" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Tribune 343 salauds : « 343 réacs, sexistes et machistes » (PCF)

Publié le 30 Octobre 2013 par Laurence Cohen PCF dans Politique France

A l'heure où la polémique enfle suite à la publication des "343 salauds: touche pas à ma pute", ci-dessous le texte de Laurence Cohen au nom du PCF.

 

"Le débat parlementaire n’a pas encore commencé sur la proposition de loi « Lutte contre le système prostitutionnel » de la Députée Maud Olivier, que déjà certains hommes réagissent.

Les féministes, ces harpies, voudraient les empêcher d’aller voir « leurs putes » et oseraient porter atteinte au plaisir masculin.

La tribune « des 343 salauds : touche pas à ma pute » qui va être publiée prochainement témoigne de la persistance de comportements machistes et sexistes.

Pour ces messieurs, dont certaines « célébrités », le libre-accès à la prostitution fait partie de leur liberté, interdiction d’y toucher ! Que leur plaisir passe par la soumission des femmes, par des rapports monnayés ne leur pose aucun problème. Le plaisir masculin unilatéral est pour eux la normalité, les violences qu’il occasionne n’est qu’un détail.

C’est faire fi de la réalité de la prostitution, de la domination exercée sur des individus, majoritairement des femmes, des réseaux mafieux qui considèrent le corps des femmes comme une marchandise.

Le PCF rappelle qu’il est favorable à l’abolition de la prostitution et signataire de l’appel « Abolition 2012 ».

La France, pays abolitionniste doit mettre en accord ses paroles et ses actes. La pénalisation du client est un moyen de faire prendre conscience qu’il n’y aurait pas de prostitution sans demande de ces messieurs.

L’argent ne peut pas tout acheter. Contrairement à ces 343 réacs, d’autres voix s’élèvent, y compris masculines, tel que le collectif zéro macho où 1880 hommes disent non à la prostitution ou bien encore sur l’appel « jeunes pour l’abolition » lancé par les organisations de jeunesse qui dénonce le système prostitutionnel et rappelle, avec justesse et humour, que la prostitution n’est pas un métier.

Pour les communistes, l’émancipation humaine ne peut souffrir de l’asservissement de quiconque".

 

Laurence Cohen, Responsable de la commission « Droits des femmes/Féminisme » au PCF,

Paris, le 30 octobre 2013.

commentaires

Reniements et ralliements: la droite à Nice en grande forme…..

Publié le 30 Octobre 2013 par Robert Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 Le ralliement  Icart - Peyrat et l’exclusion  de Kandel  sont les dernières péripéties du sport favori de la droite et de l’extrême droite à Nice : le reniement–ralliement

Après 1995, des membres de la liste  de Jean-Paul Barety  rejoignent Jacques Peyrat. Avant les municipales de 2007 une grande partie de l’équipe de ce dernier déclare allégeance à Christian Estrosi, et depuis 2007 tous les élus de la liste Peyrat, à l’exception d’un seul,  ont rejoint Christian Estrosi, pendant que 3 élus de la liste de ce dernier se font éjecter.

Il n’échappe à personne que les motivations de ces reniements et ralliements multiples et successifs qui affectent la droite niçoise et sont extrême  ne doivent pas grand-chose à une quelconque « conviction politique».

C’est le reflet d’une droite niçoise bien peu soucieuse des préoccupations quotidiennes des habitants de cette ville….   

A Nice aussi le peuple a de quoi être en colère

Robert Injey

 

commentaires

Estrosi, le FN et les procès à venir.....!

Publié le 29 Octobre 2013 par Robert Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

A force de voir l'UMP courir après le FN.... on ne sait plus qui est qui!

