" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Bonnes fêtes

Publié le 25 Décembre 2009 par

noel cc6 jpgBonnes Fêtes
commentaires

Succès populaire (Nice Matin)

Publié le 23 Décembre 2009 par dans Initiatives PCF

nice matin 23 12 09
commentaires

Succès de l'opération "Zappons la grande distribution"

Publié le 22 Décembre 2009 par dans Initiatives PCF

St Charles 22 12 09-copie-1Gros succès de l'opération "Zappons la grande distribution". Sous la pluie,  sur Antibes, Nice, la Trinité et Vallauris au total une dizaine de points de vente pour écouler au "juste prix" 3 tonnes de marchandises. A 2 euros les 3 kilos de pommes et 0,50 euros la salade, cette opération demontre, si besoin il en était,  le scandale des marges de la grande distribution qui se gave tout à la fois sur le dos des petits producteurs et celui des consommateurs.
 Elle met en évidence aussi le problème du pouvoir d'achat, car pour nombre de celles et ceux croisés tout au long de la journée il apparait évident que loin des discours d'un Sarkozy ou bien encore de Christian Estrosi sur le thème "je redonne du pouvoir d'achat",  le quotidien est très difficile...
Cette opération (la première sur Nice et le Trinité) sera reconduite.


HLM Roquebillière vente directe 22 12 09
commentaires

Déclaration du Front de Gauche après l'échec de Copenhague

Publié le 21 Décembre 2009 par

Sans commentaires....

Voici la déclaration du Front de Gauche (Parti communiste, parti de gauche et gauche unitaire), après l'échec ce week-end du sommet de Copenhague. Cet échec renforce les responsabilités de chacun, c'est le sens de la proposition en fin de communiqué en lien avec les prochaine échéances régionales.


Fin du sommet de Copenhague : une déclaration du Front de Gauche

 

Le sommet de Copenhague est un échec. Malgré l'attente des peuples, malgré la mobilisation de tant d'acteurs, d'associations, de citoyens ou de scientifiques pour lutter contre les causes du réchauffement climatique, les chefs d'Etats ont jugé qu'il était urgent d'attendre en repoussant les échéances à 2010. Ce qui a été réalisé dans l'urgence pour, en pleine tempête financière, sauver les banques malades de leur propre cupidité devient désormais impossible quand il s'agit de sauver la planète. Quelle honte ! Preuve est faite que ce capitalisme obnubilé par l'appât du gain immédiat est en incapacité de préserver la planète qu'il surexploite. Les dirigeants des principales puissances mondiales ont fui leur responsabilité en repoussant les décisions qui devraient s’imposer. Chacun d'entre eux devra rendre des comptes face à l’opinion publique.

Grande est notre déception! Chacun a entendu les déclarations plus fracassantes les unes que les autres du Président de la République répétant à l'envi qu'on allait voir ce qu'on allait voir. On a vu. Les organisations qui composent le Front de gauche, comme tous ceux qui jour après jour se sont battu lors de cette campagne pour le climat, ont au final beaucoup appris. D'abord que si victoire il y a, elle ne viendra que de la mobilisation citoyenne internationale. Rien de juste ne se fera sans les peuples. Les chefs d'Etats des principales puissances industrielles sont solidement tenus par les lobbies capitalistes et prisonniers de l’égoïsme des pays riches à l’égard des pays pauvres. La seconde leçon de ce sommet avorté est que le combat sera long et difficile. Copenhague doit être utile pour rappeler au monde ce qu'il ne faut pas faire.

Le Front de Gauche, comme il l'a annoncé avant ce sommet mondial, prendra ses responsabilités à l'échelle qui est la sienne. Ainsi, lors de la campagne des élections régionales, nous mettrons sous contrôle citoyen les politiques régionales pour que chaque région à l'échelle de son territoire s'engage sans attendre à la réalisation d'un bilan carbone et d'un plan climat qui contribue à la réduction, pour 2020, de 30 à 40% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.

Paris, samedi 19 décembre

commentaires

Nice sous la neige

Publié le 19 Décembre 2009 par

P1030335


Pour la première fois depuis 2005, Nice était sous la neige ce matin, enfin sous une couche très fine de neige qui aura disparu en grande partie dans la matinée
De la route de l'observatoire vue sur le quartier  St Roch.

commentaires

Copenhague: l'échec !

