" />
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de  Robert Injey

L'actualité politique à Nice et en France.

Casse du code du travail: On lâche rien!

Publié le 20 Juillet 2017 par injey06 dans Politique France, Luttes sociales

Casse du code du travail: On lâche rien!
Casse du code du travail: On lâche rien!

Pendant l'été on lâche rien face à la casse du code du travail que veut imposer le président des Patrons. Hier sur Nice présence très visible pour donner des éléments d'appréciation sur la casse qui se prépare (Texte ci-dessous.)

A bientôt pour de nouvelles actions....

Code du Travail: Déflagration sur ordonnances!

Le débat sur le projet de loi habilitant le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances a débuté à l’Assemblée Nationale.

Le projet gouvernemental, en élargissant considérablement la brèche ouverte par la loi El Khomri, tend à faire changer de base la conception même du droit du travail en renforçant les pouvoirs du patronat sur ceux des salariés.

Ce n’est en effet pas seulement une énième loi pour grignoter des droits des salariés comme on en a tant connu depuis plus de 20 ans. La brèche ouverte par la loi El Khomri est celle de l’inversion de la hiérarchie des normes. Avant, un accord d’entreprise ne pouvait que faire mieux que l’accord de branche, lui-même ne pouvant faire moins que la loi.

La primauté à l’accord d’entreprise

La loi El Khomri limitait principalement la possibilité pour l’accord d’entreprise de déroger à l’accord de branche sur la question du temps de travail. Le projet de loi en vue des ordonnances pose le principe général de la primauté de l’accord d’entreprise et pose en exceptions limitatives les domaines où l’accord de branche restera premier.

En contrepartie empoisonnée, le projet gouvernemental fait mine de renforcer les accords de branche…au détriment de la loi !

Ainsi « la gestion et la qualité de l’emploi » relèveraient des accords de branche, ce qui signifie que certaines règles concernant le recours aux CDD (motifs de recours, prime de précarité, renouvellement, .. ) pourraient être variables d’une branche à l’autre et ne plus relever de la loi !

Au final, la construction est limpide : recul de la loi vers des accords de branche et d’entreprise, et corsetage des accords de branche face à la primauté des accords d’entreprise.

Renforcement de la partie patronale

Sous prétexte de « souplesse », la partie patronale se voit systématiquement renforcée vis-à-vis des salariés et de leurs représentants.

 

  • C’est la « barémisation » des indemnités prud’homales lorsque le licenciement est reconnu abusif.

  • Dans les faits c’est permettre au patron de savoir d’avance à quel prix il peut s’acheter un licenciement illégal !

  • C’est aussi la voie ouverte en vue de permettre au patron d’organiser un référendum d’entreprise pour mieux contourner les organisations syndicales.

  • C’est la fusion des instances représentatives du personnel (DP, CE, CHSCT ) en une instance unique dans de très nombreuses entreprises.

  • C’est la réduction des délais, pour contester un licenciement, ou contester la légalité d’un accord d’entreprise.

  • Quant à la pénibilité, elle est sortie des domaines réservés à la branche professionnelle pour être renvoyée aux accords d’entreprise, tout en voulant « simplifier » le compte pénibilité.

Fragilisation de l’emploi

L’instrument en est ici la proposition d’élargir les recours possibles au « CDI de projet par accord de branche ou à défaut à titre expérimental ». Or qu’est-ce qu’un « CDI de projet », lui-même élargissement de la notion de « CDI de chantier » du BTP ?

Tout simplement un CDD où l’employeur n’a plus à la fin l’obligation légale de payer la prime de précarité propre aux CDD. C’est un véritable démantèlement du CDI de type classique.

Les trois failles majeures du projet de loi

Il repose sur la mystification de « l’obésité » du Code du travail actuel. Or le Code du travail souffre de ce point de vue de l’inflation de dérogations imposées au fil des ans par le patronat et les gouvernements successifs.

On ne peut que conseiller la consultation de la contre « proposition de Code du travail » fait par un certain nombre de juristes ( http://pct.u-paris10.fr ) qui démontre que Code du travail « moins gros» et droits des salariés mieux garantis est parfaitement possible

La deuxième mystification est celle de « l’assouplissement » des règles pour favoriser l’emploi.

