" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Création de la ligne 2 du tramway : des questions sans réponses

Publié le 30 Mars 2012 par Groupe communiste dans Conseils municipaux et communautaires

Ce jeudi 29 mars le conseil municipal de Nice se prononçait sur l’avis, suite aux enquêtes publiques conjointes, d’intérêt général du projet de la ligne 2 du Tramway. Fervents partisans du développement du tramway et des transports collectifs, nous avons pourtant voté contre cette délibération.

Les motivations de ce vote sont de plusieurs ordres qu’a développé Emmanuelle Gaziello dans son intervention :.

Financiers : aucun chiffrage sérieux n’existe aujourd’hui, les chiffres avancés par C. Estrosi n’ont cessé de varier et surtout sous-estiment le coût final de l’option tunnel. A plusieurs reprises nous nous sommes exprimés là-dessus. Nous prenons date….. Mais d’ores et déjà le coût financier de la ligne 2 hypothèque gravement  la réalisation de la ligne 3 et la réalisation de la prolongation de la ligne 1 vers l’Ariane et le Trinité.

L’aberration du choix tunnel : Le tramway est le symbole d’un transport propre. En choisissant l’option tunnel pour des considérations de très court terme - éviter de se mettre certains commerçants à dos et de financer le renouvellement des réseaux souterrains (eau…) qu’il faudra de tout manière faire à un moment donné-, Estrosi fait le choix d’enterrer le transport « propre » pour laisser la pollution automobile ensurface. Bizarre conception du développement durable, dans une ville fortement touchée par la pollution.

La sécurité pour les usagers d’un tel équipement : la lettre d'observations du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), pointe un grand nombre d’inquiétude :

 «  (…) En souterrain, la section en tunnel représente la partie la plus sensible du projet. Le SDIS n’a aucun retour d'expérience sur ce type d'ouvrage, sauf l’expérience de tunnels routiers qui sont moins risqués par rapport au nombre potentiel de victimes exposées en cas de sinistre avec fort dégagement de fumées et gaz toxiques et/ou en cas de panique.

Il faut noter que 6 rames pourraient être engagées dans l'ouvrage souterrain, soit plus de 1 800 personnes à évacuer en cas de sinistre majeur. Le plan de coupe laisse apparaître un tracé qui ne suit pas une pente régulière d'un bout à l'autre de l'ouvrage.

Des "siphons" apparaissent et peuvent être des points névralgiques en cas de sinistre. L'étude des risques montre que le télescopage de 2 rames ou le feu de rame avec impossibilité de ramener la rame en station, ou effet de panique suite à une panne, peut confronter brutalement le SDIS à une opération particulière et difficile où le nombre important d'impliqués ou de victimes reste essentiel. »

La commission d’enquête semble se contenter d’une solution de vidéosurveillance, et renvoie le Maître d'Ouvrage à une concertation avec le SDIS.

 Pourtant le SDIS a bien identifié les risques, et a bien proposé des solutions :

(…)-«  Après analyse des risques, il est impératif de prévoir des puits de secours judicieusement placés sur les tronçons les plus défavorisés de manière à pouvoir évacuer le plus rapidement possible les usagers impliqués ; Réduire les distances d'investigation des équipes de secours ; Morceler les sections à désenfumer, conformément à la réglementation. Un puits de secours, c’est un ouvrage vertical à l'abri des fumées, avec sas, permettant de passer de l'escalier à la partie tunnel. Ce type d'aménagement existe en France sur des infrastructures de même type."

Dommage que ces propositions –non chiffrées- ne soient pas intégrées dans le projet. Pire la réponse du Maître d'ouvrage, qui réduit les risques d'accident au percutage, et « promet » qu'un incendie serait impossible en raison des matériaux utilisés pour les rames….

Annonce assez illusoire, le jour même du conseil Nice Matin rapporte un incident : « Les voyageurs ont dû quitter le train en gare du Cannet-des-Maures à la suite d’un début d’incendie dans la motrice. »

 

Risque sismique : Les ouvrages ont été calculés en utilisant les dernières règles de construction, notamment l’« Eurocode 8 » qui traite de la conception et du dimensionnement des structures pour leur résistance aux séismes. Or, comme le dit le SDIS il n’y a aucun retour d’expérience dans nos sols alluvionnaires gorgés d’eau qui amplifient le phénomène sismique.