 

C'est ce qui arrive à l'UMP dans les Alpes Maritimes, après le maire de Malaussène qui rejoint avec armes et bagages le FN, voici que l'ancien premier adjoint UMP de Nice, Benoît Kandel, ne dément pas un rendez avec Marine le Pen, s'attirant immédiatement les foudres hypocrites de Copé. Ce nouvel épisode illustre la porosité entre le FN et l'UMP et la radicalisation du discours des leaders de l'UMP ne fait qu’accroître cette porosité.

 

Cette porosité s'illustre aussi dans les comportements.

Marine Le Pen, pour  donner une nouvelle image plus fréquentable, menace de procès ceux et celles qui disent qu'elle est d'extrême droite.

Christian Estrosi, pour donner l'image de quelqu'un qui gère bien, menace de procès ceux et celles qui l'accusent de creuser la dette.

 

Et bien chiche !

Oui, Marine Le Pen est bien le produit de l'extrême droite française.

Oui Christian Estrosi creuse la dette de la ville et de la Métropole.

 

Vivement le conseil municipal du 15 novembre pour apporter, une nouvelle fois, des éléments sur cette réalité.

 

Robert Injey

Conseiller municipal de Nice

commentaires

Lettre ouverte aux citoyens de gauche déçus

Publié le 26 Octobre 2013 par Robert Injey dans Politique France

 Chaque jour François Hollande désespère un peu plus les électeurs qui ont voté pour lui en mai 2012.  Assumant totalement son libéralisme économique et social, voilà maintenant qu’à la soumission aux marchés financiers il ajoute  le cynisme et le reniement des valeurs de gauche. L’affaire de la jeune Léonarda en est une nouvelle illustration.

 

Déçus, les hommes et les femmes de gauche le sont, eux qui  espéraient autre chose de ce gouvernement.

 

Déçus. Ils sont des millions à se dire que cela ne sert plus à grand-chose d’aller voter. Mais à voir l’affligeant spectacle des primaires à Marseille il semble que cela ne préoccupe pas les dirigeants socialistes. Dans la seconde ville de France, défigurée par la casse industrielle, les affaires et les trafics, les ténors locaux du PS nous ont donné à voir un triste spectacle, dépassant l’imagination des scénaristes des télés-réalité.

 

Déçus. Mais allons nous de manière résignée attendre la chute en espérant que le futur soit moins pire ?

 

Déçus. Allons nous regarder tranquillement ce spectacle d’ouvriers qui se battent entre eux, sous les yeux d’un patronat qui compte les points, trop heureux de cette division des exploités ?

 

Déçus. Allons nous laisser, par lassitude, une minorité fascisante imposer son racisme ordinaire ?

 

Déçus. Allons nous renoncer à changer nos vies ?

 

Quelques jours après Brignoles, les lycéens nous ont donné une belle leçon de solidarité et de refus de l’injustice. Refuser l’injustice d’une politique qui n’a plus rien à voir avec la gauche, la question est  posée aux femmes et  aux hommes de gauche.

 

Elle est posée aussi,   aux socialistes et aux écologistes déçus, tentés par l’abstention ou résignés dans un vote qui n’a plus rien d’utile.  

 

L’heure n’est –elle  pas enfin venue de dire stop, et ensemble  de s’en mêler pour faire prévaloir d’autres choix ?

 

Robert Injey

Conseiller municipal de Nice

Groupe communiste-Front de gauche

 

commentaires

Le FN et le fric: quelques vérités! ( Le Canard enchainé)

Publié le 24 Octobre 2013 par Canard enchainé dans Politique France

Le canard

commentaires

Lutte contre la discrimination urbaine....

Publié le 23 Octobre 2013 par Presse, RI et EG dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

ligne 16-copie-1

ligne 16 2-copie-1Prétextant, avec cynisme,  vouloir améliorer la desserte de l’Ariane, Christian Estrosi  a décidé de stopper la ligne 16 au niveau du parc Auvare, à partir de 1er décembre. Après le refus de prolonger la ligne 1 du tramway jusqu’à l’Ariane, cette décision n’est pas anodine et enclave encore plus ce quartier populaire. Aujourd'hui une frontière, qui ne dit pas son nom, est en train de se mettre en place entrainant, via le logement et les transports, une véritable discrimination urbaine 

La décision sur la ligne 16  pénalise tous les scolaires, les salariés, les usagers des services publics qui doivent se rendre dans d’autres quartiers de la ville. Cela ne fait qu’accroître les difficultés déjà nombreuses des habitants de l'Ariane. 

