" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

La ségrétation urbaine est "En marche"...

Publié le 21 Septembre 2017 par injey06

La ségrétation urbaine est "En marche"...

La ségrégation urbaine 

L’attribution des JO 2024 à Paris a suscité beaucoup d’enthousiasme dans les médias, dans une partie de la classe politique mais aussi au sein des grands groupes du BTP et chez Airbnb, leader mondial de la location d’appartements de vacances entre particuliers.

Outre les risques habituels, explosions des budgets, reconversion des installations, un des risques majeurs des prochains JO, c’est d’accélérer et d’amplifier, sur les territoires concernés, le phénomène  de ségrégation urbaine. Un processus lié à celui de la Métropolisation, auquel nous assistons depuis des années. Sous l’impact de plusieurs facteurs, entre autre celui  de la bulle immobilière spéculative, celui en partie lié de la proportion des logements vacants qui augmente,  et  enfin l’émergence du phénomène d’Airbnb, les ménages aux revenus moyens ou faibles disparaissent des villes. Les seuls à pouvoir y rester ce sont les  10 à 20% de la population, selon les villes,  qui vivent dans les HLM situées en grande majorité en périphérie du centre. Au fil des années, des départs, des opérations immobilières, des quartiers hier populaires se vident de cette population. L’offre de logement locatif privé financièrement encore accessible se réduit comme peau de chagrin, la vacance s’accroit. Ce dernier phénomène atteint déjà une ampleur massive à Paris, dans les 4 arrondissements du centre de Paris la vacance atteint 26%. Dans nos villes du littoral la tendance est forte (Cf article de Pascal Tournois dans le Patriote Côte d’Azur de la semaine dernière, reproduit ci-dessous).

 

Quant à l’achat il est de plus en plus impossible sans un apport conséquent. Un 22m2 dans le quartier du Port à Nice se vend 160 000 euros. Pour bien réaliser ce que cela représente, pour un smicard, en respectant des mensualités qui ne représentent pas plus de 33 % du salaire et  sans apport il faudra sans doute un prêt s’étalant sur 40 ou 50 ans !

Cette réalité urbaine est l’illustration de la crise profonde du logement à laquelle nous assistons dans les grandes métropoles. Toute une partie de la population n’aura plus la possibilité de vivre dans « la ville ».  Mais nous n’avons plus seulement affaire à une crise du logement, c’est une véritable ségrégation urbaine qui est en marche…

Et les annonces sur le logement du gouvernement présentées ce mercredi vont amplifier encore plus cette ségrégation.

 

Robert Injey (Patriote du 21 septembre)

 

Logement  (Article du Patriote Côte d'Azur du 15 septembre)

Une crise qui perdure dans les Alpes-Maritimes

Notre département colle à l'image d’Épinal d'un fief de droite à deux têtes, Christian Estrosi et Eric Ciotti  se partageant les pouvoirs et se disputent aujourd’hui la suprématie dans ce département. Mais si les ambitions divergent ils sont comptables de la situation dans laquelle se trouve notre département où les inégalités se creusent.

Par Pascal Tournois

Il n’est pas inintéressant, par exemple, de s’attarder sur la situation du logement, facteur aggravant des inégalités sociales. C’est l’occasion de mieux appréhender le bilan de la droite, mais aussi de mieux connaître la réalité où vivent les maralpins. Au moment de la polémique sur la baisse des APL ou sur l'expansion de AirBnB qui concurrence la location traditionnelle, quel est le visage de notre département au niveau du logement ?

Trop peu de propriétaires de leur résidence principale:

Si en France, 58 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale (+5% en 30 ans), ce qui reste très en dessous de la moyenne européenne (proche des 70% - chiffres eurostats), notre département est lui-même en dessous de la moyenne nationale.

En effet,  les maralpins ne sont propriétaires de leur logement principal qu'à hauteur de 54,7%. En plus, à la différence de la tendance nationale, le nombre de propriétaires a baissé de 0,2% en 5 ans. C'est dû à un marché immobilier tendu, au vu de la situation géographique privilégiée du département.