 

Sans réponses à nos interrogations, nous avons voté contre ce projet.

commentaires

Rencontre du 18 mars pour une 6ème République (Vidéo)

Publié le 27 Mars 2012 par front de Gauche dans Politique France

le 18 mars avant la grande marche sur la Bastille, se tenait une rencontre à Gentilly sur la 6ème République, avec la particpation de 400 personnes (simples citoyens, élus, syndicalites, universitaires...)

commentaires

Réponse à Cécile Duflot

Publié le 23 Mars 2012 par dans Politique France

Dans le Nice matin de ce jour Cécile Duflot se livre à une charge contre JL Mélenchon. nice Matin titre même Cécile Duflot "A quoi ça sert de voter Mélenchon?". Pour Répondre à cette grande question le meix c'est de laisser la parole à Safia Lebdi  conseillère régionale EELV d'île de France

 

Safia Lebdi « Mélenchon 
lie l’écologie et 
la vie des gens »

Safia Lebdi, conseillère régionale d’Île-de-France d’Europe Écologie-les Verts, sera présente le 18 mars à Paris au rassemblement du Front de gauche dont elle soutient le candidat.

Safia Lebdi fait partie des personnalités de la société civile qui ont investi Europe-Écologie-les Verts. En 2010, elle s’engage politiquement pour la première fois et est élue aux élections régionales. Cofondatrice de Ni putes ni soumises, elle a dû quitter ce mouvement quand Fadela Amara a rejoint le gouvernement de Nicolas Sarkozy et créer le collectif les Insoumises. En femme libre, en féministe, elle explique son soutien en faveur de Jean-Luc Mélenchon.

Conseillère régionale EELV en Île-de-France, pourquoi soutenez-vous Jean-Luc Mélenchon, et non Eva Joly, 
à la présidentielle ?

Safia Lebdi. Je me reconnais pleinement dans le discours du candidat du Front de gauche. Il est clair, sans fioriture, contre le monde de la finance. Il y a ceux qui possèdent des fortunes et ceux qui n’ont rien. Jean-Luc Mélenchon rend possible l’idéal d’un monde juste, le partage des richesses. Il est en train d’impulser la construction d’une gauche sociale, laïque, féministe et écologique. En fait, le Front de gauche est celui qui incarne le plus les valeurs pour lesquelles je me bats depuis des années.

Vous insinuez qu’EELV n’incarne pas cette gauche ?

Safia Lebdi. Ce parti a ouvert ses portes à des personnes de la société civile, comme Auguste Legrand ou moi. On m’a choisie pour mon combat sur la laïcité et le féminisme, notamment dans les quartiers populaires. Or je me suis vite rendu compte qu’EELV ne fait aucun de ces domaines sa priorité. Il estime même, qu’étant divisé sur ces questions, il ne faut surtout pas ouvrir la boîte de Pandore. Ça peut exploser, pense-t-il. Même sur l’écologie, EELV n’est pas audible, parce qu’il en a une approche petite-bourgeoise. Mélenchon est plus percutant dans ce domaine en liant celle-ci à la vie des travailleurs, des gens modestes, comme je le suis et le sont des millions d’habitants des banlieues populaires.

Jean-Luc Mélenchon en fait-il « trop » dans son combat contre l’extrême droite, comme l’estiment certains 
à gauche ?

Safia Lebdi. Je me suis posé la question au début, et je dois dire qu’il a raison de l’affronter bille en tête. C’est quand même grâce à son acharnement que Marine Le Pen a été obligée de dévoiler son véritable projet sur les femmes, particulièrement sur l’IVG. Il a démystifié la candidate d’extrême droite. Mélenchon n’a pas peur de lui rentrer dedans, contrairement à bien d’autres prétendants à l’Élysée, qui n’osent l’affronter car ils sont ambigus sur un certain nombre de sujets, tels que l’immigration ou la laïcité.

Vous comptez participer 
à la marche pour «reprendre la Bastille», dimanche, 
avec le Front de gauche ?

Safia Lebdi. Oui, la symbolique me plaît bien. Je souhaite voir la République laïque s’instaurer partout. Aujourd’hui, elle est en difficulté, surtout dans les quartiers populaires, avec la disparition des services publics. Jean-Luc Mélenchon est celui qui parle le mieux au peuple, pour le peuple. C’est sa force. Si on est 20 000 à défiler ce jour-là, ça signifiera que la symbolique opère, que le mouvement est en marche.

 


Entretien réalisé par 
Mina Kaci

commentaires

Meeting de Bon Voyage (Nice), photos et intervention

Publié le 23 Mars 2012 par Bob Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Bob 21 mars

Delphine 21 mars

DSCN0983

Très grande réussite du meeting de la 1ère circonscription  à Bon Voyage avec une salle du CAL comble. Plus de 300 personnes ont participé à cette soirée. Quelques photos de la soirée.

