" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Robert Hue, ou la quête d'un sous secrétariat d'Etat....

Publié le 29 Novembre 2011 par Bob Injey dans Politique France

Les campagnes électorales  sont souvent révélatrices de la nature humaine. La possibilité d'accéder au pouvoir suscite toujours des amitiés nouvelles, des vocations soudaines et souvent ces périodes sont marquées par des come-back pour le moins surprenants pour qui regarde ces choses avec une certaine distance.

Question come-back Robert Hue ne ménage pas ses efforts pour apparaître utile à Hollande. Son boulot dans la période présente il le décrit lui-même dans le Parisien d'aujourd'hui "Je veux incarner l'aile progressiste de ce rassemblement (c-a-d avec Hollande , RI)", "une contribution utile pour parler aux catégories populaires", "Mélenchon est dans une dérive sectaire(...) l'excès dont il fait preuve risque d'hypothéquer la victoire de la gauche", "Ce n'est pas par-ce que Mélenchon parle haut et fort qu'il a raison et convainc"....

 

Chacun l'aura compris, Robert Hue part en guerre contre le Front de Gauche et Mélenchon. Il se défend d'être un satellite de Hollande, mais force est de constater que depuis les primaires du PS ( et après sa réélection au sénat...) Robert Hue met un zèle tout particulier à taper sur le Front de Gauche. C'était déjà le cas d'ailleurs aux Régionales. L'individu n'est pas à une contradiction près dans son interview il parle à propos de l'accord PS-EELV d'un manque de clarté. Pourtant c'est Mélenchon qui "hypothèque la victoire de la gauche".

Cessons de faire porter la faute au Front de Gauche et à Jean Luc. Aujourd'hui le principal problème pour la gauche c'est le syndrome "donner du sens à la rigueur" dont est porteur -actuellement- Hollande et qui se traduit pas des prises de positions qui désespèrent même les électeurs socialistes. C'est pas la faute au Front de Gauche si le PSOE a pris sa plus sévère sanction électorale! Tant que la gauche socialo-écoçlo libérale mettra en œuvre des politiques qui n'osent pas affronter les marchés financiers, le résultat sera le même: l'échec !

En quête d'un poste de sous-sous secrétaire d’État, Robert Hue se transforme en un simple courtisan de Hollande. Pitoyable fin de parcours...

R.I.

commentaires

Christian Estrosi, la métrople et la démocratie....

Publié le 29 Novembre 2011 par bob Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Décidement Christian Estrosi a une conception toute particulière de la démocratie. Dernier exemple en date l'organisation d'un  sondage sur le site de la ville de Nice  avec une question: "Pensez-vous que la création de la métropole Nice Côte d'Azur" sera bénifique pour notre territoire?".

Passons sur le fait que la réponse "Oui" est précochée.

Le plus cynique dans l'affaire c'est que Chrisitan Estrosi invite les habitants de ce territoire à s'exprimer après la création de la métropole. Une fois la chose pliée par décret ministériel et publication au JO, Estrosi daigne demander l'avis de la population. Mépris? Arrogance?....Tout cela à la fois et plus encore. C'est l'illustration  d'une pratique politique aux antipodes des exigences démocratiques, où le "fait du Prince"  devient une méthode de gouvernement.

Prochain exemple à venir -et qui se trame en toute discrétion- c'est sans nul doute la "réquisition" du Palais Masséna pour   réhausser le standing d'un maire qui ne rêve que de cela depuis son élection: récupurer ce palais pour en faire son bureau. Exit le musée, bien commun des habitants de cette ville, exit les engagements moraux à l'égard des donateurs, Christian 1er veut son palais, ses dorures...  Loin du gaulliste social auto-proclamé, nous voyons là les dérives d'une UMP bling-bling!

commentaires

Nouvel épisode de la série "2012, on va leur faire un dessin" (vidéo)

Publié le 27 Novembre 2011 par Cn PCF dans Politique France

Dans la série "2012 on va leur faire un dessin" et après le succès de l'épisode sur la crise (30 000 visites),  un nouvel épisode pour décrypter les manipulation derrière le  prix de l'essence et du gazoil.