Publié le 19 Décembre 2009 par

L'échec !

C'est le constat qui ressort quelques heures après la fin du sommet de Copenhague. Le grand show des grands de ce monde ne fait même pas illusion. Il ressort très peu de chose du sommet,  qui est à l'arrivée en recul par rapport à Kyoto.

Pour info un rapide analyse, récupérée sur le net, sur les quatre points principaux tels que les a présenté Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse :

 

  • Les pays s’engageraient à maintenir les changements climatiques sous la barre des 2°C pour 2050. Ce qui signifierait donc que l’on pourrait excèder cette température à la fin du siècle.
  • Il n’y aura pas d’objectif mondial de réduction d’émissions, tant pour 2020 que pour 2050. Concernant 2020, les pays auront à présenter par écrit au secrétariat des Nations Unies leur objectif de réduction pour 2015 puis pour 2020. En gros, il n’y a pas d’obligation, on peut produire le chiffre que l’on veut avec l’année de référence que l’on veut. Pour 2050, même la barre des 50% est oubliée !
  •  Pour cela, et c’est le troisième point, il faudra que les pays adaptent leur législation à cet objectif de réduction. Ce n’est vraiment rien de nouveau car jusqu’à présent, les Etats devaient annoncer leurs objectifs de réduction tel que leur avaient demandé les Nations Unies, et avaient auparavant pris le soin de passer des législations nationales pour faire passer ces points.
  • Enfin, un accord sur les financements innovants a été trouvé. Ainsi, 30 milliards de dollars seront distribués sur trois ans aux pays les plus menacés par les changements climatiques. Et ensuite, 100 milliards de dollars à partir de 2050 pour le financement de l’adaptation aux changements climatiques. La question du qui va payer, et du comment reste entière. Un comité d’experts va être créé pour enterrer la question, pardon pour trouver des financements innovants.
Au final un constat, la capitalisme c'est la domination  des intérêts privés sur  l'intérêt collectif. Copenhague à sa manière en est une nouvelle illustration.
commentaires

Zappons la grande distribution!!

Publié le 17 Décembre 2009 par dans Initiatives PCF

Zappons la grande distribution !

 

Les militants communistes organisent une grande vente directe de pommes et de salades le mardi 22 décembre toute la journée dans les quartiers populaires d’ Antibes, de Nice et de La Trinité en lien avec les producteurs du Vaucluse du MODEF (Mouvement de Défense des Exploitants Agricoles Familiaux).

 

Les producteurs et les consommateurs de fruits et légumes sont abusés par la grande distribution. A cause de la loi de modernisation de l’Economie,voulue par Sarkozy, Estrosi, Ciotti, Léonetti et tous ses amis de l’UMP, la grande distribution achète les fruits et légumes au plus bas aux producteurs et les revend avec des marges hallucinantes. Cette arme nouvelle de négociation offerte à la grande distribution est en train d’achever les agriculteurs de notre région et de notre pays. Le revenu agricole moyen par exploitation a baissé cette année de 34%.

Et cette perte ne se retrouve ni dans les poches des consommateurs, ni dans les poches des salariés de la grande distribution. 

 

Par cette vente directe, les militants communistes feront la démonstration qu’en favorisant les circuits courts, les producteurs peuvent être décemment rémunérés de leur travail et les consommateurs peuvent acheter, à un prix accessible à tous, des produits de très grande qualité. (2€ les 3KG de pommes de  catégorie supérieure et 0,50€ la salade).

 

Les différents lieux de rendez-vous MARDI  22  DECEMBRE :

 

  • ANTIBES : 9H quartier St Claude (parking d’en bas)

                  10H quartier Pont Dulys à Juan-les-Pins

                              11H les Châtaigniers

                              12H au Laval-Laétitia

                              15H au local du PCF 10, avenue Pasteur lors de la permanence des « mardis                        de la colère »

 

  • LA TRINITE : 9H aux Hautes Vignes

          10H45 au Négron

          12H30 au local du PCF – 82, bd Général de Gaulle

          14H30 Haut de La Trinité/Cité du soleil (près du camion à Pizza)

          15H45 La Plana

 

  • NICE : 10H quartier St Charles

                 16H devant la gare Riquier

commentaires

Régionales 2010: Une dynamique est en marche!