Merci à Didier pour la réalisation vidéo de la soirée et à Simon et Raphael pour les photos.DSCN0964

 

Cher-e-s  Ami-e-s

Cher-e-s Camarades,

 

C'est tout un symbole de nous retrouver ce soir dans cette salle.

 

Dans ce quartier de Bon Voyage qui a largement placé le NON en tête en 2005, avec 82% ;

 

Dans ce quartier où Sarkozy  était battu au second de la présidentielle en 2007 et Estrosi au second tour des municipales en 2008.

 

Bon Voyage, un des quartiers les plus populaires de Nice qui subit, malgré lui,  non pas la double peine, ni la triple mais la quadruple peine.

Sarkozy : Président

Estrosi: Maire

Ciotti: Député

Kandel: Conseiller général.

 

Une liste pour le moins calamiteuse.

 

L'un est président des riches. De la bande du Fouquet's, à l'annonce récente du soutien de mme Bettencourt à sa candidature, Nicolas Sarkozy n'aura jamais failli à sa mission: défendre les intérêts des puissants, préserver les dividendes de ses amis.

 

L'autre c'est l'excès en tout. Estrosi quand on lui parle du Fouquet's,  il vous déclare que c'est simplement une brasserie populaire.  

Le Fouquet's c'est deux fois plus cher que le Négresco! 

Si le Fouquet’s est une brasserie populaire, alors le Négresco est une auberge de Jeunesse ! 

 

Estrosi quand on lui parle des préoccupations des niçoises et des niçois, il nous sort un discours d'une heure pour nous expliquer qu'il n'y a pas plus social que lui, ni plus écologiste.

Presque il en viendrait à vouloir nous convaincre que  grace à lui la planète tourne.

 

En réalité si Sarkozy est le président des riches, Estrosi c'est le ministre de la casse de notre industrie.  

C'est sous son ministère qu'auront été supprimé le plus grand nombre d'emploi dans l'industrie.

 

Ciotti lui, c'est le grand spécialiste de l'UMP en matière de sécurité.  

Mais à défaut  de s'en prendre aux gros trafiquants qui dirigent les réseaux, à défaut de chercher à faire payer les entreprises responsables de 80% de la fraude sociale,  Ciotti c'est fait une spécialité : s'en prendre aux petits, aux plus faibles pour les enfoncer toujours plus.  

 

A l’image des familles les plus en difficulté, souvent des femmes seules avec des enfants et des petits salaires.

Au lieu de les aider à sortir de leur difficulté, on leur supprime les allocations les plongeant dans une précarité plus grande.

S’en prendre aux plus faibles pour faire croire que la République est forte, monsieur Ciotti c’est pitoyable !

 

Quand à Kandel.... que celles et ceux qui l'on vu ses 6 derniers mois le signale car il semble avoir disparu  du quartier.

 

Voilà les hommes qui décident de notre avenir, qui nous imposent leurs choix.

Qui nous font la leçon.

Qui nous culpabilisent  en nous expliquant que nous coûtons trop cher, qu'il faut faire des efforts.

Qui n'ont pas d'autres mots à la bouche que compétitivité des entreprises, rentabilité, baisses des charges, profits et dividendes.

 

Souvenons nous, les mêmes, il y a quelques années,  ils nous faisaient déjà de grands discours sur le thème "il n'y a pas d'argent".

 

Il faut réhabiliter les HLM?  Désolé Il n'y pa pas d'argent

Ils faut augmenter les retraites?  Désolé il n'y a pas d'argent!

Il faut mieux soigner nos enfants?  Désolé il n'y a pas d'argent!

Il faut augmenter les bas salaires?  Désolé il n'y a pas d'argent!

 

En 2007, Sarkozy est élu,  ils nous disent qu'il n'y a pas d'argent, mais ils font des cadeaux aux riches (c'est le bouclier fiscal)

 

Fin 2007, il n'y a toujours pas d'argent mais  quand les banques à force de spéculer ont entrainé la crise financière : miracle!  

Ce qui hier était impossible est devenu possible en quelques heures seulement.

 

il n'y avait pas d'argent,  des milliards d'euros et de dollars sont apparus!

 

Mais le miracle était limité. Limité pour sauver les banques, non pour répondre aux besoins des gens.

 

Sauver ceux la-même qui à force de mentir, de tricher, de voler sont responsables de la crise.

 

Pendant cette période, ils continuent de  faire des cadeaux aux riches et de leur garantir les profits (c'est la réduction de l'ISF et tout le reste)

 

En 2011, affolement général, car cette générosité qui profite aux puissants à un coût, c'est l'ampleur de la dette publique.  

Dont on dit que nous sommes responsables, toujours la même technique de nous culpabiliser.

