" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Soutien au magazine La Strada

Publié le 31 Mars 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

La Fédération du Parti Communiste Français des Alpes Maritimes s’indigne de voir l’obligation du magazine culturel gratuit bimensuel La Strada à  s’affranchir d’une Ecotaxe. Que le service des douanes, intermédiaire du ministère du budget considère que cette publication est un dépliant publicitaire, est un véritable non-sens et une méconnaissance totale du travail journalistique que réalise la Strada dans les Alpes Maritimes et le Var depuis très longtemps. La Strada s’est imposée comme une source d’informations culturelles indispensable tout en étant un relais très fort des énergies locales culturelles officielles, officieuses, underground, alternatives…

Cette décision nie le travail de toute l’équipe de rédaction, et met la vie en suspens d’un des rares espaces participatifs et collaboratifs de notre territoire. Comme les dizaines de milliers de lecteurs, nous nous sentons très concerner par cette injustice et espérons que la justice donnera raison à la citoyenneté, à la liberté d’expression et à la culture.

On voit ici que l’austérité budgétaire dans laquelle le gouvernement UMP a placé notre pays, oblige le ministre du Budget à faire les fonds tiroirs, quitte à bafouer les règles les plus élémentaires de notre République. Cette situation  reflète encore une fois la lourde tendance du moment de toucher à la liberté de la presse et aux espaces de liberté d’expression citoyenne. Que la taxe soit de 10 000 euros ou de 125 000, La Strada n’est pas un produit toxique et la Strada ne doit avoir à la payer.

La Strada est un magazine culturel indispensable à notre territoire et nous la soutenons très fermement dans son combat contre la dictature des idées et contre ce que nous estimons être une attaque directe contre la culture, la liberté de la presse et d’édition.

 

Robert Injey

Cécile Dumas

commentaires

Interventions du groupe communiste au CG 06

Publié le 31 Mars 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Ce matin se déroulait l'élection des Présidents des CG. Sans surprise dans les Alpes-Maritimes E. Ciotti a été réélu. A cette occasion Jacques Victor est intervenu en revenant sur le dernier scrutin et les affligeants "ni-ni". Occasion aussi de revenir sur les priorités des élus communistes. Ci dessous le texte intégral.


Intervention de Jacques Victor, au nom du groupe communiste lors de la nouvelle élection du Président du CG 06.

 

"Monsieur le Président,

Mes Chers Collègues, Mesdames et Messieurs,

 

Par ces temps où l’esprit républicain a été si malmené, permettez-moi, Monsieur le Président de prendre acte de la plus républicaine des façons qui soit, de votre nouvelle élection à la présidence de notre collectivité départementale et de vous en féliciter.

 

Ce dernier moment politique, avec les élections cantonales, a été marqué par l’expression forte de plusieurs messages adressés à ceux qui ont la responsabilité de la conduite des affaires de l’État et du département.

Nombreux, très nombreux ont été les électeurs qui, soit avec un bulletin de vote, soit par l’abstention ont voulu exprimer leur défiance envers la représentation politique et leur exaspération et leur mécontentement face à l’aggravation au quotidien de leurs conditions de vie. Les électeurs ont voulu condamner le mépris dont ils sont victimes de la part du sommet de l’État et ont voulu dire leur révolte face à un pouvoir au service de l’argent qui entretient sciemment l’insécurité sociale pour capitaliser sur la peur, qui casse les solidarités et détruit méthodiquement l’exception nationale en matière de santé, d’éducation et de services publics. Et présentement, de tout le département, enseignants et parents d’élèves manifestent devant l’Inspection Académique contre la suppression de plusieurs dizaines de classes.

 

Il faut entendre cette colère même si elle s’est parfois exprimée de façon stérile dans un vote d’extrême-droite ou dans l’abstention. Il faut être conscient de la gravité de cette situation et y apporter des solutions, à l’opposé de toutes celles défendues par la majorité présidentielle et départementale qui ont conduit à un tel état du pays.

Notre pays a besoin de véritables solutions alternatives au dogme de l’argent roi sans partage.

 

L’humain doit revenir au centre de toutes nos préoccupations. C’est dans ce sens qu’avec mes amis du groupe communiste nous continuerons à travailler en demeurant toujours force de propositions.