 

 

 

commentaires

Avec le Front de Gauche dans la 1er circonscription des Alpes Maritimes.

Publié le 26 Novembre 2011 par Injey-Girard dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 P1000517

 

Libérons les peuples des marchés financiers

 

Candidats dans la première circonscription des Alpes-Maritimes, nous tenons à remercier nos partenaires du Front de Gauche et les militants communistes  qui nous ont confié la responsabilité de mener la campagne des législatives dans cette circonscription.

Une circonscription historique, marquée par la forte présence des élus communistes, aujourd’hui Jacques Victor, hier Charles Caressa, avant-hier Virgile Barel.

Une circonscription dont le député sortant –et que nous espérons prochainement sorti-  n’est pas le dernier à soutenir et à mettre en œuvre les politiques d’austérité contre notre peuple.

 

La vie quotidienne de nos concitoyens est marquée par les conséquences de la crise, quamplifient ces politiques d’austérité et que subissent fortement les habitants des quartiers de cette circonscription, notamment les plus populaires.

Au quotidien cela se traduit par une précarisation grandissante. Il est par exemple de plus en plus difficile de pouvoir se loger dignement, le coût des loyers explosent alors même que les salaires et les retraites stagnent ou baissent.

La mise en œuvre de cette austérité vise à répondre aux exigences des marchés financiers et des agences de notation, qui n'ont qu'un objectif en vue : garantir et accroître les profits d'une minorité.

Pour y parvenir ils n'hésitent plus à imposer, comme en Grèce et en Italie,  des dirigeants -souvent anciens banquiers-  plus zélés  les uns que les autres pour engager  des politiques d'austérité et de privatisations.

Face à  ces politiques les résistances s'organisent. Des indignés en Grèce et en Espagne aux salariés en lutte dans plusieurs grandes entreprises en France, la dénonciation des politiques libérales est forte. Sur le plan électoral la sanction est immédiate pour les gouvernements, comme en Espagne, qui ont mis en œuvre ces politiques. A l’inverse les progrès d’Izquierda Unida  sont révélateurs des attentes qui existent.

 

La détermination des défenseurs des intérêts des marchés financiers est totale, pour  faire peser une chape de plomb et tuer l'espoir qu'une autre politique est possible.  Les mêmes qui ont refusé de respecter le vote des français en 2005 ont hurlé au scandale quand l'idée d'un référendum en Grèce a été évoquée. Une évidence s'impose ces gens ont peur que d'une chose : c'est que le peuple s'en mêle !

 

Notre ambition est bien celle-là : faire que le peuple s’en mêle !

Dans le prolongement de la publication de son programme « l'Humain d'abord », le Front de Gauche  a lancé la mise en place des assemblées citoyennes. Dans cette circonscription la première vient de se tenir à Riquier jeudi soir. L'objectif est simple : favoriser une appropriation citoyenne et populaire des enjeux de 2012. 

 

Avec ces assemblées nous voulons créer des espaces de débats ouverts à celles et ceux qui, face à la crise,  aux plans d'austérité et aux attaques contre la démocratie, veulent débattre et agir.

 

Avec ces femmes et ces hommes, jeunes ou vieux, salariés du public ou du privé, précaires ou retraités, nous voulons débattre de ce que la gauche devra faire.

 

C’est le sens de notre engagement. Avec détermination nous voulons contribuer à battre Sarkozy et sa politique en 2012. Détermination aussi pour contribuer à faire gagner une  gauche qui réussisse et se donne l'ambition et les moyens de répondre aux attentes de notre peuple.

Battre Sarkozy et réussir à gauche, c’est une ambition que nous portons avec le Front de Gauche, avec notre candidat commun à l’élection présidentielle Jean Luc Mélenchon.