De l’Angleterre à l’Allemagne, et en France même,  les dernières décennies montrent implacablement que cette fragilisation ne dope que la précarité et la multiplication des « travailleurs pauvres » dans un sous-emploi élargi.

Et c’est évidemment un projet qui ne dit rien d’une réorientation et d’une relance de l’économie, indispensable à la promotion d’un emploi de qualité.

Rien pour diminuer le coût du capital et les prélèvements des dividendes, rien des salaires qui globalement n’ont toujours pas retrouvé le pouvoir d’achat de 2008, rien de la récupération des moyens perdus dans la fraude fiscale, etc..

 

La bonne riposte, c’est la dynamique initiée par l’appel unitaire « Pour un Code du travail protecteur des salariés, non à la loi travail XXL ». ( http://pournosdroitssociaux.fr ).

commentaires

Le nouveau leurre

Publié le 6 Juillet 2017 par injey06 dans Politique France

Le nouveau leurre

En politique il y a un art consommé, c’est celui du leurre.

Pour détourner l’attention d’un vrai problème, on met en scène une opération pour faire parler d’autre chose. Alors que notre République connaît une véritable crise de la représentation nationale, que l’abstention aux législatives depuis la mise en place du quinquennat en 2002 ne cesse de progresser, passant de 35 % en 2002 à plus de 51 % en 2017.

Alors que le nouveau gouvernement n’a été « élu » qu’avec 14 % des inscrits, la réponse apportée est… la réduction du nombre de parlementaires !

C’est sûr : pour soigner un malade, le plus simple c’est de casser le thermomètre !

Qui peut-croire que l’on va ainsi réduire la fracture entre la représentation nationale et le pays ? Et l’instauration d’une proportionnelle à la marge (10 % ou même 20 %), sur un total de 400 députés aboutirait dans une future Assemblée à un nombre de députés communistes ou de FI très inférieur à aujourd’hui.

La volonté affirmée dans les propos d’Emmanuel Macron à Versailles ce sont « des parlementaires qui travaillent mieux avec des collaborateurs mieux formés » ; les intéressés apprécieront.

En réalité, l’objectif qui transpire, c’est de soumettre totalement la représentation nationale. Si on ajoute à cela la volonté de favoriser le regroupement des communes et des départements, la « République » qui apparait est celle qui se caractérise tout à la fois par un hyper présidentialisme, l’éloignement des citoyens des centres de décisions et la main mise des « experts » sur les Assemblées au détriment des élus. En somme une République technocratique au seul service des marchés financiers.

Robert Injey (Editorial du Patriote n°195 en kiosque vendredi)

commentaires

Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice

Publié le 2 Juillet 2017 par injey06 dans Actualités Nice et Alpes Maritimes

Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
Retour en images sur le pique-nique sur la colline du Château à Nice
commentaires

Le pitoyable spectacle de Macron and c°

Publié le 29 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

Ce qui vient de se passer mercredi soir à l’Assemblée avec « En marche ! » et ses alliés qui s’approprient toutes les vices présidences et les trois sièges à la questure, symbolisent d’une manière caricaturale que ceux-là même qui prétendaient faire de la politique autrement, la font de la pire des manières. Cet épisode vient clore une série pour le moins tout aussi pitoyable.

L’élection de François de Rugy à la Présidence de l’Assemblée nationale est une autre illustration  que le Président, ce gouvernement et sa majorité sont bien peu soucieux de faire de la politique autrement. François de Rugy, élu député lors des scrutins précédents grâce à un accord PS-EELV, quitte ces derniers au moment où Cécile Dufflot veut se démarquer de M. Valls. Candidat à la primaire du PS en janvier 2017, il signe le texte par lequel il s’engage à soutenir le vainqueur. Totalisant moins de 4 %, il se précipite un mois plus tard pour soutenir Emmanuel Macron. Aujourd’hui, le voilà élu au perchoir, devenant ainsi le 4e personnage de l’État. Dans le même temps, deux ministres du premier gouvernement d’Édouard Philippe, ayant des « difficultés » avec la justice, Richard Ferrand et Marielle de Sarnez, se retrouvent avec d’importantes responsabilités à l’Assemblée. L’un préside le groupe LREM quand l’autre s’apprête à prendre la tête d’une commission importante. Enfin, si on se souvient que ce gouvernement et sa majorité n’ont été élus qu’avec 14 % des inscrits au premier tour, nous avons là tous les ingrédients des tumultes à venir. D’une part, l’absence d’une véritable adhésion populaire, d’autre part une grande désinvolture pour recaser des ministres en « délicatesse » à des postes politiques importants à l’Assemblée, comme si le copinage l’emportait sur toute précaution. Enfin, les couacs à répétition entre les membres du gouvernement (le dernier sur l’affaire des pesticides tueurs d’abeilles), illustrent la forte présence de tous les lobbyings au cœur même de ce gouvernement.