Comme les habitants de Cimiez ou de Rimiez qui bénéficient des lignes 15, 17, 20, 24, 25, 36 (liste non exhaustive) pour se rendre directement dans beaucoup de quartiers de Nice, les habitants de l’Ariane sont en droit d'avoir des liaisons directes vers le centre-ville.

C’est un droit légitime.

 

Ensemble demandons à Christian Estrosi de revoir immédiatement sa copie et de développer les transports en commun à l’Ariane.

 

Rendez-vous vendredi 25 octobre à partir de 10h sur le marché de l'Ariane pour signer massivement la pétition.

commentaires

UNE GRANDE AMBITION POUR LE FRONT DE GAUCHE

Publié le 23 Octobre 2013 par PCF dans Initiatives PCF

Déclaration du Comité exécutif national du PCF

  La France, ses valeurs de justice, de fraternité et d’égalité sont malmenées. Les populations souffrent des politiques d’austérité, de licenciements, de baisse du pouvoir d’achat. Il est malheureusement devenu évident pour le plus grand nombre que la politique gouvernementale menée par François Hollande et Jean-Marc Ayrault loin de permettre de sortir de l’ornière, aggrave la situation. Elle prolonge et amplifie l’échec creusé par dix ans de politiques de droite. Les citoyens de notre pays constatent des renoncements gouvernementaux chaque jour plus grands, le refus obstiné de s’attaquer à la racine de la crise, le pouvoir de la finance, la poursuite et l'aggravation de la politique d'austérité, la multiplication des cadeaux aux grandes entreprises au nom de la compétitivité et de la baisse du coût du travail; et même la fuite en avant dans des discours qui tournent le dos aux élémentaires valeurs d’humanité qui fondent la gauche.  Cette situation provoque le désarroi de millions de citoyens de gauche qui ont voulu le changement en mai 2012. Les élections partielles, marquées par la démobilisation à gauche et les victoires de la droite et de l’extrême-droite, le montrent clairement. La gauche est en danger.

 

Le risque est grand que se referme durablement sur la France et sur nos concitoyens un piège infernal : ou la poursuite d'une politique gouvernementale qui reste soumise aux marchés financiers et au MEDEF et détruit toujours plus notre modèle économique social et culturel; ou le retour de la droite qui ne ferait que s'enfoncer dans cette voie; ou le recours à l’extrême-droite qui en alliance avec tout ou partie de la droite ne ferait que mener une politique de division et de discrimination des travailleurs, épargnant là encore le capital financier. Voilà à quoi on voudrait réduire le choix du pays ; voilà pourquoi le débat est étouffé sur les causes de la crise ; voilà pourquoi une entreprise continue de  banalisation du FN est déployée, l’objectif étant de renvoyer dans ses bras toutes celles et ceux qui cherchent à échapper à une alternance et un bipartisme à bout de souffle.

 

Dans ce contexte, la responsabilité politique du Front de gauche, de toutes les organisations qui le composent, est plus grande que jamais. Le Front de gauche a été crée  pour transformer les rapports de forces à gauche et permettre la participation citoyenne la plus grande.

 

Le Front de gauche est  le lieu du rassemblement de toutes celles et tous ceux qui considèrent qu'il n'y aura pas de transformation sociale sans une politique en rupture avec les logiques libérales qui souhaitent construire une alternative au gouvernement Ayrault et à sa politique.  Le Front de gauche se fixe indissociablement comme objectif un rassemblement majoritaire plus large sans lequel le changement ne peut pas avoir lieu. Contenu et rassemblement sont liés. Le Front de gauche se veut un outil de rassemblement porteur d'un projet politique à vocation majoritaire à gauche. Il doit servir à développer une mobilisation citoyenne large, profonde et durable qui soit utile aux mobilisations sociales et donne corps à cette alternative.