 

Battre Sarkozy et sa politique tout d’abord, c’est une exigence pour notre peuple, pour notre pays. Celui dont l’histoire retiendra qu’il fut le Président des riches et ses relais locaux, Christian Estrosi et Eric Ciotti, n’ont eu de cesse de servir les intérêts des puissants, des plus riches, des rentiers et des spéculateurs  qu’ils nous présentent comme des « entrepreneurs ». Les mêmes sont d’ailleurs toujours très zélés pour stigmatiser les pauvres, qui dans leur vocabulaire deviennent des assistés et des fraudeurs.

Aujourd’hui, jamais la situation n’a été aussi grave. Les derniers chiffres de l’INSEE sur le patrimoine des français en témoignent.

 Cette situation renforce l’exigence de réussir à gauche, en répondant aux attentes de notre peuple en le libérant des marchés financiers.

 

Notre détermination est totale pour dénoncer la volonté de faire payer la crise, la dette publique au peuple. Cette crise n’est pas la sienne, c’est celle que nous impose la bande du Fouquet’s et du CAC 40 avec toujours la même exigence en terme de profit et de dividende.

 

Sortir de la crise ? C’est possible !

Mais il faut avoir de la volonté d’imposer l’intérêt général face aux exigences des banques. La finance doit être remise à sa place, la spéculation découragée.

C’est le sens des propositions que nous portons avec le Front de Gauche et notre programme «l’humain d’abord » pour rétablir le pouvoir des Etats face à la dictature des banques et des agences de notation. Pour cela nous proposons un autre rôle de la BCE,  nous voulons imposer la spéculation et les profits, créer un pôle public bancaire, favoriser le crédit pour la création d’emplois.

 

Faire autrement c’est possible !

Jamais la France n’a été aussi riche, jamais les inégalités n’ont été aussi grandes. Pouvoir d’achat, fiscalité, service public, là aussi le Front de Gauche fait des propositions pour partager les richesses et abolir l’insécurité sociale.

De la même manière nous portons l’ambition de la mise d’une véritable planification écologique, non seulement sur la question énergétique mais aussi pour promouvoir un développement humain durable créateur d’emplois et facteur d’égalité sociale.

 

Enfin  pour parvenir à redonner la priorité à l’intérêt général, il faut redonner du pouvoir au peuple.  C’est le sens de nos propositions pour une sixième République, aux antipodes  de la conception quasi féodale que sous tend aujourd’hui à la mise en place de la métropole.

Redonner du pouvoir au peuple c’est aussi s'affranchir du traité de Lisbonne et construire une autre Europe

Ces propositions, et bien d’autres encore,  nous voulons les mettre en débat avec l’ensemble des hommes et des femmes de gauche, avec l’ensemble des candidats.

Une grande désillusion face au monde politique existe. Avec le Front de Gauche nous portons l’ambition de redonner sens à la politique. Nous voulons permettre à chacun de donner son avis, de contribuer à décider des  choix à faire, pour une société juste et solidaire.

Nous allons nous adresser aux abstentionnistes, aux citoyens en précarité exclus par une oligarchie sans complexe pour leur dire : « Ne laissez pas les spéculateurs, les marchés  financiers,  les tenants de la pensée unique et autres faiseurs d’opinion décider à votre place de votre avenir.  Ceux-là  mettront tout en œuvre pour décourager, diviser celles et ceux qui sont les victimes de la crise.  Ne vous abstenez pas, ne leur faites pas ce cadeau, mêlez-vous  du débat sur ce que devra faire la gauche en 2012. »

 

Robert INJEY

Delphine GIRARD

Nice le 26 novembre 2011

commentaires

Assemblée citoyenne et conseil municipal

Publié le 25 Novembre 2011 par Bob Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Deux évènements ces dernières heures.