Ce Président qui semble avoir un faible pour Versailles, est déjà en baisse dans les enquêtes d’opinion. Déjà plus bas qu’Hollande à la même époque !

Dorénavant un seul mot d’ordre, face au Président des banques : « On lâche rien !»

Le pitoyable spectacle de Macron and c°
commentaires

La dernière chance (Tribune collective)

Publié le 21 Juin 2017 par injey06 dans Initiatives PCF

La dernière chance (Tribune collective)

(Je n'ai pas pour habitude de signer des tribunes collectives concernant le PCF. Mais  après ce cycle électoral de 18 mois il y a urgence à sortir de l'impasse où nous nous sommes nous même enfermés. RI)

E. Macron a donc dangereusement les mains libres. Malgré le score porteur d’espoir de JL Mélenchon à la présidentielle et l’excellente nouvelle de l’élection d’une trentaine de député-e-s insoumis et communistes, jamais la gauche n’a été aussi faible, et jamais le Parti communiste n’est tombé si bas : 2,7% aux législatives. C’est un véritable désastre que les plus démunis et les plus précaires vont payer au prix fort. Nous qui avons prétendu ces derniers mois « tenir la gauche debout », nous ne pouvons pas échapper au constat de notre échec. En tirer toutes les conséquences est la condition pour aider notre peuple à résister immédiatement, et entamer un redressement sans lequel nous allons cette fois-ci disparaître complètement de la vie politique.

Il y a presque dix ans déjà, les communistes avaient tiré des deux catastrophes électorales de 2002 et 2007 la conclusion qu’il nous fallait profondément nous transformer : conceptions, projet, organisation. Certes, nous avons élu des « commissions du projet » ou organisé des conférences nationales. Nous avons toiletté nos statuts. Mais reconnaissons-le, nous n’avons rien fait qui puisse faire dire : oui, ces dernières années, les communistes ont vraiment beaucoup changé. La seule innovation qui viendra sans doute à l’esprit des plus attentifs, parce qu’elle a réellement suscité de l’espoir, est la création du Front de gauche, mais pour constater aussitôt que nous n’avons pas su ou pu empêcher sa paralysie et son délitement. Nos décisions n’ont donc pas été mises en œuvre, et nous avons recommencé à prendre du « retard », cette fois-ci avec des conséquences dramatiques. Nous sommes toujours vus comme un parti de militant-e-s courageux et combattifs mais, notre score le dit de façon implacable, comme un parti du passé.

Notre stratégie de rassemblement face aux libéraux de droite et de gauche semblait au moins un acquis : même cela fut sérieusement remis en cause dès les municipales de 2014, puis aux régionales avec des listes à géométrie variable. Et pour l’élection présidentielle, la direction de notre parti a semé la plus grande confusion, au motif de « rassembler la gauche », en envisageant de participer à une primaire avec le PS, puis quand le vote des communistes l’eut définitivement exclu, pour tenter d’obtenir de JL Mélenchon qu’il cédât sa place à B. Hamon. Comme si c’était possible alors que celui-ci demeurait le candidat d’un PS complètement discrédité, et que la question décisive était : comment rompre enfin avec les politique libérales que la droite et le PS ont menées alternativement depuis des décennies ? Jean-Luc Mélenchon en a fait un des principaux axes de sa campagne, et il a remporté un grand succès. Nous avons à l’inverse tergiversé et cherché jusqu’au bout à louvoyer entre le rejet du PS (y compris par de très nombreux communistes) et un souhait incompréhensible de préserver on ne sait quoi de la vieille union de la gauche. Et finalement, nous avons complètement échoué.