 

Cette volonté de dynamiser l'engagement individuel et collectif, d'impulser des dynamiques de mobilisation politique, de porter la perspective d'une alternative crédible à gauche sont au cœur du Front de gauche. C'est cette matrice originelle qu'il nous faut aujourd'hui réactiver en faisant franchir une nouvelle étape au Front de gauche. La politique gouvernementale, en tuant l'espoir à gauche, aggrave la crise politique. Nous devons relever de nouveaux défis en construisant un rassemblement qui aille bien au-delà de ce que nous avons déjà construit jusqu'à présent. Très nombreux sont les électrices et les électeurs qui partagent nos valeurs et ne se reconnaissent plus dans la politique gouvernementale. Le Front de gauche doit tendre la main à ces millions de Françaises et Français qui n’en peuvent plus d’attendre le changement, à ces millions de salarié-es, d’électrices et d'électeurs de gauche, socialistes, écologistes, syndicalistes, militantes et militants associatifs, citoyens engagés ou non...

 

C’est le défi que nous voulons relever dans l’action au quotidien comme dans les prochains rendez-vous électoraux. Quels que soient les débats dans le Front de gauche, naturels vu l’importance des défis politiques à relever, sur la meilleure manière d’atteindre nos objectifs communs  dans chacune des échéances à venir, rien ne mettra en doute la volonté et la détermination du PCF à poursuivre dans la durée ce travail de conquête avec le Front de gauche.

 

Pour avancer sans attendre, le PCF propose, conformément à ce qui a commencé à être discuté dans la coordination nationale du Front de gauche le 14 octobre, d’impulser des campagnes nationales du Front de gauche sur quatre grands thèmes structurants : une campagne de vérité et de propositions contre le coût du capital et pour rompre avec l'austérité telle qu’elle avait été proposée par Pierre Laurent à la Fête de l’Humanité ; une campagne pour une grande réforme de justice fiscale ; une campagne sur les enjeux européens pour la rupture avec les politiques d’austérité et la refondation d’un nouveau projet solidaire et démocratique pour l’Europe ; une campagne pour la démocratie et la VIe République.

 

Les deux échéances électorales de 2014 seront elles aussi capitales. Elles s’inscriront dans le travail initié par les forces du Front de gauche pour construire les rassemblements majoritaires auxquels nous aspirons.

 

Les élections municipales, dans lesquelles nous combattrons en toutes circonstances les ambitions de la droite et de l’extrême-droite, sont l’occasion de construire des victoires ou des points d’appui utiles aux populations, capables de faire la démonstration que, contrairement au discours gouvernemental, la mise en œuvre de choix politiques de gauche est possible. Elles peuvent promouvoir une réappropriation citoyenne des pouvoirs locaux, et du coup contribuer à l’engagement citoyen  pour la modification des rapports de forces nationaux. Elles s’inscrivent dans la visée du Front de gauche de rendre majoritaire des projets transformateurs à gauche. Elles sont l’occasion d’élargir le rassemblement à des femmes et des hommes venus de tous les horizons de la gauche et en accord avec ces projets.

 

Les désaccords qui ont surgi dans certaines villes entre forces du Front de gauche sur la  configuration des listes de premier tour ne doivent pas contrarier l’effort d’ensemble que les forces du Front de gauche ont à produire dans ce sens. Dans le même esprit, pour le PCF le rassemblement de toutes les forces de gauche au second tour pour battre la droite et l'extrême droite doit être la règle.