Hier soir assemblée citoyenne 24 novse tenait, rue Smolett, la première assemblée citoyenne sur la 1er circonscription. Il y avait du monde (une soixantaine) pour cette première,  une participation large au-delà des sympathisants du Front de Gauche avec par exemple des adhérents d’EELV, mécontents  de l’accord avec le PS, et désireux d’échanger. La volonté d’agir, de donner son avis sur ce que la gauche devra faire est forte. Tout comme est très fort le sentiment  que sur le contenu le compte n’y est pas du tout avec le candidat socialiste.  Si le constat sur la crise est partagé,  les réponses à y apporter (libérer les peuples des marchés financiers, faire jouer un autre rôle à la banque centrale….) sont très loin de ce que proposent le PS et EELV dans l’accord. Un exemple  concernant la BCE, dans l’accord PS-EELV il s’agit  « repenser le rôle de la BCE », expression pour le moins hésitante. Face à la crise, face aux spéculateurs qui jouent sur la faillite des Etats, il n’est plus l’heure de « repenser », il faut AGIR pour que la banque centrale joue un tout autre rôle.

Cette première assemblée est révélatrice de l’attente qui existe, de la volonté de faire du commun de réfléchir ensemble pour faire avancer des idées. Le thème de la prochaine assemblée sur le quartier Riquier portera sur la politique énergétique.

Ce matin autre lieu, autre type de débat (quoique…) avec le conseil municipal et le débat d’orientation budgétaire. Ma collègue Emmanuelle Gaziello a fait une très belle intervention (disponible dans quelques heures sur son blog) où elle a pointé avec force, les questions de la dette, les politique d’austérité et les conséquences pour les populations au travers des implications dans le budget de la ville. Comme à son habitude Chrisitan Estrosi ne supporte pas de devoir entendre  quelques vérités.  Interrompant sans cesse Emmanuelle, il finira même pas lui couper la parole. Loin de l’image de Gaulliste social que Christian Estrosi veut se donner dans son livre «  Le Battement d’ailes du papillon »,  le comportement et le discours du maire de Nice relève plutôt des « larmes du crocodile ».  

commentaires

Candidats PS-EELV présents face aux sortants communistes : « Une faute politique ! » (Pierre Laurent)

Publié le 22 Novembre 2011 par Pierre Laurent dans Politique France

Candidats PS-EELV présents face aux sortants communistes : « Une faute politique ! » (Pierre Laurent)

Alors que Martine Aubry a déclaré, lors de sa conférence de presse de présentation de l'accord législatif EELV-PS, qu'aucun candidat commun de ces deux formations ne serait présenté contre les sortants communistes, le détail de cet accord indique qu'il n'en serait pas ainsi dans la circonscription où est élu François Asensi en Seine-Saint-Denis.

Comme l'a déclaré le porte parole des députés communistes à l'Assemblée nationale, Roland Muzeau, le PCF ne saurait accepter d'exception à la règle, ni celle-ci, ni aucune autre concernant tout autre député(e) sortant(e) présent(e) par le Front de gauche.

Ce choix est pour nous inacceptable ! C'est une faute politique car c'est contre la droite qu'il faut gagner des sièges.
Or, malgré les leçons des élections cantonales dans lesquelles les électeurs ont rejeté ces pratiques, EELV continue ainsi avec l'appui du PS de chercher a gagner des sièges au détriment du Front de gauche.

Le PCF ne se résignera pas a cette situation. Il fera tout pour permettre le rassemblement autour de la candidature de François Asensi et sa réélection dans un groupe du Front de gauche, renforcé, au sein de la nouvelle majorité politique à laquelle nous travaillons.

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF,

Paris, le 22 novembre 2011.

commentaires

Danielle Mitterrand, un être aussi modeste que juste et généreux (PCF)

Publié le 22 Novembre 2011 par PCF dans Politique France

Danielle Mitterrand, disparue ce jour, était une personnalité, belle et forte, de la vie politique et de la société française. Engagée très jeune dans la Résistance, Danielle Mitterrand a poursuivi tout au long de son existence son combat implacable pour la justice, les droits et la dignité du genre humain. A la tête de France-Libertés, Danielle Mitterrand s'est engagée pour un monde meilleur, sans discrimination, sans domination, pour un monde de partage et de biens communs.
Femme de rassemblement, elle avait à cœur de faire vivre les principes fondateurs de notre République et les valeurs démocratiques de notre pays.
Les communistes l'ont maintes fois retrouvée dans des combats communs et garderont le souvenir d'un être aussi modeste que juste et généreux.