Pour reconquérir les classes populaires, il faut aujourd’hui avoir l’audace d’innover. Il y a eu le 23 avril presque autant de suffrages pour une alternative antilibérale que pour E. Macron. C’est un point d’appui considérable si nous savons rendre durable cet immense rassemblement d’exigences et d’attentes. Cela implique d’inventer les formes pluralistes et démocratiques qui permettront à toutes les forces de transformation sociale de travailler ensemble, dans le respect de leurs diversités, nécessité que la France insoumise doit prendre en compte. Dans cet objectif, il faut avoir l’ambition de faire vivre un projet communiste d’émancipation humaine plus que jamais indispensable. Et il faut pour cela que notre Parti se transforme radicalement, se dépasse pour entrer, enfin, dans le 21ème siècle.

Nous devons travailler à un projet révolutionnaire nouveau qui prenne à bras le corps dans tous les domaines les considérables mutations de notre époque, qui invente avec d’autres une stratégie européenne et mondiale de lutte contre le capitalisme mondialisé, qui relève le défi écologique. Nous devons travailler à un parti aux pratiques et au fonctionnement nouveaux pour faire vivre non seulement la souveraineté réelle des adhérent-e-s, mais aussi une démocratie d’intervention permanente et innovante qui donne toute sa place à la créativité et aux capacités d’initiatives de chacun-e-s. Nous devons travailler à nous saisir de toutes les idées neuves qui émergent du mouvement social, et imaginer comment nous ouvrir à tous les courants et toutes les cultures d’émancipation humaine qui devront impérativement coopérer et se rassembler dans une force politique nouvelle pour être capable de lutter efficacement, résister et l’emporter.

Tout cela suppose évidemment un très grand débat, et que les directions du Parti remettent leurs mandats à la disposition des communistes pour une évaluation sans tabou des actions passées et le renouvellement nécessaire de celles et ceux chargées de mettre en œuvre leurs décisions. Un congrès doit être convoqué rapidement. C’est notre dernière chance.

Alain Bascoulergue, Yannick Bedin, Gérard Billon, Nicole Borvo Cohen-Séat, Marie-Pierre Boursier, Patrice Cohen-Séat, Michel Duffour, Jean-Paul Duparc, Grégory Géminel, Frédérick Génévée, Fabienne Haloui, Robert Ingey, Roland Leroy, Sonia Masson, Claude Mazauric, Anna Meyroune, Frank Mouly, André Perez, Nora Saint-Gal, Vivian Point

Tribune publiée dans l’Humanité du 21 juin 2017

commentaires

1 juillet: Grand pique-nique sur la colline du Château à Nice

Publié le 21 Juin 2017 par injey06

1 juillet: Grand pique-nique sur la colline du Château à Nice
commentaires

Dès lundi, engageons le troisième tour!

Publié le 16 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

Dès lundi, engageons le troisième tour!

Avec d’un côté des institutions qui favorisent la présidentialisation à outrance de notre vie politique, de l’autre de « grands » médias nationaux qui accompagnent cette dérive, c’est assez mécaniquement, même si c’est particulièrement frustrant, que nous nous dirigeons vers une majorité parlementaire impressionnante.

Impressionnante, elle le sera par le nombre de député-e-s d’En Marche. Mais dans les faits, elle ne l’est pas du tout par la réalité électorale du pays.

Sur 47 millions d’inscrits, ils sont seulement 6,3 millions (moins que le nombre d’électeurs de Mélenchon le 23 avril) à avoir voté pour des candidats En Marche dimanche dernier.

Un chiffre faible, même comparé aux mandatures précédentes, qui va quand même permettre au parti du président de truster 70 à 75 % des sièges de députés. Mais derrière ce nombre, cette majorité « colossale » porte en elle beaucoup de fragilités.

La première, c’est que 40 millions d’électeurs n’ont pas voté pour.