 

Une fois les banques privées sauvées et avec elles les dividendes versés aux actionnaires il a bien fallu présenter la note à quelqu'un.

 

Il a bien fallu demander des efforts à quelqu'un. 

Alors vers qui se sont-ils tournés ?

 

Les riches, les puissants? Même pas la peiner d'y penser!

Pour résorber la dette publique au lieu de prendre l'argent il est -chez les puissants- ils viennent nous le prendre à nous. Dernier exemple en date la TVA sociale.

Nous ne sommes pas responsables de la crise mais c’est  à nous qu’ils  imposent les efforts,  c’est à nous qu’ils font subir l'austérité.

 

L'austérité, qui n’a ni plus ni moins comme objectif de faire serrer la ceinture au plus grand nombre pour qu'une toute petite minorité puisse continuer à se gaver.

 

C'est ce qu'il ont fait avec la Grèce, le Portugal, l'Espagne, l'Italie.

C'est le régime qu'ils nous imposent jour après jour en France.

Avec comme conséquence une spirale infernale qui mène tout un peuple au chômage, à la pauvreté.

Car loin de soigner notre société, l’austérité l’assèche,  la saigne.

Regardez la Grèce avec ses 9 plans d’austérité !

 

A force de presser et de presser toujours plus les mêmes, la très grande majorité consomme moins, limite les achats, économise sur tout -même la nourriture- et c'est toute l'économie qui rentre en récession, donc chômage, donc moins de recette pour l'Etat et encore moins de revenus pour les ménages.

C'est le cycle infernale de la récession dans lequel la Grèce est plongée.

 

Si je fais ce petit tour rapide, c'est pour illustrer une évidence, la société qu'ils sont en train de nous imposer ne vise qu'à une chose: garantir à une petite minorité la possibilité d'être sans cesse plus riche.

Et cela  quelque en soit les conséquences pour les peuples.

 

Il y a quelque chose de profondément pervers dans ce système.

Lors d'une rencontre une dame me posait cette question:

 "Mais comment est-ce possible qu'ils soient prêts à nous plonger dans la misère pour conserver leurs privilèges?"

 

C'est choquant, mais c'est un fait.

Pour celles et ceux  qui spéculent à la bourse, pour celles et ceux qui votent des lois pour protéger les actionnaires, nos vies ne comptent pas.

 

Ceux qui encaissent des profits confortables,  ne sont pas très regardant -sauf quand cela se sait- pour savoir si ses profits sont le résultat de l'exploitation d'enfants dans des usines en Asie.

 

Ceux qui spéculent sur le prix du blé ou le riz, ne s'embarrassent pas de savoir si à cause de cette spéculation des enfants africains meurent de faim.

 

Ceux qui repoussent l'age de la retraite à 62, 65, 67 ans  n'en ont rien à faire que le chômage des plus de 55 ans explose. Rien à faire que ces séniors au chômage vont devoir survivre avant de pouvoir toucher une petite retraite.

 

Pour ces gens nos vie ne comptent pas!

 

Et bien il faut que cela cesse!

Il faut en finir avec la dictature des actionnaires et des marchés financiers !

Il faut en finir avec ces politiques qui plongent notre peuple dans la précarité

Il faut en finir avec l’arrogance du MEDEF.

Il faut en finir avec le mépris de l’UMP pour les populations.

Et puisque nous sommes ici au cœur des HLM de Bon Voyage, pas loin de ceux de Roquebillière, de St Charles, des liserons et de St Roch, je le dis avec colère.

 

Il faut en finir avec le mépris de Côte d’Azur Habitat et de sa présidente Estrosi Sassone à l’égard des locataires des HLM totalement abandonnés dans ces quartiers Est de la ville.

 

Pour nous, pour le Front de Gauche, notre priorité c’est L'Humain d'abord.

 

Oui tous les enfants doivent pouvoir  aller à l'école et étudier dans des conditions qui leurs garantissent les meilleurs chances de succès.

L'éducation de qualité  c’est un droit!

 

Oui tous le monde doit pouvoir se loger dans des conditions qui respectent la dignité humaine.

Le logement de qualité pour tous c'est un droit!

 

Oui un retraité doit pouvoir vivre de sa retraire.

Vivre dignement c'est un droit

 

Oui chaque citoyen doit pouvoir aller à l'hopital public pour se faire soigner gratuitement dans les meilleurs condidtions.

L’accès à la santé c’est un droit!

 

Mais ce qui pour nous constituent des droits,  pour eux, les Sarkozy, Parisot, Estrosi et autre Ciotti c'est un coût!