Parti communiste français,

Paris, le 22 novembre 2011.

commentaires

Commentaires sur les élections en Espagne.

Publié le 21 Novembre 2011 par Bob Injey dans international

Le résultat des élections en Espagne est inquiétant. Inquiétant pour le peuple espagnol tout d'abord, car la nouvelle majorité va aggraver la situation d'une population qui a déjà payé plein pot la crise.

Inquiétant car il est comme un avertissement de ce qui pourrait se passer en France si une gauche victorieuse de Sarkozy devait -encore- décevoir dans les mois qui suivent.

L'effondrement du PSOE est massif et explique, plus que les progrès en voix du PP, l'ampleur de la victoire de ce dernier. Car si le PP gagne plus de 500000 voix sur 2008, c'est le PSOE qui en perd surtout plus de 4,3 millions. Sanction terrible à l'égard d'une gauche qui renonce face aux marchés financiers. Illustration de l'impasse que constitue pour la gauche la mise en oeuvre d'une politique libérale. Ce résultat va-t-il aider le PS à s'interroger sur l'impasse que constitue ce type d'orientation?

Impasse économique car sans une remise en cause du rôle et de la responsabilité des marchés financiers dans la crise, l'austérité aujourd'hui c'est la récession dès demain.

Impasse pour les peuples, saignés à blanc pour satisfaire les exigences des agences de notation, bras armés des spéculateurs.

Impasse politique pour une gauche qui croit donner des gages de bonne conduite aux marchés. Illusion d'une dramatique naivité, car "pour ces gens là", ceux qui exigent des rendements à 2 chiffres, la droite est toujourd plus crédible pour mettre en oeuvre une politique d'austérité que la gauche. De ce point de vue Sarkozy n'a pas encore perdu...

Il faut en sortir de ce renoncement. Et de ce point de vue le score du Parti communiste d'Espagne, Izquierda Unida et EUIA (Gauche unie et alternative de Catalogne) est la bonne nouvelle de ce scrutin.

Avec une augmentation de 700 000 voix et de 9 députés par rapport à 2008, c'est une véritable progression dans un pays où pèse le bipartisme et une règle électorale très injuste. Ce résultat est la reconnaissance du rôle d' Izquierda Unida auprès des populations et du mouvement des indignés. Cela traduit avec force l'exigence d'une gauche qui ose remettre en cause la soumission aux marchés financiers. Une progression qui peut ouvrir la voie à de nouvelles  progressions en Europe en 2012...

commentaires

Pierre Laurent en débat sur l'emploi (Vidéo France Inter)

Publié le 21 Novembre 2011 par Vidéo France Inter dans Politique France

commentaires

Mélenchon et MG Buffet à montataire (Vidéo Libé)

Publié le 18 Novembre 2011 par Vidéo Libé dans Politique France

 

JL Mélenchon et MG Buffet avait prévu de longue date un déplacement à Montataire pour rencontrer des salariés en lutte. Une visite qui a pris une tournure très particulière après le décés il y a trois jours de José Montero délégué CGT d'une des entreprises en lutte. Une vidéo humainement très forte et  émouvante.

 

RI

 

http://www.liberation.fr/politiques/01012372394-en-antifeodal-melenchon-promet-une-nouvelle-revolution

 

 

commentaires

Communautés urbaines: Déclaration des élus communistes & républicains

Publié le 18 Novembre 2011 par Bob Injey dans Politique France

A l'occasion des journées des communautés urbaines qui ce sont tenues à Nice hier et aujourd'hui, avec les autres élus communistes et républicains des CU nous avons publié et distribué la déclaration suivante.