 

Je ne saurais terminer l’analyse de cette dernière consultation électorale sans évoquer l’irresponsabilité politicienne de certains dans leur attitude d’entre deux tours à l’égard du Front National.

Alors que nos valeurs républicaines fondamentales que constituent la Liberté, l’Égalité et la Fraternité sont en permanence foulées aux pieds par le F « HAINE », des responsables politiques nationaux, des membres de notre assemblée, ont participé à ce que certains appellent la « dédiabolisation » de cette formation d’extrême-droite, contribuant ainsi à la banalisation de leurs idées anti-républicaines. Il est grave d’inciter les électeurs à ne pas prendre part au vote ou, pour des raisons de basse cuisine électoraliste, à excuser le recours par ses propres électeurs au vote Front National.

Cet affligeant pas de deux d’un « ni-ni » aux accents de « pourquoi pas », la lorgnette vissée sur la ligne bleue de 2012, n’honore pas ceux qui s’y sont prêtés.

La haine de son prochain, l’exclusion, le racisme et la xénophobie seraient-elles devenues des idées fréquentables afin de mieux gérer son plan de carrière politique en vue des échéances électorales à venir ?

Les silences assourdissants pour ne pas condamner ces prises de positions ne contribuent-ils pas à la fragilisation de nos principes républicains et à la mise à mal de notre République déjà entreprise au sommet de l’État ?

N’est-ce pas Voltaire qui déjà s’exclamait : « Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! ».

 

Il y a là une dérive grave de conséquences pour nos institutions. Au moment où des peuples se lèvent à travers le monde et combattent pour la démocratie, il ne faudrait pas que la France ouvre sa porte à l’obscurantisme, à la peste brune et à un poison d’avril aux arêtes venimeuses.

Quels que soient les moments et la proximité de consultations électorales majeures pour l’avenir de notre pays, rien ne saurait justifier le renoncement et l’acceptation des discours et des idées de l’extrême-droite qui ne peuvent mener qu’à de dangereuses impasses et sont étrangères aux valeurs de notre République.

 

Maintenant nous avons à travailler durant trois années et peut-être plus, si une nouvelle majorité nationale se faisait jour et décide de revenir sur la contre-réforme des collectivités territoriales, si préjudiciable pour nos communes, pour les départements, la démocratie locale et la proximité des élus avec les populations.

 

Contrairement à ce que d’aucuns ont abusivement répété durant la campagne électorale à propos d’une pseudo-opposition systématique du groupe communiste au mépris de la vérité, je tiens à rappeler que, si nous ne partageons pas vos choix fondamentaux qu’illustre le budget, c’est simplement parce que nous estimons qu’ils ne répondent pas pleinement aux besoins de nos populations.

 

C’est pourquoi nous entendons poursuivre dans la vision constructive qui a toujours été la notre, notre rôle et fonction de groupe d’opposition dans des domaines où les attentes de nos concitoyens sont grandes :

-                     Une politique hardie et volontariste d’aide aux communes en matière de logement social où les besoins sont considérables dans un département où plus de 70% de la population est éligible aux critères du logement locatif social.

-                     Un développement de nos politiques de solidarité en direction des personnes âgées, des handicapés, sur l’insertion sociale et professionnelle, en exigeant de l’État qu’il assume pleinement ses responsabilités en matière de financement des transferts de charges qu’il impose aux collectivités.

-                     Un aménagement territorial qui prenne en compte et se fonde sur les attentes effectives des habitants, notamment en ce qui concerne l’Opération d’Intérêt National de la plaine du Var, dont les projets déjà dévoilés sans aucune consultation préalable tant au sein de notre assemblée qu’auprès des populations concernées laissent craindre que la séduisante appellation « d’Éco-vallée » ne serve de masque à une Béton-vallée déjà en cours de réalisation. Plus que jamais s’impose la nécessité d’un grand débat public en toute transparence sur l’O.I.N. et nous continuerons à insister dans ce sens.

 

D’autres sujets et thèmes seront sans aucun doute l’objet de nos délibérations en fonction de l’actualité et des besoins, et nous resterons fidèles à ce qui a été et demeure notre conception de notre rôle d’élus de proximité, rester utiles à nos concitoyens, quelles que puissent être nos divergences et différences.

 

Ce sont là les règles de la démocratie et de la République, et le verdict du suffrage universel auquel nous avons été confrontés, Noël ALBIN en étant brillamment réélu dès le premier tour et moi-même moins aisément mais après une rude bataille où je suis fier d’avoir su faire barrage à l’extrême-droite, ne peut que nous encourager à persévérer dans la même voie.