 

Et disons le franchement, le « travailler plus pour gagner plus » de Sarkozy, le gaullisme social d'Estrosi ou les appitoiements et larmes de crocodiles  de Ciotti c'est du baratin pour nous faire avaler leur pillule.

 

Disons le franchement, nous n’avons pas de leçon à recevoir d’eux sur nos devoirs à l’égard du pays.

 

Notre devoir, nous l’assumons tous quand nous participons à la création des richesses de ce pays. Quand d’autres se contentent de percevoir des dividendes

 

Notre devoir, nous l’assumons tous quand nous contribuons, via la TVA, les impôts locaux ou sur le revenus, la taxe sur l’essence, à financer les services publics et l’action de l’Etat.

 

Et qu’ils ne nous fassent pas la leçon. Proportionnellement à nos revenus chacun dans cette salle contribue plus que l’immense majorité des milliardaires.

 

Notre devoir nous l’assumons quand nous devons nous substituer aux carences d’un Etat qui n’assument plus ses missions.

 

Pour eux, nous coûtons toujours trop cher,  nous ne sommes pas assez compétitifs, nous sommes trop jeunes sans expérience ou trop vieux avec trop d’expérience… en permanence ils cherchent à nous culpabiliser.

 

Mais les vrais coupables, ce sont eux !

 

Et quand on commence à percevoir leur culpabilité, ils n’hésitent  plus,  ils emboitent le pas à la famille Le Pen, en attisant les divisions:

 

Division entre salariés du privé et du public.

Division entre français et étrangers

Division entre jeunes et vieux.

Division entre syndiqués et non syndiqués

Division entre religions

Division sur la manière de tuer les bêtes dans les abattoirs

 

Diviser, diviser, toujours nous diviser pour mieux régner, voilà leur objectif !

 

Ils veulent nous diviser, car ils rêvent que nous passions nos vies à nous quereller entre nous, plutôt qu’a leur demander des comptes et à leur imposer nos choix !

 

Car d’autres choix existent que la précarité à vie pour nos enfants, la pauvreté pour nos ainés et l’angoisse du lendemain pour chacun d’entre-nous.

 

D’autres choix existent et le moment est venu de le faire savoir et de le faire valoir.

 

D’autre choix, à commencer sur la question de l’utilisation de l'argent et de la création d'emploi.

 

L’utilisation de l’argent cela commence par redistribuer les richesses et permettre à chacun de pouvoir vivre dignement.

 C’est pourquoi le Front de Gauche propose

1/- Hausse des salaires, SMIC à 1700 € bruts.

2/Pas d’écart supérieur de 1 à 20 pour les salaires dans chaque entreprise.

3/Titularisation des 800 000 précaires de la fonction publique

4/ Interdiction des contrats précaires dans le privé au-delà d’un certain seuil.

5/ Blocage et baisse des loyers.

6/ Réquisition des logements vides.

7/ Construction de 200 000 logements sociaux par an.

8/ Gratuité des premières tranches d’eau, gaz et électricité nécessaires à la vie ;

9/Retraite à 60 ans à taux plein.

 

 

Le Front de Gauche porte de nombreuses autres propositions, comme sur la planification écologique, l’industrie, la protection sociale, l’énergie, je vous invite à les découvrir dans le programme du Front de Gauche l’Humain d’abord.

 

Un programme ambitieux qui très logiquement soulève une question : comment fait-on ?

En particulier pour les financer.

La question est légitime depuis des décennies on nous raconte qu’il n’est pas possible de faire autrement ;

 

Et bien nous on peut car, là aussi, d’autres choix sont possibles!

L’argent existe : la France n’a jamais été aussi riche de son histoire.

 

Les profits des 40 plus grosses entreprises françaises ont atteint 75 milliards d’euros en 2011.  Ce n’est pas la crise pour tout le monde !

 

En 30 ans, 200 milliards d’euros sont passés des poches du travail à celles du capital. Une telle somme permettrait à tous de vivre dignement.

Et bien le Front de Gauche propose très concrètement:

 

La suppression des exonérations sociale patronales : 30 milliards d’euros

 

L’annulation des cadeaux fiscaux accordés aux riches (la suppression du bouclier fiscal, l’augmentation de l’ISF, la création de 14 tranches…) : 50 milliards d’euros.

 

L’imposition des revenus du capital au même niveau que les revenus du travail : 20 milliards.

 

Un audit sur la dette et la possibilité pour les Etats de se refinancer directement auprès de la banque centrale : 50 milliards d’économies possibles.

C’est le montant des intérêts que verse l’Etat chaque année  aux banques (800 euros/ an par habitants)

 

Au total en économies et en ressources nouvelles tout cela représente près de 150 milliards d’euros !