 

Face à la crise :

Pour des communautés urbaines au service des populations

 

 

Il y a quelques semaines encore, le gouvernement et les commentateurs autorisés, nous promettaientla sortie de crise.

Lactualité nous prouve malheureusement que cétait un leurre. Quand nous observons la spéculation sur les marchés financiers,  ou bien encore lévolution de lemploi, et de l’emploi industriel en particulier,  sans parler tout simplement de létat du portemonnaie  de nos concitoyens, un constat simpose : les réponses libérales apportées à cette crise ne font  que laggraver.

 

Dans cette crise, nombre de tenants des logiques néo-libérales se sont réjouis de lexistence en France dun « bouclier social » qui aurait permis damortir le choc de la crise. Parmi ceux-là, le président de la République, Nicolas Sarkozy. C’est  faire preuve d’un grand cynisme que de vanter le « bouclier social » français, alors que lui-même n’a eu de cesse de le démanteler méthodiquement.

A l’image de laréforme des retraites tant combattue par le mouvement social et que le gouvernement voudrait encore aggraver.

Ou bien encore le démantèlement du code du Travail comme, par exemple, la volonté de banaliser le travail dominical.

Enfin il y a toutes les mesures qui font peser le poids de la crise sur les ménages et préservent les plus riches.

 

Concernant les collectivités locales : en menant sa politique daustérité et de désengagement volontaire dans de nombreux domaines, en faisant peser sur les collectivités les cadeaux au patronat, comme la suppression de la taxe professionnelle, en imposant à ces mêmes collectivités une réforme qui casse les outils de la démocratie; Nicolas Sarkozy et son gouvernement affaiblissent gravement un outil démocratique et de proximité au service de nos concitoyens.

 

Pourtant à cestade avancé de la crise, il y a urgence.

Urgence à donner aux collectivités locales  les moyens dagir, pour des services publics indispensables à nos concitoyens, pour renforcer les véritables coopérations, pour lemploi, pour le logement.  

Sur cette dernière question, alors quils ont de plus en plus de mal à vivre du fruit de leur travail, les salariés sont obligés de consacrer une part de plus en plus importante de leurs revenus au logement.  Ils se retrouvent trop souvent exclus des centres-villes, contraints de multiplier les temps de transport, les dépenses et la pollution que cela induit.

La fondation Abbé Pierre estime ainsi quil faudrait construire 500 000 logements par an pendant 5 ans, dont 150 000 vraiment sociaux. Ce qui nécessite un investissement massif de lEtat lui-même. Le débat engagé sur lactualité de la loi SRU est important. Elle doit elle aussi être renforcée et devenir vraiment contraignante.

Les dégâts causés par la crise accroissent aussi la nécessité de services publics de qualité, performants et aux tarifs abordables. Cest tout lenjeu de renforcer et de reconstruire des services publics en matière de transports, de distribution de leau, collecte des déchets

 

Cest cette vision qui guide les élus communistes face aux projets métropolitains qui leur sont présentés. Bien trop souvent, ces projets ne sont construits que pour inscrire les territoires dans une concurrence qui ne sert pas la cause des populations. Unir les forces dune même métropole na de pertinence que si la priorité de cette manœuvre reste la réponse aux objectifs sociaux, humains, environnementaux de ceux qui y vivent.

 

Elle na de légitimité que si elle se fixe comme but et moyen de faire vivre la démocratie. Ce qui implique de préserver les espaces de proximité démocratique. Raison pour laquelle les élus communistes rejettent toute extension en territoire ou élargissement des compétences qui se feraient au détriment des communes, des départements et des régions et auraient donc pour conséquence déloigner les citoyens des décisions.

 

Faire face à la crise et répondre aux besoins de la population ne peut se concevoir sans des dispositifs fiscaux financiers nouveaux et ambitieux. Les derniers évènements liés à la crise du système bancaire, nous conduisent à penser que ces moyens nécessitent dabord la mise en œuvre dune fiscalité de justice sociale, mais aussi de se doter doutils bancaires utiles aux grands projets de nos collectivités.