 

Pour le bien de notre département et de ses habitants, dans le respect des valeurs républicaines qui nous sont chères, le groupe communiste restera toujours actif et disponible.

 

Permettez-moi de conclure par cette citation de Guillaume APOLLINAIRE :

« Il est grand temps de rallumer les étoiles »"

 

commentaires

L'UMP va-t-elle passer la semaine????

Publié le 29 Mars 2011 par dans Initiatives PCF

 

(Extrait dépêche AFP )

Le Parti Communiste français (PCF) a ironisé aujourd'hui dans un communiqué sur le climat de crise à l'UMP dans le débat sur la laïcité, lançant: "L'UMP va-t-elle passer la semaine?".

"La majorité présidentielle est en lambeaux. Le porte-parole du gouvernement François Baroin fait entendre sa différence, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, tacle sévèrement le Premier ministre (François) Fillon. Jean-Louis Borloo l'ex +premier ministrable+ est, lui, prêt à quitter le navire", affirme ainsi le PCF.

"Décidément, pour un lendemain d'élection locale annoncée comme non significative pour le gouvernement, que de conséquences... L'UMP va-t-elle passer la semaine?".

"Le jeu dangereux auquel Nicolas Sarkozy s'est risqué, qui consistait à banaliser le Front national, a fini par se retourner contre lui. L'effet est dévastateur : l'abstention historique montre à quel point les dégâts commis par cette droite contre le pays sont grands. La majorité présidentielle est définitivement décrédibilisée".

"Fort des bons résultats du Front de Gauche, nous sommes déterminés, plus que jamais, à construire une alternative à gauche capable de redonner espoir au pays. Le temps est compté", assure le PCF.

commentaires

Réélection de Jacques Victor à Nice

Publié le 28 Mars 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

La belle campagne de Jacques Victor et la forte (très forte) implication des amis et des camarades permet d'empêcher le Front national de remporter ce siège qui figurait en bonne position dans ses objectifs de conquête. Et pour cause, canton populaire le 3ième est aussi un  de ceux , avec le 12ième canton, où le FN réalise ses meilleurs scores, et celui-ci a  profité de la porosité de son électorat avec une partie de l'UMP et de l'attitude de ni-ni de la droite en général et en particulier dans le 06.

La réélection de Jacques Victor dans le 3ème canton vient conclure une belle série cantonale pour les communistes et le Front de Gauche. Au plan national avec 113 conseillers généraux du PCF et 5 du PG (avant le scrutin  104 conseillers PCF) et dans les Alpes-Maritimes, outre les réélections de Noel Albin au premier tour et de Jacques Victor,  une progression sur 2004, dans presque tous les cantons.  Dans plusieurs cantons le candidats du Front de Gauche est même en tête de la gauche.

A suivre.......

commentaires

Pierre Laurent démasque l'imposture sociale du FN (Vidéo)

Publié le 26 Mars 2011 par

commentaires

Faire de la démarche du Front de Gauche un bien commun

Publié le 25 Mars 2011 par

(Texte de la Tribune publiée dans l'Humanité aujourd'hui)

 

Le scénario est lancé, les principaux rôles sont déjà attribués, tout semble fin prêt pour que la grande opération politico-médiatique s’engage pour 2012. Pour les tenants du système l’objectif est simple : faire en sorte que rien ne vienne remettre en question les logiques capitalistes que subissent les peuples.

Dans les deux principaux rôles,  le sortant et un futur-ex président du FMI,  dans le rôle de l’outsider un Front national relooké mais tout autant venimeux. Cet outsider à un rôle essentiel dans le dispositif,  transformer la colère sociale en peur de l’autre dans un premier temps, servir de repoussoir dans un second pour assurer la main mise des marchés financiers sur les choix qui déterminent notre avenir.

 

Comme en 2005 les tenants  du système mettront tout en œuvre pour imposer ce scénario..

Face à cette machine qui est déjà en place,  où « le citoyen » est cantonné au rang de simple spectateur et ne s’exprime qu’au travers un panel de sondés, il est nécessaire de jouer une autre partition.

Nécessaire de subvertir cette élection en mettant en musique ce qu’elle s’évertue à passer sous silence : le peuple et ses exigences.