 

Pour parvenir à cela, il ne faut pas que la gauche fasse preuve de mollesse, ou d’hésitation et essaye de ménager la chèvre et le chou.

 

Pour parvenir à cela il ne faut pas que la gauche se précipite à la City de Londres pour rassurer les spéculateurs.

 

Il faut avoir le courage et la volonté politique de  reprendre le pouvoir aux banques.

L'argent doit être utile pour créer des emplois et répondre aux besoins des gens. Aujourd'hui commentaires

Déclaration de la CGT pour l'échéance présidentielle

Publié le 14 Mars 2012 par CGT dans Politique France

Pour information la déclaration de la cimmission exécutuve confédrale de la CGT adoptée à l'unanimité.

 

Election présidentielle

Changer de politique, conquérir la justice sociale

mardi 13 mars 2012

Les salariés, retraités et privés d’emploi, comme l’ensemble des citoyens, femmes et hommes, sont appelés à participer à l’élection présidentielle les 22 avril et 6 mai prochains.

C’est un rendez-vous important pour l’expression démocratique. A ce titre, la CGT ne saurait être neutre, surtout au regard de la gravité de la situation.

Après des décennies de creusement des inégalités, la répartition des richesses doit désormais privilégier les revenus des salariés, des retraités, les minima sociaux et la protection sociale. Elle doit être réorientée vers l’efficacité économique et sociale.

La première des insécurités est bien sociale. Elle est aussi la conséquence de choix politiques.

Face à la mainmise des marchés financiers sur l’ensemble de l’économie et sur les choix de société il faut combattre la spéculation, mettre en place des dispositifs pour financer des activités créatrices d’emploi, investir dans une véritable politique industrielle et développer les services publics prenant en compte l’impératif de développement humain durable.

Face aux pouvoirs des actionnaires devenus exorbitants, il faut donner plus de droits d’intervention aux salariés dans les entreprises et au-delà.

A tous les niveaux, entreprises grandes ou petites, territoires, filières d’activité, Etat et collectivités … la démocratie sociale doit être une priorité.

La CGT réaffirme ses dix exigences pour sortir de la crise :
• Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux (SMIC à 1700€)
• Contrôler les aides publiques aux entreprises
• Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements
• Supprimer les exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires
• Stopper les suppressions d’emplois
• Développer les politiques publiques et les moyens des services publics
• Réformer la fiscalité en profondeur
• Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour l’investissement productif
• Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux
• Mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique

En aucun cas le projet de l’extrême droite ne peut ouvrir une perspective de sortie de la crise. La CGT renouvelle son opposition aux idées véhiculées par le Front National et banalisées par d’autres, qui cherche à exploiter les peurs et les désarrois sociaux pour s’enfermer dans une société en repli identitaire, liberticide, discriminatoire et raciste.

Le changement de politique pour conquérir la justice sociale, aider au « vivre ensemble » devient incontournable.

Au vu du bilan et des projets du Président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux.

Derrière ses discours sur la « moralisation du capitalisme » ou la « revalorisation du travail », l’essentiel de son action a consisté à favoriser les actionnaires et les plus riches.

Ses choix contribuent à faire payer la crise aux salariés qui n’en sont pas responsables.

Il a choisi de ne pas répondre aux grandes mobilisations nationales de 2009 pour "une autre répartition des richesses", préférant satisfaire les revendications patronales.

En 2010, c’est par le passage en force qu’il a imposé le recul de l’âge de départ en retraite aux millions de manifestants. Le système des retraites est fragilisé, les droits pour des millions de salariés en sont affectés.

Il a érigé le pouvoir personnel en méthode de gouvernement.

Le Président de la République est à l’origine d’un nouveau traité européen qui généralise l’austérité. C’est une nouvelle arme pour amplifier les attaques contre le code du travail, les droits et budgets sociaux, les droits des privés d’emploi, les retraites, les services publics…

Son programme pour demain rejoint les exigences du MEDEF. Ce serait plus d’austérité pour les salariés et les retraités, l’accroissement des inégalités entre les femmes et les hommes, une culpabilisation éhontée des privés d’emploi, la stigmatisation des travailleurs migrants et immigrés, la mise en cause du rôle des organisations syndicales considérées comme obstacles à ses projets. La société française vivrait des clivages plus violents encore et s’enfoncerait encore plus dans la crise.

L’élection présidentielle doit créer un nouveau contexte plus favorable aux revendications et au progrès social.

Affirmer sa citoyenneté, c’est aller voter, c’est aussi se syndiquer. Adhérer à la CGT c’est prendre sa place dans le syndicat qui agit au quotidien pour le progrès et la justice sociale.