Quand on affine, c'est à Cannes et Nice qu'il y a le moins de propriétaires (46,1 et 47,1%). Et, comme pour le département, le nombre de propriétaires a baissé de 1,2% en 5 ans. Nous sommes clairement dans des villes où, au vu des prix au m², seuls les plus aisés et déjà propriétaires peuvent acheter favorisant ainsi le phénomène  des multi-propriétaires.

Le logement social : un retard qui perdure

Longtemps ignoré par la droite locale pour qui il n’y avait pas de crise du logement, le logement social y accuse un retard persistant. Si la proportion est de 16,8% en France, elle n'est que de 8,8% au niveau du département. Et quand un habitant a eu la chance d'obtenir un logement social, le loyer moyen par m²de surface habitable est de 6,4 euros, contre 5,3 euros en moyenne nationale (5,7 en comptant l’Ile de France). Même si sur les grandes villes du département  la proportion a légèrement augmenté (de 9.7 à 11.2% à Nice sur les 5 dernières années, de 5,5 à 7% à Antibes pour la même période), le retard est énorme et les « efforts » actuels sont en réalité homéopathiques face à la crise. A ce “rythme” il faudrait, par exemple, attendre  2063 pour voir la ville de Nice atteindre les objectifs actuels de la loi SRU . Il y a pourtant urgence de répondre aux besoins répondre aux dans un département, qui avec 15,8%, connaît un taux de pauvreté au-dessus de la moyenne nationale (14,1%), avec des taux à près de 20% pour Nice et Cannes, près de 16% pour Grasse. Plus de 60 000 ménages sont en situation de mal-logement et plus de 25 000 demandes de logements sociaux sont en attentes dans le département.

Une situation d’autant plus scandaleuse quand on s’attarde sur la nature d'occupation des logements.

 

30 000 logements vacants à Nice !

 

En France 82,3% des logements sont des résidences principales, 9,5% sont des résidences secondaires et 8,2% des logements vacants (dont une bonne partie dans des zones rurales ou industrielles désertifiées). Dans les Alpes Maritimes la réalité est assez différente, puisque seulement 67,3% des logements sont des résidences principales, 24,2% sont des résidences secondaires, et 8,5% étant des logements vacants. Notre département a clairement un profil de département touristique où les gens achètent une résidence secondaire pour les vacances ou pour louer, au détriment de ceux qui y vivent et travaillent sur place. Et ce n'est pas près de s'améliorer puisque, en 5 ans,  le nombre de résidences principales a baissé de 1,1% au profit des résidences secondaires et des logements vacants. Un recul qui atteint 3% à Antibes et Grasse.

Mais là encore en allant au plus près,  la situation entre les villes n’est pas la même. Antibes, avec ses 61% de logement principal, ses 32,5% (soit 20 000) de logements secondaires et occasionnels et ses 6,5% (4000) de logements vacants, ou Cannes avec ses 53,4% de logement principal, ses 42,5% (30 000) de logements secondaires et occasionnels et ses 4,1% (3000) de logements vacants sont clairement des villes balnéaires, de villégiatures.

Nice, où réside près du tiers de la population des Alpes-Maritimes, en tant que ville principale et pourvoyeuse d'emplois, compte 73.9% de logement principal, 12.9% (soit 29 000) de logements secondaires et occasionnels, mais on y trouve  surtout 13.2% de logement vacant, soit près de 30 000 logements. Une situation de vacance qui peut surprendre vue la forte demande, mais qui traduit  un phénomène liée à la spéculation immobilière, avec des prix de ventes très/trop hauts et des délais de vente plus longs, ou bien encore un refus de louer de la part des propriétaires.