Dans le paysage politique  le Front de gauche est,  depuis les européennes,  porteur d’espoir et sa progression  aux cantonales  conforte une démarche engagée voilà près de trois ans. Il porte une ambition qui n’est ni le simple témoignage d’une radicalité sans perspective,  ni de se contenter d’amender à la marge les politiques libérales, mais l’ambition de transformer cette société. 

Pour autant nos progrès sont insuffisants. Les questions de l’élargissement  du Front de Gauche et celle de son  appropriation populaire sont cruciales et cela d’autant plus dans la perspective de 2012.

N’ayons pas l’illusion de croire qu’il y aurait un candidat ou une candidate idéale. Quelque qu’il soit, dès lors qu’il deviendra gênant il sera, soit « censuré » soit « caricaturé ». La campagne du référendum en 2005 a apporté l’illustration que certains ne reculaient devant rien pour faire taire une autre voix.

Dans la perspective de 2012 ce qui fera la différence c’est notre capacité, ou pas, à rendre la démarche du Front de gauche le bien commun du plus grand nombre. Rendre cette démarche  populaire, non pas dans un simple soutien ou une accumulation de sigles,  mais dans sa construction, dans sa mise en œuvre.

Avons-nous la volonté de le faire ?  A écouter les uns et les autres cela ne semble pas faire de doute.

Est-ce possible?  Il ne faut pas se cacher la réalité, dans notre société,  tout pousse à la dépossession, à la délégation de pouvoir. Faire le choix  de l’implication et de l’appropriation citoyenne n’est pas le plus facile, mais c’est indispensable  pour  bousculer l’ordre établi. Et n’en déplaise à certain, à l’image de ce qui se passe sur les bords de la Méditerranée, les peuples peuvent encore changer leur destin.

Comment s’y prendre ? C’est toute la question et la difficulté de la période qui s’ouvre devant nous. Poussé par un système institutionnel et médiatique qui pousse à la personnalisation, le risque est grand de s’y laisser enfermer.  Tout y concoure, les médias, la nature des institutions et les habitudes après près de 50 ans et 8 scrutins présidentiels.

Ce système dépossède les citoyens et annihile les exigences de transformation sociale. Avec le temps il est devenu de plus en plus efficace, d’inversion du calendrier en poids grandissant des médias, la place pour porter une autre voix dans le cadre actuel est réduite au bon vouloir de celles et ceux qui font l’opinion.

Il faut déjouer le scénario. Pour y parvenir nous devons nous appuyer sur cinq axes qui en 2005 ont fait notre force :

-      La clarté de nos choix contre les logiques libérales

-      L’exigence de contenu et là  en l’occurrence le débat sur le contenu d’une alternative liant changements en France et en Europe.

-      La présence dans  la  proximité, dans les quartiers, les villages, les entreprises pour porter ce débat

-       La préoccupation permanente de la valorisation de ce qui fait notre force et notre richesse : notre diversité.

-      La volonté de rassembler largement à gauche.

 

A l’initiative pour la création du Front de Gauche et sa progression lors des trois derniers scrutins, les communistes ont une responsabilité toute particulière pour la période qui s’ouvre devant nous.

Robert Injey

commentaires

Quatre questions à Pierre Laurent sur les cantonales. (Vidéos)

Publié le 24 Mars 2011 par

 

commentaires

A propos du "ni-ni" de la gauche radicale

Publié le 23 Mars 2011 par

A l’heure du second tour des élections cantonales et des situations de duel UMP-FN (très et trop nombreux dans les Alpes-Maritimes) une partie de la gauche dite radicale adopte une position de « ni, ni » sur la base de l’argument qu’il n’est pas possible de choisir entre droite et le FN.

Cette position me choque pour plusieurs raisons.

Personnelle d’abord, pour avoir eu un grand-père dénoncé aux allemands, en 1944 à Nice,  par une pétainiste  et un cousin condamné à mort par l’OAS le « ni-ni » me paraît sans mémoire.

La répugnance à  se salir les mains avec un vote UMP me parait bien dérisoire quand  ce même grand-père, s’est sali  les mains avec du sang de soldats  allemands.