Publié le 17 Décembre 2009 par


Ensemble, pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes

 

Nos organisations, celles d’une gauche de transformation sociale, affirment leur volonté de  mener campagne  ensemble  pour les élections régionales de 2010.

Avec le Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) avec les Alternatifs, La Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE), le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP), le PCOF, République et Socialisme, nous comptons  faire entendre fortement une autre voie à gauche.

Ce  rassemblement, en construction, se veut  ouvert, nationalement et régionalement,  à toutes celles et tous ceux qui, à gauche, dans le mouvement social dans le monde du travail et de la culture, souhaitent élaborer et porter avec nous un programme qui réponde aux besoins  de la population.

 C’est urgent ! Les difficultés s’accumulent : davantage de licenciements, de précarité, de pauvreté,  et en même temps moins de services publics, moins de pouvoir d’achat moins d’enseignement et de culture ! Cette situation devient insupportable, notamment dans les quartiers les plus populaires. L’environnement est sacrifié sur l’autel du profit. Les ravages de la crise sont amplifiés par la politique impulsée par Nicolas Sarkozy et la droite. Avec eux c’est toujours plus pour les riches, toujours moins pour l’ensemble du peuple. Et le président sème la division en puisant des idées nauséabondes dans l’arsenal de l’extrême droite qui du coup, relève la tête.

 Face à cette offensive redoublée, notre peuple, les salarié-e-s et les plus précaires résistent ; ils refusent de payer la crise. A la division, au chacun pour soi, ils opposent la lutte et la solidarité. Ils souhaitent un débouché politique à leurs luttes.

C’est pourquoi les listes qui nous rassembleront pour ces élections régionales, répondront à trois objectifs indissociables : changer les rapports de force à gauche en faveur de la ligne de transformation sociale et écologique ; battre la droite, empêcher Nicolas Sarkozy et l’UMP de reconquérir des régions pour en faire des relais de leur politique de régression sociale,  autoritaire, basée sur la peur ; construire des majorités solidement ancrée à gauche, portant des projets vraiment alternatifs à la logique du système en crise, un projet de transformation sociale et écologique que nous voulons porter jusque dans les exécutifs, à l’exclusion de tout accord avec le Modem, si les conditions de ces avancées en sont réalisées. Il s'agit de la possibilité de mettre en œuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer.

 Nous voulons faire des régions des points d’appui pour développer une politique au service des hommes, des femmes, des jeunes, de tous ceux qui travaillent et vivent ici.

 Une politique en faveur de l’emploi, respectueuse des salariés, de leurs droits, favorisant l’extension de ces droits. Une politique qui donne la priorité aux services publics. Une politique qui fasse des citoyennes et des citoyens, dans leur diversité, les acteurs de la transformation de nos régions par un développement de toutes les formes de démocratie. Une politique exigeante en matière écologique.

Une politique qui reconstruit le tissu social, à la ville et dans les campagnes.

 Ce programme devra être porté par des listes unitaires dans les régions, des listes rassemblant nos organisations et ouvertes aux actrices et acteurs du mouvement social qui le souhaitent.

 Nous vous donnons rendez-vous le 10 janvier, pour un  meeting national commun.

 

                                             Le front de Gauche (Parti Communiste français, Parti de Gauche,                                               Gauche Unitaire), Les Alternatifs,

                                               La FASE, le M’PEP, le PCOF, République et Socialisme.

 

Paris le 17 12 2009

 

commentaires

Sophie Duez: Indécent!!!

Publié le 16 Décembre 2009 par dans Conseils municipaux et communautaires


Peu nous importe les motivations de Madame Duez, mais il faut éviter de prendre les niçoises et les niçois, celles et ceux de gauche en particulier, pour des imbéciles !

Pour pouvoir être recrutée au cabinet du Maire, Madame Duez ne devait plus être conseillère municipale. Sa « démission de vendredi » n'était que le prélude à son «embauche de mardi».


Mme Duez déclare voter toujours à gauche. En acceptant d’être collaboratrice du ministre-maire de ce gouvernement, sait-elle qu’elle cautionne :

  • les augmentations d'impôts locaux, les plus injustes qui soient, après les largesses sans bornes accordés pour préserver les intérêts des grands groupes

  • l’expulsion à nouveau d’un charter d'afghans au mépris des valeurs républicaines de droit d’asile

  • Le refus de vivre dignement de leur travail aux salariés ?