Quant à Grasse, qui n'est pas en contact direct avec la mer, donc moins attractive pour les touristes, elle a un profil très proche de la moyenne nationale avec 82,9% de logement principal, 6,9% de logement secondaire et occasionnel et ses 10,2% de logement vacant. Le nombre important de logement vacant peut s'expliquer par une attractivité faible de la ville, celle-ci étant la seule ville à avoir un solde négatif de population de -1,1% en 5 ans.

Quelles solutions ?

Depuis des décennies les leaders locaux de la droite nous expliquent que le problème pour construire du social c’est le prix du  foncier. Certes! Pour autant des moyens existent pour peser sur le prix du marché et ils peuvent être mis en œuvre pour lutter à la fois contre la spéculation et la vacance. Par exemple utiliser la préemption de manière systématique, pour peser sur la spirale spéculative.  

Autre possibilité alourdir sensiblement la taxe sur les logements vacants. Ou bien encore encadrer très sérieusement le phénomène AirBnB, avec l’obligation pour les loueurs de se déclarer et la limitation de nombre de nuitée par an, ou n'autoriser que les locations de sa résidence principale, ce qui était l'esprit d’AirBnB, à sa création. Il y les possibilités qu’offre la loi sur l’encadrement des loyers par exemple ou bien encore la hausse de 20% de la taxe d’habitation pour les résidences secondaires. Hausse que  C. Estrosi a refusé d’appliquer à Nice, tout en supprimant des abattements favorables aux familles!

 

Oui des solutions existent, reste à avoir la volonté politique de les mettre en œuvre…

commentaires

Lundi 2 octobre à Nice: 1917 et nous

Publié le 20 Septembre 2017 par injey06

Lundi 2 octobre à Nice: 1917 et nous

Il y a 100 ans la Révolution Russe marquait un tournant dans l’histoire du XXè siècle, soulevant un large mouvement d’espoir à travers les continents, plus particulièrement en Europe et en France. Lundi 2 octobre à 18h30 conférence débat, avec la participation de Frédérick Genevée, historien, membre du comité exécutif  national du PCF. Maison des Associations, 12 place Garibaldi.

commentaires

Eric Ciotti a eu une révélation!

Publié le 19 Septembre 2017 par injey06 dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Eric Ciotti a eu une révélation!

Depuis qu’il est dans l’opposition à Christian Estrosi, Eric Ciotti a eu une  « révélation ». Ainsi celui qui a été Président du Conseil général des Alpes-Maritimes pendant huit ans vient de se rendre compte que la plaine du Var est bétonnée. Bravo !

La soudaine « révélation » de Monsieur Eric Ciotti pourrait faire sourire si le dossier de la bétonisation de la plaine du Var n’était pas aussi catastrophique et la prolifération des surfaces commerciales proprement hallucinante.

Alors pour compléter la liste de « l’opposant » Eric Ciotti, rappelons les constructions récentes ou à venir : Ikea à proximité du nouveau stade avec plus 27 000 m2 de surfaces commerciales qui s'ajoutent aux 29 000 m2 de Nice Valley, aux 35 000 m2 supplémentaires de Cap 3000, sans parler des 70 000m2 du polygone de Cagnes sur Mer et tout ce qui émerge dans et autour de l'Aéroport. L’objet de la privatisation de celui-ci était aussi lié à la création de zones commerciales.

Et à tout cela il y a l’existant (Lingostière, St Isidore…).

Depuis des années cette surdensification commerciale est mortifère pour le commerce de centre-ville, Eric Ciotti le découvre aujourd’hui, c’est un peu tard !

Le centre-ville se meurt, et la plaine du Var est une enfilade de parkings et de centres commerciaux. Adieu éco-vallée, bonjour béton vallée !

Robert Injey

commentaires

La Fête de l'Huma en quelques photos

Publié le 17 Septembre 2017 par injey06

La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
La Fête de l'Huma en quelques photos
commentaires

Thiers/Macron: le même égoisme de classe!