Les salariés ont besoin d’une présence plus importante du syndicalisme pour créer le rapport de force nécessaire et organiser les luttes pour la prise en compte leurs revendications en toutes circonstances.

Montreuil, le 13 mars 2012
Adoptée à l’unanimité par la Commission Exécutive Confédérale

commentaires

Ciotti va-t-il supendre les allocations à la famille Sarkozy?

Publié le 10 Mars 2012 par Bob Injey dans Politique France

Ci-dessous le texte d'une dépêche AFP sur une "grosse bétise" que le fils Sarkozy a faite.

Changeons le nom, changeons le prénom, changeons le lieu, imaginons qu'il s'agisse de Mohamed Ben Mabrouk, 14 ans,  qui habite dans des HLM de Nice, quelles auraient été les réactions après les tirs de billes et de tomates sur une policière?

Après le bouclage du quartier et l'intervention du GIGN pour démasquer les sauvageons, Ciotti, aurait demandé la suspension des allocations familiales pour sanctionner des parents qui n'ont pas su élever leur enfant, Estrosi aurait convoqué les parents en mairie pour leur faire la leçon et Gueant aurait proposé une nouvelle loi pour abaisser à 14 ans  l'age pénal pour les mineurs  pour pouvoir les condanner avec plus de fermeté.  Heureusement pour le jeune Louis, papa est président et ses serviteurs zélés (Ciotti, Estrosi and C°) se garderont bien d'appliquer au rejeton présidentiel et à ses parents "incapable d'élever dans le respect de la loi" les sanctions qu'ils promettent aux autres....

"Les jeux de Louis Sarkozy à l'Élysée

Le Figaro.fr Mis à jour le 10/03/2012 à 12:01 | publié le 10/03/2012 à 11:37

Selon RTL, une policière en faction rue du faubourg Saint-Honoré à Paris, juste en face du palais de l'Élysée, a été prise pour cible jeudi après-midi par des tirs de billes et un jet de tomate. Touchée à une joue, elle est allée se plaindre aux gendarmes en poste à l'entrée de l'Élysée qui lui ont indiqué que le tireur était vraisemblablement Louis Sarkozy, le dernier fils du président bientôt âgé de 15 ans, qui recevait à ce moment-là un ami.

La gardienne de la paix, qui n'a pas été blessée, a rédigé un rapport mais n'a pas souhaité porter plainte, indique la radio. Le président de la République l'a rencontré hier matin pour lui présenter ses excuses. Si elle en fait la demande, elle pourra être mutée par l'administration.

Le matériel utilisé pour ces tirs n'a pas été précisé. Selon la radio, "l'incident" devait rester confidentiel et des consignes avaient été données pour qu'il ne s'ébruite pas".

commentaires

Bling-Bling 1er à Nice ou la République confisquée ! (vidéo)

Publié le 9 Mars 2012 par Bob Injey dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 Les déplacements de Sarkozy à Nice, en version candidat ou président, ressemblent toujours à la même chose. Blocage de la moitié de la ville pour éviter le moindre contact entre le Président des riches et les « vrais gens », mobilisation démentielle des moyens de l’Etat pour éviter à quelques curieux de l’approcher à moins de 200 mètres. Au final une ville prise en otage pour satisfaire le plan communication de Bling-Bling 1er avec une « petite foule » triée sur le volet amenée en bus pour faire la claque au candidat président.

Aujourd’hui le spectacle offert  était pitoyable. Une foule sur 75 mètres au milieu d’une promenade des Anglais vide de tout passant sur plus de 600 mètres. Celui que se prétend être le candidat du peuple a-t-il peur à ce point ce de dernier ?

 

Dans cette logique, le traitement réservé à celles et ceux qui voulaient faire entendre une autre  voix, simples citoyens, militants du Front de Gauche, élu-e-s communistes a été digne d’un Poutine : bousculades, insultes, menaces….

 

La République de Sarkozy est une République confisquée. Il est urgent de permettre à notre peuple de se la réapproprier. Prochain rendez, le 18 mars pour reprendre la Bastille !

 

commentaires

Echos de campagne (6 mars)

Publié le 6 Mars 2012 par Bob Injey dans Politique France

Alors que Jean Luc Mélenchon avec Pierre Laurent et Martine Billard tenaient meeting à Rouen et que Sarkozy tentait avec l’émission « Des paroles et des actes » de faire décoller sa campagne, l’information est tombée. A la une de la dépêche AFP l’évènement du dernier sondage c’est : «  Mélenchon passe la barre des 10% .