Comme élue de gauche, elle vient de rater de manière assez pitoyable sa sortie de la scène politique .


Robert Injey, Emmanuelle Gaziello

Conseillers municipaux de Nice

commentaires

Le PLH et le logement social...

Publié le 14 Décembre 2009 par

Lors du conseil municipal du 11 décembre 2009, Madame Estrosi-Sassone à présenté la délibération portant sur les objectifs pour le PLH (plan local de l'habitat) pour la période 2010-2015. A cette occasion j'ai fais l'intervention suivante:


Les éléments contenus dans les dossiers de cette délibération en attestent: la situation sociale est particulièrement difficile dans notre département. Ainsi sur le diagnostic ( page 11), 53% des ménages fiscaux ont un revenu inférieur à 2 fois le smic (chiffres 2005).

Une situation plus dramatique que la moyenne nationale puisque le pourcentage des ménages dont les revenus sont 30% inférieur au plafond HLM est 3 points au-dessus de la moyenne française.

Le logement est un facteur aggravant des inégalités sociales, ainsi 14,8% des ménages du parc privé consacrent 40% ,au moins, de leur revenu au logement. Pour la tranche médiane le pourcentage est de 34%. Et face à cette situation dramatique le même document fait le constat (page 13): « un parc social nettement insuffisant ».

Avec un retard sur la loi SRU de 24 000 logements sociaux sur le périmètre de la communauté urbaine.


Voilà la réalité de la situation à laquelle nous sommes confrontés, avec comme conséquence je cite (page 14) «Cette faiblesse du parc locatif social crée une tension sur le parc locatif privé dans lequel une grande partie des ménages entrant dans les plafonds de ressources HLM se loge, mais dans des conditions économiques et parfois sanitaires nettement dégradées.»


Et les perspective ne vont pas en s'améliorant, il en est ainsi du niveau de vie des retraités, ou bien encore de l'explosion de la précarité. Sans parler de la hausse de la population évaluée à 30 000 habitants supplémentaires d’ici 2020 soit l’équivalent de 12 000 logements.

Face à ces besoins, le bilan du 1er PLH est limité avec une moyenne sur la période 1999 – 2007 de 526 logements sociaux construits par ans.


Pour la période qui s'ouvre devant nous vous nous annoncez (par an), 1500 logements neufs pour répondre à la demande existante et 1500 à 2000 par rapport à l’accueil population nouvelle. Au final vous vous donner un objectif 3500 logements par an en 2015, avec une moyenne annuelle de 1268 logement sociaux soit 40% sur la période.

40% avec une part non négligeable constituée par du PLS ,pas accessible à toutes les familles puisque le seuil de ressource pour un foyer de 3 personnes s'élève à 44 118 euros par an .


Au final dans le meilleur des cas en PLUS et en PLAI, le PLH va se traduire si vos objectifs sont tenus par 6 000 nouveaux logements sociaux.

A ce rythme là il faudra attendre 2030-2035 pour résorber le manque de logements sociaux sur le périmètre de la communauté et sur Nice.

Lors de la présentation du 1er PLH en 2003 je pointais la même échéance. Six ans plus tard nous n'avons pas comblé le retard.

Ici c’est un peu comme à Copenhague. Face à la crise du logement c’est comme pour la crise climatique, les demi-mesures ne font pas le compte



Madame ESTROSI-SASSONE force est de constater aujourd’hui que vous êtes encore dans les demi-mesures, c'est la raison pour laquelle nous voterons contre cette délibération.


commentaires

Les enjeux de Copenhague

Publié le 14 Décembre 2009 par

arton4312-8e3f4(Article publié sur le site national du PCF)

Un consensus sera-t-il possible à Copenhague, et sur quelle base ? Selon le GIEC, pour empêcher une hausse de la température au-delà de 2°C d’ici 2100, les pays industrialisés devraient réduire leurs émissions de 25% à 40% des gaz à effet de serre (GES) en 2020 par rapport à 1990. Les pays en développement (PED) devraient – compte tenu de leur croissance actuelle – infléchir leurs émissions.