Publié le 14 Septembre 2017 par injey06 dans Politique France, Luttes sociales

Thiers/Macron: le même égoisme de classe!

« Adolphe Thiers, dans le sein de la Commission sur l’instruction primaire de 1849, disait: « Je veux rendre toute puissante l’influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l’homme qu’il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l’homme : « Jouis ». M. Thiers formulait la morale de la classe bourgeoise dont il incarna l’égoïsme féroce et l’intelligence étroite. »

Ces premières lignes du "Droit à la Paresse" de Paul Lafargue (1883), sont d’une grande actualité. Certes, l’influence du clergé a été remplacée par celles des « Nouveaux chiens de garde » qui portent la collusion entre pouvoirs médiatique, politique et économique et qu’incarne parfaitement Emmanuel Macron. Ses déclarations répétées contre les « illettrés », « les gens qui ne sont rien » et maintenant les « fainéants » ne doivent rien au hasard. Elles sont l’illustration de cet « égoïsme féroce » dont parle P. Lafargue.

L’arrivée d’Emmanuel Macron ne marque pas un simple prolongement des deux quinquennats précédents, déjà dévastateurs sur le plan social. Il marque la volonté du grand patronat de faire un bond conséquent et définitif pour remettre en cause un siècle de progrès social.

Face à cela, les tergiversations des uns, les questions de préséances des autres, ne sont pas à la hauteur du défi historique que nous devons relever.

Face à l’égoïsme de classe d’une grande bourgeoisie triomphante, sachons-nous rassembler…

Robert Injey

(Editorial du Patriote Côte d'Azur n°205 daté du 15 septembre)

 

commentaires

La manifestation du 12 septembre à Nice en images

Publié le 12 Septembre 2017 par injey06 dans Actualités Nice et Alpes Maritimes, Politique France, Luttes sociales

Plus de 5000 à Nice pour manifester contre les ordonnances Macron. Une première journée de mobilisation, et une première réussite. Les prochains rendez les 15, 16 et 17 à la fête de l'Huma, le 21 septembre, le 23 septembre...

 

 

La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
La manifestation du 12 septembre à Nice en images
commentaires

CONVERGEONS

Publié le 7 Septembre 2017 par injey06

La cure de régressions sociales que s’apprête à nous imposer Emmanuel  Macron avec  son gouvernement va ébranler totalement notre système social.

Tout se met en place pour casser le Code du travail, mais aussi démanteler notre système de protection sociale, livrer au privé ce qui ne l’avait pas encore été par les gouvernements précédents ou bien encore réduire un peu plus de ce qui reste de notre démocratie locale.

L’ambition du MEDEF est simple, répétée inlassablement depuis des années : reprendre tout ce que le patronat a dû lâcher pendant plus d’un siècle face aux mobilisations sociales. Cette ambition, Emmanuel Macron veut contribuer à la concrétiser.

Face à cela, les mobilisations s’organisent. Il y a, le 12 septembre à l’appel de plusieurs syndicats, les 14, 15, 16 septembre avec la fête de l’Humanité, le 23 septembre avec la marche des Insoumis à Paris et les manifestations pour la Paix partout en France.

Loin d’être un handicap, la multiplication des initiatives peut être une chance si elle participe à élargir la mobilisation et aider à  mettre en mouvement le plus grand nombre, mais surtout si elles se donnent l’ambition de converger. Car, face à un adversaire puissant et déterminé, fous nous sommes si nous menons chacun notre bataille dans notre coin.

C’est vrai pour les organisations politiques et syndicales qui partagent les mêmes combats pour l’émancipation humaine.

C’est vrai aussi pour les salariés qu’ils soient du public ou du privé.

C’est vrai pour les générations, étudiants, actifs ou retraités.

Personne ne sortira indemne de 5 années de macronisme. C’est tous ensemble que nous mettrons en échec Macron.