Enfin à force de voir les sondeurs nous créditer de 8 ; 8,5 ; 9 ; 9,5% puis 9 ; 8,5%, avant de remonter, comment ne pas s'empêcher de penser    que la barre des 10 posait problème aux faiseurs d’opinion.

Et pour cause, seuil symbolique il chamboule un peu le scénario que beaucoup voulaient dérouler tranquillement. L’irruption du Front de Gauche et de Jean Luc Mélenchon dans cette campagne bouscule les certitudes des uns et les hésitations des autres. Et il y a en besoin !    En effet la semaine aura été marquée par l'adoption, au Sénat, du « mécanisme européen de stabilité » (MES). Si comme à l'Assemblée Nationale les sénateurs et sénatrices du Front de Gauche ont voté contre, le PS s’est abstenu permettant ainsi la ratification du traité malgré une majorité de gauche au Sénat ! Cet épisode du MES illustre avec force l'utilité du Front de Gauche pour rompre avec les logiques libérales face à une partie de la gauche qui «s'abstient ». François Hollande était plus à l'aise pour annoncer une nouvelle tranche d'impôt à 75% pour les personnes physiques gagnant un million d'euros et plus. Cette annonce a provoqué des cris d'horreur à droite. Pourtant son incidence est très limitée. Ainsi par exemple Mme de Bettencourt ne serait pas particulièrement touchée par cette mesure, puisque les dividendes de l'Oréal ne sont pas versés directement sur son compte mais passe par une holding (une personne « morale »). Les 75% d'Hollande n'ont de véritable intérêt, au-delà du taux, que s’ils s'appliquent aux personnes physiques et morales. C'est ce que propose le Front de Gauche...

Sur le reste de la campagne, Sarkozy en difficulté ne cesse, meeting après meeting, emission après émission,  de faire du Le Pen bis. On sent de l'énervement et un début de panique dans les rangs de l'UMP. Attention cependant rien n'ai fait avant le 6 mai. 

-Sur la  première circonscription de Nice, nouveau succès pour la soirée thématique du mercredi. Cette fois c'était le 4ème canton, le secteur le moins propice électoralement et pourtant la grande salle de l’Hôtel Splendid était bien rempli. Du monde pour débattre d'un sujet d'actualité « Europe des peuples ou des banques ? La gauche doit choisir ! » le jour même des manifestations contre l'austérité en Europe à l’initiative de la CES. Vendredi se tenait une nouvelle rencontre des locataires à Roquebillière cette fois -ci. Des HLM véritablement abandonnés par l'office HLM que dirige Estrosi-Sassone. Nous aurons l'occasion de revenir là-dessus plus longuement.

Dernière semaine de congés, cette semaine est une semaine de transition et de préparation avant la dernière ligne droite. Préparation de deux événements en particulier :

Une assemblée générale de mobilisation -mercredi 14 mars à 18h au local place St Roch- des amis et sympathisants du Front de Gauche. Une assemblée ouverte non seulement aux adhérents des forces qui constituent le Front de gauche, mais aussi à toutes celles et ceux qui soutiennent le Front de Gauche et veulent contribuer à sa dynamique.

Le MEETING du Front de Gauche sur la circonscription se tiendra Mercredi 21 mars à 18h  au CAL de Bon Voyage à Nice (Terminus tramway, parkings).

commentaires

Qu'est ce que cache la hausse du prix de l'essence??

Publié le 1 Mars 2012 par secteur com PCF dans Les vidéos On vous fait un dessin

Une vidéo a voir ou à revoir pour décrypter ce qui se passe derrière la hausse du prix de l'essence....

 

commentaires

Ils suppriment des classes et construisent des prisons

Publié le 1 Mars 2012 par Bob Injey dans Politique France

Deux informations viennent de tomber l'une après l'autre, qui illustrent de manière dramatique l'impasse dans laquelle nous mènent les Sarkozy et autres Ciotti.

-Le vote par l'Assemblée nationale d'une loi, inspirée par un rapport d'Eric Ciotti, pour engager la construction de 24000 places de prison.

-L'annonce par les syndicats du nombre de classes de primaire qui vont fermer à la rentrée 2012: entre 1407 et 1583 classes.

 

Un président des riches et de la bande du Fouquet's, un gouvernement  qui ferme des classes et construit des prisons.. voila la  société qu'ils veulent nous imposer . Vite débarrassons nous de l'UMP, il y a urgence pour notre avenir et celui de nos enfants!!

 

Notons au passage que le député-porte parole, Eric Ciotti, très zélé pour faire construire des prisons l'est beaucoup moins pour empécher la suppression des classes dans sa circonscription.

commentaires