En effet, tout le monde n’est pas à égalité. Les États-Unis sont les plus gros pollueurs avec 24 tonnes de CO2/an/habitant contre 12 pour un européen et 5,5 pour un chinois. L’urgence est à l’action si l’on veut parvenir, comme cela est nécessaire, à 2 T/hab de la planète. Autre important dossier en discussion : le règlement de la « dette écologique » des pays du Nord à l’égard de ceux du Sud. Celui-ci doit se concrétiser par le versement d’une aide financière (120 Md€/an) à apporter aux PED et pays pauvres.



Elle doit les aider à investir. Ce qui suppose des transferts de technologie et de brevet à ceux qui paient déjà un trop lourd tribut au dérèglement climatique. Le droit à l’énergie pour tous doit être assuré. Or, les propositions annoncées sont au dessous des enjeux. Sur la possibilité de parvenir à un accord juridiquement contraignant en décembre, le pessimisme prévaut (pays d’Asie et du Pacifique, observateurs, ONG…). C’est ce que dénoncent les pays africains qui ont même un temps quitté la table de négociations. Se profile le projet d’une déclaration politique comportant de grands principes (appel à réduire les émissions de GES de 50% d’ici 2050, adoption par les pays riches de trajectoires de réduction de GES vers - 80% en 2050, acceptation par les PED d’une « déviation substantielle » de l’augmentation de leurs émissions, soutien financier important et transferts de technologies pour les pays les plus pauvres), le report des négociations définitives en 2010, bref, de bonnes intentions, mais sans contraintes réelles.

On a bien sauvé les banques, on doit sauver la planète !

Le temps perdu pour l’action ne se rattrape pas, ou alors à un prix prohibitif pour les peuples. Il ne faut pas cacher que les budgets à mobiliser pour conduire les adaptations nécessaires à un nouveau mode de production et de consommation moins productiviste seront très conséquents. Qui paiera la facture, les peuples ou le capital ? La mobilisation des peuples pour peser sur le cours des négociations est essentielle. Le nombre d’appels en direction des chefs de gouvernements, de débats publics, d’initiatives de sensibilisation, de vœux d’élus dans les collectivités territoriales se multiplie ; mais nous sommes encore loin du compte. Les communistes prennent leur part de ce combat avec ambition, en s’attachant à faire connaître leurs propositions, et en œuvrant à l’émergence de convergences qui lient préservation de la planète et progrès social, réduction des inégalités sociales et environnementales. 

Ce combat ne s’arrêtera pas le 18 décembre, nous aurons à le poursuivre !

 

 

 

commentaires

Coût de la ligne 2: la preuve par Lyon et Marseille !

Publié le 10 Décembre 2009 par

Après le conseil communautaire du 4 décembre et la réaffirmation par Chrisitian Estrosi du coût annoncé pour la ligne 2 (450 millions d'euros), avec ma collègue Emmanuelle Gaziello nous avons tenu une conférence de presse pour faire apparaitre quelques réalités chiffrées sur le côut de la ligne 2 du tram/métro. Ci-dessous le texte diffusé à l'occasion de cette conférence de presse.



La ligne 2 coûtera entre 700 et 800 millions d’euros

 

Christian Estrosi quand il veut occuper l’espace politique a fréquemment un «problème» avec les chiffres, comme si ceux-ci devaient s’adapter à son discours.  Mais il peut compter sur les élu-e-s communistes pour lui rappeler la réalité….

 

Quelques exemples :

 

La plaine de Var 3ième OIN mise en place en France !   Faux.

 

Christian Estrosi si il  cite la Défense et Euroméditerranée à Marseille, oublie St Etienne, Antifer (Le Havre), les villes nouvelles, les aéroports de Paris pour ne prendre que les OIN les  plus connues déjà en cours, depuis très longtemps pour certaines d’entre-elles..

 

La communauté urbaine : c’est le Jackpot !  Faux

 

En 2008, tout au long de l’été, il n’a eu de cesse d’assurer, lettre d’un ministre à l’appui,  que la mise en place de la communauté Urbaine allait se traduire par un jackpot, avec une contribution par habitant de 85 euros.

Nous avons contesté ce chiffre, en annonçant pour notre part lors du conseil communautaire du 24 septembre 2008  un montant de 60 à 65 euros(ce qui représente par an une différence de 10 millions d’euros). Réponse arrogante de Christian Estrosi  sur le ton «qu’est-ce que vous connaissez vous un simple élu d’opposition alors que moi…».

