front de gauche.

Très amicalement.

Robert INJEY

commentaires

Estrosi, Allemand et le FN: assez pitoyable...

Publié le 11 Mars 2015 par injey06

Alors que le chômage atteint des sommets que la préoccupation d’une majorité de nos concitoyens c’est de savoir comment ils vont joindre les deux bouts à la fin du mois, l’UMP et le PS, tant au plan national que localement, se livrent à un pitoyable spectacle sur le thème « qui est responsable de la montée du FN ? ».

Qu’ils se rassurent, ils sont ex-æquo dans ce domaine.

L’UMP pour n’avoir cessé de banaliser les thèmes de prédilection du FN, d’en l’espoir d’en capter l’électorat.

Le PS pour n’avoir fait que creuser la désespérance sociale.

L’un et l’autre à force d’avoir tripatouillé les modes de scrutins depuis 15 ans pour renforcer le bipartisme (inversion du calendrier, abandon de la proportionnelle intégrale aux Régionales, abandon de la circonscription nationale aux européennes, augmentation des seuils pour se maintenir…..), se trouvent pris à leur propre piège.

Un peu tard pour se réveiller Messieurs !

Je ne m’éterniserais pas sur la droite.

Concernant les dirigeants du PS, après les récentes déclarations de Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadelis parle ce matin de "suicide politique en direct " à gauche. Il va s’en dire que ces prophéties catastrophiques n’ont peut-être pas pour objectif, en tout cas elles n’ont pas pour effet, de mobiliser les électrices et électeurs. Elles ne répondent ni aux enjeux des élections départementales, ni aux attentes de millions d’hommes et de femmes, ni à la situation à gauche.

Oui, la situation est préoccupante. Mais au lieu de commenter la conséquence (la montée du FN) les porte-paroles locaux et nationaux du gouvernement feraient bien mieux de s’interroger sur les causes de cette situation. Avec cynisme et mépris, la politique gouvernementale tourne le dos au changement annoncé en 2012. La loi Macron est l’illustration du renoncement à faire une politique de gauche. Par contre elles sont saluées et encouragées par les forces les plus libérales en France et en Europe.

Pour mettre en échec la droite et faire reculer les idées de haine du Front National, il faut reconstruire l’ambition solidaire d’une transformation sociale et écologique.

Cela passe les 22 et 29 mars par donner de la force à une nouvelle gauche qui a su trouver, malgré les difficultés, le chemin du rassemblement avec les différentes sensibilités de gauche qui refusent l'austérité et proposent des solutions pour leur territoire.

R. Injey

commentaires

En campagne (Photos)

Publié le 9 Mars 2015 par injey06

Anaïs candidate sur Nice 8 en mode collage

Anaïs candidate sur Nice 8 en mode collage

Devant la banque HSBC pour dénoncer l'exil fiscal

Devant la banque HSBC pour dénoncer l'exil fiscal

Sur le marché de la Trinité avec Guy, Virginie et Redija

Sur le marché de la Trinité avec Guy, Virginie et Redija

La campagne officielle commence! Même si pour les militants et les candidats du Front de gauche elle a commencé il y a plusieurs mois, nous entrons dans les 15 jours de campagne officielle. Dans un contexte marqué par une pléthore de sondages et le pont médiatique fait en permanence aux candidats du FN il va falloir mouiller la chemise pour faire faire entendre une autre voix: contre l'austérité, pour une nouvelle gauche, sociale, et écologique. C'est l'ambition que portent les militants communistes et du Front de gauche et les candidats.

Dans le contexte aussi notons le cinéma du PS sur l'air de "la gauche est divisée alors que nous tendons la main" ou bien encore le soudain réveil face aux dangers du FN.

Si la gauche est divisée, elle l'est du fait de la politique du gouvernement. Quand à la main tendue, nous n'avons cessé de la tendre pour faire une vraie politique de gauche, à l'image de la proposition de loi contre les licenciements boursiers, rejetée par le gouvernement. A cette main tendue le gouvernement et la direction du PS n'ont cessé de préférer celles du MEDEF, des marchés financiers sans parler de Merkel.

Tendre la main c'est comme les promesses ce n'est pas uniquement à quelques jours d'un scrutin, c'est en permanence dans les décisions politiques et la mise en œuvre.

.

commentaires

L'hôpital public va mal, le docteur Valls a un remède : la saignée!

Publié le 5 Mars 2015 par injey06

Le gouvernement a programmé 3 milliards de saignée budgétaire pour l’hôpital public et les réalités associées à ce plan d'économies apparaissent au grand jour. Elles font froid dans le dos quand on connaît la situation dans les hôpitaux. Une note interne au ministère de la Santé estime à 800 millions la baisse dans la masse salariale. Cela veut donc dire 22000 emplois en moins par an sur les trois prochaines années sauf pour la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui pense contre toute logique qu'on peut diminuer la masse salariale sans supprimer d'emplois.

Alors que l’hôpital public va mal, que les usagers et les personnels sont confrontés à une dégradation insupportable des soins, que la gestion comptable des dépenses de santé à l’œuvre au cours des dernières années est un véritable recul de société, le docteur Valls met dans la seringue une vingtaine d'emplois en moins par établissement de santé chacune des trois prochaines années. Cette véritable saignée est inacceptable. C'est la direction opposée qu'il faut prendre.

L'hôpital public, fleuron du système de soin français, est en crise. La pénurie de personnels soignants et non soignants, ainsi que la restriction des missions ont considérablement dégradé les conditions du services rendu à la population. Politiques de restriction des missions et des moyens, mise en compétition des services, des hôpitaux, réduction du nombre de soignants formés sont des mesures que la droite a orchestrées pendant des années et qui, aujourd'hui, se poursuivent. Une réponse de gauche est urgente. Comment ? Avec l'arrêt des fermetures d'activités et de services, un moratoire sur la mise en œuvre de la loi HPST, un plan de formation ambitieux de professionnel-le-s médicaux et non médicaux sur la durée, la mise en place d'un système de financement qui mette fin à la T2A, aux enveloppes fermées. Avec la prise en charge de l'investissement immobilier par l'Etat et l'effacement de la dette des hôpitaux publics. Sans oublier l'indispensable démocratisation du fonctionnement des établissements de santé et de l'organisation de la santé avec la suppression des ARS.

Parti communiste français

commentaires