Politique ensuite, le confort de la vie politique française semble nous faire perdre de vue le caractère immonde de l’extrême droite. Pour rappel à mes amis de la gauche radicale et à d’autres, voici quelques thématiques des campagnes en cours du  FN: «un moratoire stoppant toute immigration en cours, l’arrêt immédiat du regroupement familial en France, la réforme du droit d’asile et le retour des chômeurs étrangers dans leur pays. »,  «deux millions de chômeurs, deux millions d’immigrés en trop», «1 % d’immigration en plus, c’est 1 % de salaire en moins» «  l’origine de la plupart des maux dont souffre notre pays, la politique d’immigration menée depuis plus de trente ans par les gouvernements successifs », « réserve rles aides sociales diverses et les allocations familiales aux seuls Français et en réinstaurant, dans le cadre de nouvelles dispositions législatives, la préférence nationale pour les prestations sociales »…. 

Politique toujours, pour des raisons politiciennes une partie de la droite essaie de raccrocher  les wagons de l’extrême droite. Pour y parvenir il n’y a pas trente-six solutions, il faut banaliser les thèses du front National. Le « ni, ni, » de Sarkozy participe de cette stratégie et trouve de l’écho chez ses sympathisants.

Selon une enquête 77% des sympathisants de l’UMP et 61% du FN sont favorables à l’absence de consignes de vote.

Dans le même temps une partie non négligeable de la droite républicaine résiste. Contribuer d’une manière ou d’une autre à banaliser le FN, même avec des arguments différents, est incompatible avec le combat contre celui-ci.

Comment appeler demain à des rassemblements contre le FN si aujourd’hui face aux urnes on dit : « ni, ni, »  ?

Lutter contre les idées du Front National sans se salir les mains est une douce utopie. Mais ne nous plaignons pas trop, hier c’était avec des larmes et du sang, aujourd’hui un bulletin de vote. Et si nous n’avons pas le courage d’utiliser celui-ci aujourd’hui, je n’ose imaginer ce que se sera demain…

Robert Injey

commentaires

CGT: Le Pen dans le camp des employeurs

Publié le 22 Mars 2011 par dans Luttes sociales

Alors que la droite patauge dans ses contradictions, l'intervention du secrétaire général de la CGT redonne quelques vérités..... A faire circuler sans modération

(extrait dépêche AFP)

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a affirmé que la présidente du Front national Marine Le Pen "avait choisi son camp, celui des employeurs" et que le parti d'extrême droite ne soutenait jamais les conflits sociaux. "Lorsque des salariés se battent pour leur emploi, empêchent la disparition de leur entreprise, se battent pour une augmentation des salaires, se battent pour empêcher (...) le recul de l'âge de départ en retraite, (...) le Front national n'est jamais venu appuyer ces revendications", a affirmé le dirigeant syndical sur Europe 1.

"Pire, il y a eu des déclarations dénonçant les manifestations, par exemple sur les retraites, nous avons été qualifiés à l'époque d'émeutiers et Mme Le Pen s'étonnait que le président de la République ne mette pas fin très tôt, plus tôt, à ces énormes manifestations", a-t-il continué. "Donc on voit bien qu'à ces moments de tension, là aussi, Mme Le Pen a choisi son camp et c'est le camp des employeurs", a insisté M. Thibault, ajoutant que le FN n'est "pas un parti politique comme les autres".

Il a répété que les valeurs de la CGT étaient à l'opposé de celle du Front national, comme il l'avait fait le 17 mars avec la CFDT, la FSU, Solidaires et l'Unsa. Peu avant, un représentant CGT en Moselle et une responsable FO dans le Nord avaient été suspendus de leur mandat pour s'être présentés comme candidats du FN aux élections cantonales. Le parti d'extrême droite a rassemblé 15,6% des voix au niveau national lors du premier tour des élections cantonales dimanche.

commentaires

A quoi pensent Messieurs Ciotti et Estrosi ?

Publié le 22 Mars 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

A quoi pensent Messieurs Ciotti et Estrosi ?

 

Dimanche prochain, dans le 3ième canton de Nice un candidat du Front National affronte le conseiller général sortant, Jacques Victor.

 

Quelle consigne de vote vont donner le maire de Nice et le député de la 1ière circonscription de cette ville, par ailleurs Président du Conseil général ?

 

A quelques jours du scrutin, Messieurs Estrosi et Ciotti qui se revendiquent de l’héritage du Général de Gaulle sont, une fois n’est pas coutume, très silencieux.