Robert Injey (Editorial du Patriote Côte d'Azur du 8 septembre 2017)

CONVERGEONS
commentaires

Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)

Publié le 2 Septembre 2017 par injey06 dans Initiatives PCF

Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
Pique-nique de rentrée à Nice (Photos)
commentaires

Les communistes passent à l'offensive (Nice-Matin édition Nice)

Publié le 1 Septembre 2017 par Nice-Matin dans Actualités Nice et Alpes Maritimes, Initiatives PCF

Les communistes passent à l'offensive (Nice-Matin édition Nice)
commentaires

Estrosi-Ciotti: L'affrontement de deux ambitions

Publié le 28 Août 2017 par injey06

Estrosi-Ciotti: L'affrontement de deux ambitions

Depuis les législatives et la victoire d’Éric Ciotti la guerre est ouverte entre celui-ci et son ancien mentor. C’est une guerre qui se livre en plusieurs temps et sur plusieurs fronts. Retour sur une guerre des chefs qui ne fait que commencer.

 

Acte 1 : Christian Estrosi en 2015 cède aux sirènes qui lui demandent de « tirer » la liste aux régionales pour éviter le scénario Marion Maréchal-Le Pen. Si cet aspect a pu jouer, c’est sans doute la volonté de ne pas voir Éric Ciotti, autre prétendant sérieux, s’emparer de la présidence de la Région qui motive le maire de Nice.

 

Acte 2 : Lors de la campagne présidentielle, face à la catastrophe annoncée pour la droite avec l’effondrement de la candidature Fillon, C. Estrosi se démarque assez rapidement de celui-ci, et tente de le faire renoncer. Cela lui vaudra de se faire largement huer par une partie des militants de droite chauffés à blanc, en particulier par Éric Ciotti. Celui-ci, après avoir joué la carte Sarkozy, n’a eu aucun état d’âme pour jouer à fond la carte Fillon. Christian Estrosi a vite fait de prendre en compte la situation nouvelle et d’agir en conséquence. C’est le fameux épisode de la réception républicaine, le 3 avril, du candidat Macron par le Président de la Région, Christian Estrosi. Rencontre au cours de laquelle, sans nul doute, les deux hommes accordent leurs violons. Et ce n’est sans doute pas un hasard si quelques jours plus tard, le 7 avril, En Marche présente ses 14 premiers candidats aux législatives, et qu’une des premières candidatures annoncées concerne la circonscription… d’Éric Ciotti. Ce dernier ne manquera pas de faire remarquer que la ficelle est un peu grosse…

 

Acte 3 : L’entre deux tours de la pré- sidentielle marque une nouvelle escalade entre les deux hommes, l’un soutenant sans hésiter le futur Président quand l’autre cherche à marquer sa différence.

 

Acte 4 : Comme une politesse du nouveau président, la candidate de Christian Estrosi, Marine Brenier, n’a aucun candidat officiel d’En Marche en face d’elle. Dans le même temps Christian Estrosi trouve les mots pour bien faire comprendre qu’il soutient Éric Ciotti comme la corde soutient le pendu. Malgré cela Éric Ciotti est ré- élu, réalisant même au premier tour, et de manière très nette, le meilleur score de sa formation politique dans le 06. Au soir de sa réélection il dé- clare avoir gagné « avec l’opposition de Christian Estrosi ».

 

Et maintenant ? Depuis les législatives les deux hommes s’organisent en vue des échéances à venir. Au niveau départemental, si Éric Ciotti peut compter sur une majorité qui lui est acquise, pour l’instant, il sait fort bien que cette position est précaire. D’une part, en raison de la loi sur le cumul des mandats, il est dans l’obligation de céder la présidence. D’autre part l’hyper métropolisation que veut mettre en place Emmanuel Macron peut se traduire, comme dans le Rhône, par la mise en place d’un mini conseil départemental. En effet le conseil départemental du Rhône ne représente plus que les 13 cantons hors Métropole de Lyon. Un scénario tout à fait possible dans la perspective des réformes à venir. Face à ce risque Éric Ciotti, s’il ne veut pas subir et pouvoir exister, doit porter le fer là où se joue le vrai pouvoir pour les années à venir : la Métropole. Et plus particulièrement Nice qui, de fait, est le lieu où se joue la présidence de la Métropole. C’est la raison essentielle qui fait que les municipales de Nice, qui n’auront pas lieu avant 30 mois, occupent déjà certains esprits à droite.