 

Les élections européennes seront, elles, le moment d’un intense affrontement pour sortir l’Europe de l’ornière dramatique de l’austérité, du libéralisme et de l’autoritarisme. Nous refusons cette Europe là. Nous voulons que se lève dans toute l’Europe un front large et uni contre l’austérité en rassemblant sur un projet de gauche pour la  refondation de l’Europe, avec l’objectif de renforcer le groupe de la GUE-NGL (Gauche unie européenne-Gauche verte nordique) au Parlement européen et les dynamiques politiques impulsées par le Parti de la gauche européenne (PGE). Notre convention nationale du 16 novembre travaillera à ce projet. Le PCF propose d’enclencher dès à présent le travail des forces du Front de gauche avec en perspective le congrès du PGE en décembre. La conférence des présidents du PGE réunis à Madrid ce 18 octobre vient de prendre deux décisions importantes. La première est de soumettre à la décision du congrès du PGE les 14 et 15 décembre à Madrid la candidature d'Alexis Tsipras à la présidence de la Commission européenne, avec l'objectif d'en faire le porte-voix des forces anti-austérité en Europe. Cette candidature d’Alexis Tsipras constitue un symbole fort de rassemblement dans toute l’Europe et peut dynamiser les campagnes européennes menées dans chacun de nos pays. La seconde est de confirmer au congrès de Madrid la présidence collective du PGE animée par Pierre Laurent, pour poursuivre l'affirmation d'une force de gauche crédible à l'échelle de toute l'Europe.

 

L’ensemble de ces défis et le travail de rassemblement auquel ils appellent nourrissent des débats qui traversent aujourd'hui le Front de gauche. La direction du PCF les assume et entend les mener avec la plus grande sérénité, dans un esprit d'ouverture et de dialogue indispensable au sein du Front de gauche et pour son développement. Ces débats sont l'expression de la diversité du Front de gauche et des approches spécifiques des organisations qui le composent. A l’opposé de toute démarche d’exclusion, le PCF réaffirme  sa volonté d’accélérer le renforcement et l’élargissement du Front de gauche. Pour cela, la vie du Front de gauche doit être améliorée, rendue toujours plus collective dans son organisation comme dans son porte-parolat. Sa diversité doit être respectée comme doivent l'être les décisions souveraines prises par chacune des organisations qui le composent. Les décisions relatives à l'organisation interne du Front de gauche adoptées à l’unanimité par l'ensemble des organisations membres doivent maintenant être mises en œuvre.

 

Les citoyens, la gauche, nos organisations ont besoin d'un Front de gauche offensif, dynamique et rassembleur. Le Comité exécutif national du Parti communiste français réaffirme cette grande et belle ambition pour le Front de gauche. Il lance un appel à toutes les femmes et les hommes de gauche, à toutes les forces disponibles pour la mettre en œuvre. Ces forces sont nombreuses dans la jeunesse, dans le monde du travail, parmi les militants de tous les partis de gauche y compris au sein du Parti socialiste et d'EELV où montent les critiques contre la politique Hollande-Ayrault. Ensemble, ces forces peuvent reconstruire l'espoir.  

 

 

 

commentaires

Consultation quartier du Ray (Photos+ presse)

Publié le 21 Octobre 2013 par Robert Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

photo ray 1

nice matin ray

photo ray 2

ray photo 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déjà plusieurs centaines de questionnaires.  La consultation sur le devenir du quartier du Ray prend de l'ampleur. Prochain rendez-vous, mardi 22 octobre à 16h devant le CAL Gorbella.

commentaires

Campagne concertation sur le devenir du Ray

Publié le 17 Octobre 2013 par Robert Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 Lors du conseil municipal du vendredi 11 octobre 2013, après un grand « discours sur la concertation », C. Estrosi a présenté ses vues du projet sur le devenir du quartier du Ray.  En clair, le maire de Nice a aujourd’hui une idée très précise sur ce qu’il veut faire du quartier et l’avis des habitants lui importe peu.