Linitiative de lAMF et de lARF pour la création dun pôle bancaire en démontre lurgence. Mais le sort de Dexia nous montre bien que cet outil bancaire devra nécessairement sémanciper des marchés financiers et de la course à la rentabilité qui les anime.

 

Cest un pôle public dont nos collectivités ont besoin. Un pôle qui valorise les investissements créateurs demplois, de logements et de services publics.

 

 

Les élus communistes & républicains

des Communautés Urbaines de France

 

commentaires

Ensemble, préservons un espace de Liberté !

Publié le 18 Novembre 2011 par Bob Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

La crise qui frappe lEurope est loccasion dune formidable bataille idéologique pour  peser sur les choix et faire avaliser les décisions. 

Les marchés financiers poussent vers la sortie des dirigeants, rejetés par les opinions publiques, pour mieux   les remplacer par des individus toujours plus serviles. Cela  en dit long sur leur  détermination de ne rien lâcher face aux attentes des peuples.

Dans cette lutte qui se joue, les médias et la presse  jouent un rôle de première importance pour porter les « messages ». Une grande partie dentre eux se font les relais de « limpérieuse  nécessité »  de prendre des mesures daustérité pour rassurer les marchés financiers. Et quand un homme politique propose de consulter son peuple, les mêmes crient au scandale Les mêmes dailleurs nous traitaient de tous les noms et nous accusaient de tous les maux lors de la campagne référendaire en 2005. Heureusement, à lépoque, quil y avait   une presse, lHumanité au plan national, le Patriote dans les Alpes-Maritimes, pour faire entendre une autre voix. 

Aujourdhui nous sommes face à la même situation et  malgré ses difficultés la presse écrite reste est un véritable enjeu dans la bataille des idées.

Les difficultés de la presse écrite sont nombreuses et  profondes. Entre la réduction du marché publicitaire, la baisse de la diffusion favorisée par lapparition des gratuits et la consultation en ligne sur internet,  lexplosion des coûts dimpression et  les menaces sur le tarif postal, aucun titre ne sen sort véritablement. Certains sont menacés de disparition dans les jours les semaines qui viennent comme la Tribune ou France Soir.. Dautres nont eu comme seule solution que la capitalisation  auprès de milliardaires comme Rothschild pour Libé, Dassault pour le Figaro, Pougachev pour France Soir,  ou bien encore Pierre Bergé pour le Monde

Une situation qui fragilise lindépendance de la presse à limage de la situation dramatiquement caricaturale de France Soir avec le milliardaire russe Alexandre Pougachev qui affiche sa préférence pour Marine Le Pen

 

Le combat pour lémancipation humaine, pour la construction dune véritable alternative commence par conforter lexistence dune presse libre et indépendante des puissances de largent et de la pensée unique.

Une presse qui puisse faire entendre une autre voix dans un paysage médiatique très cadenassé.

Une presse qui aide à décrypter l'actualité et qui donne la parole à celles et ceux qui luttent pour changer leur vie, pour transformer cette société.

L'existence d'une telle presse est un combat au quotidien car, pour le Patriote comme pour lHumanité, les difficultés sont renforcées par la discrimination publicitaire . Pour le Patriote, comme pour l'Humanité la seule recapitalisation qui existe cest celle des lecteurs, cest la souscription.

Depuis plusieurs semaines le Patriote a lancé une souscription pour   finir lannée 2011 et  commencer 2012 dans des conditions normales.  Une souscription pour permettre à notre titre de jouer tout son rôle dans la période déterminante que nous connaissons marquée par l’approfondissement de la crise et la préparation des échéances de 2012.

Souscrire pour le Patriote c'est contribuer, dans les Alpes-Maritimes,  à préserver et développer un espace de liberté, pour celles et ceux qui ne renoncent pas à reprendre leur avenir en main.

Robert Injey

Le Patriote Côte d’Azur, 3 passage Macari, 06300 Nice.

commentaires
1 2 > >>