Éric Ciotti peut-il raisonnablement inquiéter Christian Estrosi ? Ce dernier va se présenter au prochain scrutin en ayant inauguré les lignes 2 et 3 du tramway et en ayant beaucoup changé la ville après des décennies d’immobilisme. Dans le même temps cet « activisme » a un coût, à l’image de celui de la ligne 2 du tramway. L’addition financière des deux mandats de C. Estrosi est chargée et cela d’autant plus que les dotations de l’État fondent. Cela va sans nul doute peser pour la suite, alors même que si « l’image » de la ville s’est améliorée, il n’en va pas de même de la réponse aux besoins quotidiens d’une grande partie de la population.

Mais au-delà du bilan de l’un et de l’autre, les deux hommes ne font peut-être pas la même analyse de l’évolution de la sociologie électorale sur Nice. Éric Ciotti part du principe qu’il n’y a pas de centre à Nice et qu’il faut aller chercher les électeurs du FN. Sans rechigner à aller chercher lui aussi ces électeurs C. Estrosi fait, peut-être, le calcul qu’à l’image des autres grandes villes, la sociologie électorale de Nice change bien plus qu’il n’y paraît, avec l’émergence d’un électorat plus « boboïsé ».

Mais dans un cas comme dans l’autre, sur le fond rien ne différencie les deux hommes sur les choix politiques qu’ils portent. Ils représentent l’un et l’autre une droite ultra libérale au service des marchés financiers.

Robert Injey (Article publié dans le Patriote n°202 du 25 août)

commentaires

28 août: la Libération de Nice

Publié le 22 Août 2017 par injey06

28 août: la Libération de Nice

Le 28 août 1944, après quatre années d'occupation, la Résistance libérait la ville de Nice de la barbarie nazie.

La Libération ouvrait la porte, à Nice et dans notre pays, à une formidable période de reconstruction et de progrès pour notre peuple, à l'image du programme du Conseil National de la Résistance.

Pour ne pas oublier où nous mènent les idéologies qui prônent l’exclusion et le racisme, pour ne pas perdre de vue qu’il n’y a pas d’émancipation humaine sans la justice et le progrès social,

Pour rendre hommage à ces femmes et à ces hommes qui ont libéré Nice et notre pays, la section de Nice du PCF vous invite à participer à la commémoration populaire qui se tiendra :

Lundi 28 août à 19h

Carrefour du 28 Août (Angle Bd Gambetta - Bd Joseph Garnier)

commentaires

Réfugiés: En finir avec la "chasse" aux Réfugiés!

Publié le 25 Juillet 2017 par injey06 dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

 

A Cannes, à Nice ou dans la Roya, une nouvelle fois la « chasse » aux réfugiés  et aux citoyens solidaires semble être le sport préféré des autorités françaises dans les Alpes-Maritimes. Au lieu de mettre en place des structures adaptées pour accueillir les réfugiés dans des conditions dignes de la 6ème puissance mondiale, les autorités pourchassent et mettent en garde en vue.

Une situation indigne de notre pays.

Des solutions existent pourtant pour mettre un terme à cette situation en mettant en place un centre d’accueil et de régulation, d’orientation et de soins pour les réfugiés, une structure digne de la 6ème puissance mondiale !

Le 7 décembre 2000, à Nice , l’Union Européenne adoptait la charte des droits fondamentaux qui stipule : « l’Union se fonde sur les valeurs indivisibles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité ». Il y a urgence à passer aux actes !

Nice le 25 juillet 2017

Robert Injey

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>