C’est la raison pour laquelle nous engageons une nouvelle phase de la concertation que nous avons lancé fin septembre, pour dégager les projets prioritaires que les habitants veulent voir réalisés dans ce quartier.

Nous tiendrons une conférence de presse pour lancer cette nouvelle campagne :

 

Vendredi 18 octobre à 11h

65 bd Gorbella

devant le CAL Gorbella

 

Robert Injey et Emmanuelle Gaziello,

Conseillers municipaux de Nice

commentaires

Tramway et activisme pré-électoral

Publié le 16 Octobre 2013 par Robert Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 Entrainé par son activisme pré-électoral  Christian Estrosi va « inaugurer » aujourd’hui  le début des travaux de la ligne 2 du tramway à l’ouest de la ville.

 

« Inauguration » destinée à occuper l’espace médiatique et à donner l’impression qu’il se passe quelque chose.  En vérité, et sous réserve de trouver les 250 millions d’euros qui manquent encore, les vrais travaux ne commenceront qu’après les municipales avec la fermeture de la rue Ségurane.

 

L’option « tramway souterrain »  choisie par le maire de Nice  est catastrophique pour la ville. Le surcoût lié à cette option (près de 200 millions d’euros, sans doute bien plus avec les imprévus liés à ce type de projet) va plomber financièrement la ville et la métropole pour plusieurs décennies. Et tout l’argent qui sera englouti  dans le tunnel ne sera jamais disponible ailleurs !

 

Ainsi que le groupe des élus communistes le propose depuis 2009, la seule solution logique est l’option surface avec possibilité de connexion avec la ligne 1.

 

Dans cet esprit,  pour éviter la gabegie financière et répondre aux besoins des niçois et des niçoises, les élus Communistes-Front de gauche de Nice sont favorables à l’abandon définitif du coûteux tracé en tunnel, et à l’examen des possibilités de tracés en surface sur les axes Victor-Hugo ou Thiers avec la possibilité d’une connexion directe avec la ligne 1 et avec la gare SNCF Riquier.

 

Ce projet peut être réalisé et livré à l’exploitation dans les mêmes délais que celui annoncé par Christian Estrosi, mais avec une économie de plus de 200 millions d’euros !

200 millions d’euros…c’est  le prix du caprice et de l’entêtement de Christian Estrosi !

 

 

 

Robert Injey

Conseiller municipal de Nice

 

commentaires

La vidéo qui dévoile la réalité du FN (Rappel)

Publié le 14 Octobre 2013 par PCF dans Les vidéos On vous fait un dessin

  A l'heure où la France se réveille avec la gueule de bois après le résultat de Brignoles, petit rappel sur la réalité de ce qu'est le FN, avec cette vidéo réalisée par le PCF en 2012

 

commentaires

Brignoles, les municipales, Paris, le Front de gauche....

Publié le 14 Octobre 2013 par Robert Injey dans Politique France

 

 Plusieurs enseignements de cette sombre soirée de dimanche à Brignoles :

Au premier tour, certains (cf article du Monde) voulaient relativiser la poussée du FN. Nier la réalité pour éviter de se poser les bonnes questions n'a jamais été très efficace et le résultat du second tour est là pour confirmer une chose que l'on sent sur le terrain : le FN progresse fortement.

Ainsi le candidat du FN rassemble au second tour 5031 voix, soit près de 25 % des inscrits sur l'ensemble du canton. En 2011 le FN atteignait 4407 voix et 22 % des inscrits et Marine le Pen sur Brignoles, 22,23 % des inscrits en 2012.

 

Entre les deux tours le FN gagne 2313 voix et la candidate du l'UMP  2904, sachant que tous les candidats (plus de 2600 voix) avaient appelé à voter pour elle (ou tout au moins à faire barrage au FN).

Cette capacité du FN à faire un « score » sur un scrutin dit local et à élargir son rassemblement entre les 2 tours, confirme et amplifie le phénomène que nous observions lors des législatives partielles.