 

Silencieux face à la présence d’un candidat porteur des idées de racisme et de xénophobie.

Silencieux alors même que d’autres personnalités de la droite républicaine ont su prendre, au plan national,  leur responsabilité   en annonçant explicitement leur intention de faire barrage à l’extrême droite et à ses idées nauséabondes.

 

En politique, il est des moments où face à l’inacceptable il faut savoir prendre ses responsabilités.

 

Pour Messieurs Estrosi et Ciotti, ce moment est venu !

 

 

                                                                                     Robert Injey

                                                                  Secrétaire départemental du PCF 06

commentaires

Cantonales: déclaration PCF 06

Publié le 21 Mars 2011 par dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Déclaration de la fédération du PCF des Alpes-Maritimes

Les élections cantonales sont marquées par une très forte abstention. Dans un contexte où il y a eu une volonté évidente, de la part de l'Etat UMP, de minimiser l'importance de ces élections et de ne pas les populariser, les candidats communistes, du Front de Gauche et plus largement du rassemblement « Pour une Alternative à gauche » avec le NPA, les Alternatifs et la FASE progressent dans la plupart des cantons où ils étaient présents.

 

Noël Albin, conseiller général  sortant est élu dès le 1er tour et Jacques Victor arrive en tête dans le 3ème canton de Nice où il affrontera le FN au 2ème tour. Le Front de Gauche sera aussi présent au 2ème tour sur le canton de Puget-Théniers avec Nathalie Grilli.

 

Cette progression des scores des candidats de rassemblement du Front de Gauche, à plusieurs reprises en tête de la gauche au premier tour, renforce notre détermination de faire grandir une alternative de gauche cohérente, courageuse et ambitieuse permettant de répondre aux besoins des populations en rompant avec les logiques capitalistes.

 

Les scores réalisés par le FN en progression par rapport aux cantonales de 2004, confirment le danger d'une montée de l'extrême droite. Ils sont la conséquence directe de la volonté d'une partie de la droite de banaliser les idées du Front National.

 

Le Parti Communiste réaffirme sa volonté de mettre en échec l'extrême droite et avec elle les idées racistes et xénophobes dont elle est porteuse.

Sur l'ensemble des cantons du département où un candidat du Front National est présent au second tour, nous invitons, au nom des valeurs républicaines, les électeurs à faire barrage à ces candidats.

 

Robert Injey,

secrétaire départemental du PCF 06

  1.  
    1.  
      1.  
        1.  
          1.  

            Cécile Dumas,

            secrétaire départementale adjointe du PCF 06

commentaires

Réponse du mouvement syndical à l'extrême droite

Publié le 17 Mars 2011 par

Voici la déclaration de cinq organisations syndicales, dont les plus représentatives, suite aux tentatives du FN d'instrumentaliser les syndicats pour faire la promotion des thèses racistes et xénophobes.

 

La situation sociale est grave : 5 millions de demandeurs d’emploi, 8 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté, accroissement de la précarité, conditions de travail dégradées… L’accroissement des inégalités et des injustices mine la cohésion sociale. L’absence de perspectives, un dialogue social insuffisant, provoquent interrogations et désarroi face à l’avenir.

Dans ce contexte, les organisations syndicales, ne peuvent rester indifférentes à l’utilisation de la situation sociale pour promouvoir certaines thèses dans le débat public comme le fait le Front national.

La thèse de la préférence nationale est antinomique avec les valeurs fondamentales du syndicalisme. L’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même et la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui, l’histoire en témoigne, ne peuvent conduire qu’au pire.

Les organisations syndicales agissent quotidiennement pour rechercher et exiger des réponses face à cette situation sociale ; en matière d’emploi, de pouvoir d’achat, d’égalité des droits… Leur action est portée par les valeurs qui sont celles du syndicalisme au cœur desquelles figurent la solidarité entre tous les salariés et la lutte contre toutes les formes de discrimination.

Les organisations syndicales CFDT – CGT – FSU – SOLIDAIRES – UNSA sont déterminées à empêcher l’instrumentalisation du syndicalisme par le Front national qui n’est pas un parti comme les autres et dont les orientations sont à l’opposé des valeurs qu’elles portent. Les organisations syndicales sont aussi garantes du respect de ces valeurs au sein de leurs organisations et par leurs militants.

Le 17 mars 2011

commentaires
1 2 3 > >>