 Résultat la dotation de l’Etat a été fixée à …65€ !

 

La ligne 2 Tram –métro à 450 millions d’euros ! FAUX !!!

 

Aujourd’hui nouvel exemple avec la question du coût de la ligne 2.

 

Rappel des faits. Dans la version Tram sur la promenade, qui a coûté énormément en communication, le tracé initial Ferber/jardin Albert 1er par la promenade était estimé à un coût de  315 millions d’euros pour 4,1 kms.

 

Aujourd‘hui le second projet de Christian Estrosi  pour un tracé de 8,6 kms (plus du double) dont 3,6 enterrés, il annonce un coût total de 450 millions d‘euros.

Un supplément de 135 millions pour 4,5 kms supplémentaires dont 3,6 en sous-sol .

 

Face aux critiques et à l’annonce par les élus communistes d’un coût du kilomètre de métro à 100 millions d’euros et d’un total au-delà des 700 à 750 millions, Christian Estrosi  justifie ses chiffres en citant  des exemples rapportés ainsi par Nice-Matin :

 

« A Lyon, un tunnel d'1,7 km a coûté 108 millions d'euros (60 Me/km), le prolongement du métro de Marseille à la Fourragère, 2,5 km et 4 stations : 138 Me, soit 55 Me/km. A Nice, le tunnel (3,6 km) entre le carrefour François-Grosso et la place Arson est estimé à 70 Me/km.»

 

Problème, les chiffres annoncés par Christian Estrosi ne concernent en quelque sorte que le gros œuvre.  Astuce un peu grossière pour tendre à faire croire que son chiffrage est réaliste.

 

Mais Il faut y ajouter tout le reste ; les études, la maitrise d’ouvrage, les acquisitions foncières, les libérations d’emprises, les déviations de réseaux, les travaux préparatoires, l’installation de alimentations électriques, l’aménagement des stations, des système d’aération, les aménagements urbains… Pour prendre ce dernier aspect un seul exemple la construction du tunnel impliquerait la destruction des 2/3 de la place Arson qu’il faudra reconstruire par la suite.

 

Faire un métro ne consiste pas à creuser uniquement un trou, Christian Estrosi semble l’avoir oublié, pas nous!

 

Et là les chiffres ne sont plus les mêmes.

 

Concernant Lyon, il s’agit du prolongement de la ligne B du métro vers Oullins, sur une distance de 1,7 kilomètre. Coût de l’opération annoncé par le Syndicat mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération lyonnaise : 222 millions d’euros. Dans ce coût est compris celui d’une gare multimodale (30 millions) et d’un système de métro automatique (50 millions). Cela met donc les 1,7 kilomètres de tunnel, sans station (6 sont prévus à Nice) et sans système roulant à 142 millions.

 

Concernant Marseille, il s’agit du prolongement sur 2,5 km de la ligne 1 de la Timone à la Fourragère le montant de dépenses prévues dans le tableau de bord de l’opération menée par Marseille Provence Métropole est de 419 millions d’euros (chiffres au 7 novembre 2008) sans compter le matériel roulant. Le chiffrage de l’opération était de 290 millions d’euros en 2001 et 350 millions en 2007, ce qui laisse présager de l’évolution du coût sur Nice…

 

En d’autre terme le coût annoncé de 450 millions par Christian Estrosi correspond au mieux à la dépense globale pour les 3,6 kilomètres de passage en sous-sol, nonobstant les grosses incertitudes sur les contraintes liées à la nature du sous-sol (couche de sable et nappe phréatique), et au risque sismique.

 

Le coût probable de l’opération tram/métro se situe (chiffre 2009) entre 700 et 800 millions d’euros, très au-dessus de l’annonce de Christian Estrosi.

 

Les chiffres sont là, têtus et incontournables. La solution que nous avançons depuis le mois d’avril (passage cœur de ville en surface) est la seule qui soit réaliste.

 

 

NB: Bien évidemment tous ces chiffres sont vérifiables, ils émanent soit de documents de Marseille Métrope Provence soit des délibérations du Grand Lyon et du site internent du syndicat mixte des Transports pour le Rhône....

 

 

 

commentaires
1 2 > >>