 

Face à cela, le discours des responsables du PS (candidatures uniques, Front républicain...) est de plus en plus inopérant. Dans le département du Var, ou comme le mien les Alpes-Maritimes, voilà 25 ans (législatives de 1988), que les seconds tours sont souvent marqués par l'appel à faire barrage au FN. C'est politiquement juste, mais il faut bien se rendre compte que cette ligne Maginot se fait déborder de toute part. Et sauf à attendre de se faire totalement submerger par l'extrême droite il va bien falloir reprendre l'offensive.

Et là, il n'y a pas 36 solutions. Il faut redonner espoir à notre peuple qu'il est possible de faire autrement et pour cela il faut rompre avec les logiques libérales. Il faut redonner la priorité à l'Humain et pas à la finance. Ces logiques libérales, partout en Europe, ouvrent la porte à l'extrême droite.

A défaut de concevoir, un seul instant, la nécessité de remettre en cause ses choix, le gouvernement et le PS semblent opter pour ces municipales pour une stratégie assez simple. D'un côté agiter la menace droite-extrême droite pour réduire la présence d'alternative à gauche au premier tour, de l'autre compenser les pertes prévisibles en « piquant » des villes aujourd'hui dirigées par des maires communistes. Ce qui se passe à Dieppe, St Denis ou bien encore St Ouen en est l'illustration.

Un des paradoxes de ce scrutin c'est qu'un bon maintien du PS aux municipales sera considéré par le pouvoir comme un encouragement à poursuivre sa politique...

Empêcher le retour de la droite, éviter l'arrivée du FN dans des dizaines de villes, conserver des majorités de gauche utiles pour répondre à l'attente populaire, sans donner caution au gouvernement pour poursuivre sa politique... Avouons-le, il est difficile de faire plus compliqué !

 

Dans ce contexte la responsabilité du Front de gauche est énorme. Mais le moins que l'on puisse dire c'est que la semaine qui vient de se passer a donné lieu à un déchaînement pour le moins surréaliste. A croire que la situation n'est pas assez dramatique, pour que nous puissions nous offrir le luxe de dramatiser, de nous «exclure» entre nous et de multiplier les anathèmes.

Je ne partage pas l'idée que Paris sera la mère des batailles et que l'enjeu des municipales c'est que le Front de gauche soit en «autonomie» dans toutes les villes de plus de 20 000. Au lendemain des municipales cette liste ne comptera plus.

Par contre au lendemain du second tour, ce qui va compter pour la vie de tous les jours, ce qui va peser pour l'avenir, c'est le fait que nous (le PCF et le Front de gauche) ayons perdu ou pas des villes, que nous puissions en gagner et en regagner, que nous ayons réussi à engager des dynamique du Front de gauche dans des dizaines de communes permettant à la gauche de l'emporter au second tour face à la droite et à son extrême.

Paris sera t-elle dans la liste du premier tour? Laissons aux communistes de Paris le soin de décider ce qu'il y a le mieux à faire au vu de la situation de Paris, ils sont assez grands pour cela.

Dans l'immédiat des listes de large rassemblement du Front de gauche sont actées dans de nombreuses villes. Reste maintenant à faire la démonstration que cela est utile et que nous soyons en capacité d'engager des dynamiques. Le proclamer est toujours très simple mais le concrétiser est bien plus compliqué. Les législatives partielles ont bien montré que le PS peut s'effondrer sans que le Front de gauche progresse. Concentrons notre énergie là-dessus et arrêtons de faire de nos divergences des crispations irrémédiables.

Le Front de gauche est trop précieux pour l'avenir du combat pour la transformation sociale et l'émancipation humaine dans ce pays et en Europe. Faisons preuve collectivement de la même intelligence qui nous a permis de passer le cap des présidentielles et d'engager une belle dynamique.

commentaires
1 2 3 > >>