La seconde, c’est que la cohérence n’est pas la qualité première des députés qui vont siéger. Entre les affaires, les couacs entre les membres de l’exécutif et des candidats, demain députés, mais déjà très disparates, les questions ne manquent pas sur la capacité de cette majorité parlementaire à faire illusion bien longtemps. Une situation qui sera bien moins gérable que la communication d’Emmanuel Macron…

Face à cet état de faits et à la volonté d’Emmanuel Macron de nous enfoncer 70 ans en arrière, il ne faut pas avoir d’état d’âme. Tous nos efforts doivent converger pour engager sans tarder le 3e tour social et travailler à rassembler toutes les forces de transformation sociale.

Robert INJEY

A Nice dès le mardi 20 juin RdV 10h30 place Garibaldi.

commentaires

Nice 1: Pour le second tour des élections législatives

Publié le 13 Juin 2017 par injey06

Un grand merci aux 4116 électrices et électeurs qui nous ont fait confiance dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes, plus de 10% des votes exprimés.

C’est donc une force nouvelle qui se lève et qui va compter à l’avenir.

Pour ce second tour des Législatives ne restent en lice que le député sortant Eric Ciotti et la candidate d’En Marche Caroline Reverso-Meinietti.

Eric Ciotti, depuis des années déjà, s’est tristement distingué par des déclarations stigmatisant les plus faibles comme les bénéficiaires du RSA ou les réfugiés.

C. Reverso-Meinietti est la candidate d’un président dont le mépris du peuple (cf. déclaration sur les salariés de Gad) n’a d’égal que sa volonté de broyer le Code du travail pour soumettre un peu plus encore les salariés aux exigences du grand patronat.

L’un et l’autre n’ont pas les mêmes postures idéologiques mais défendent la même logique libérale au seul profit des marchés financiers et des actionnaires.

L’un et l’autre se retrouvent pour casser le Code du travail, pour précariser l’emploi et faire des cadeaux fiscaux aux plus riches.

L’un et l’autre céderont aux pressions des intérêts privés dans la lutte contre le réchauffement climatique.

L’un et l’autre sont les partisans d’une même politique ultralibérale.

Dimanche 18 juin prochain, ni l’un ni l’autre ne méritent notre vote.

Robert Injey et Liliane Dotta

Candidats de La France Insoumise, soutenus par le PCF, dans la première circonscription des Alpes-Maritimes.

commentaires

Remerciements

Publié le 12 Juin 2017 par injey06

Un grand merci aux 4116 électrices et électeurs qui nous ont fait confiance à Liliane Dotta et à moi-même dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes. Insoumis, communistes ou simples citoyens, nous pouvons nous féliciter du choix de nous rassembler sur les 3 circonscriptions niçoises.

Dans un contexte national de très fort recul à gauche, avec plus de 10 % sur cette circonscription comme sur l’ensemble des circonscriptions niçoises, nous posons un jalon pour les combats à venir face à la politique de régression sociale que les députés d’En Marche ou de LR ne manqueront pas de vouloir nous imposer.

Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cette campagne.

Dès à présent je vous donne rendez-vous demain, Mardi 13 juin à 18h Place de la Libération à Nice, pour le meeting syndical unitaire face à la destruction annoncée du code du travail

Remerciements
commentaires

Le 11 juin, ne laissez pas les autres décider à votre place!

Publié le 9 Juin 2017 par injey06 dans Politique France

commentaires

Pour un grand service public du ferroviaire

Publié le 8 Juin 2017 par injey06

Pour un grand service public du ferroviaire

A l’heure où l’on peut craindre un virage encore plus libéral avec le nouveau gouvernement, il y a urgence à stopper la spirale du déclin engagée depuis trop longtemps dans le ferroviaire.

Urgence à régler la question du désendettement du système ferroviaire.

Urgence à stopper la baisse des moyens attribués par l’Etat aux collectivités (- 28 milliards cumulés sur 4 ans) alors que celles ci- assurent l’essentiel du financement des transports collectifs du pays.

Urgence à mettre en adéquation les objectifs affichés notamment lors de la COP 21 et la réalité des actes des gouvernements successifs.

Urgence à en finir avec cette logique qui vise systématiquement à privatiser le rail ou à privilégier le routier tant pour le transport des marchandises que pour celui des personnes (cars Macron).

Urgence à conforter et renforcer la desserte de nos territoires, à l’image de nos vallées dans notre département.

Aujourd’hui d’une manière générale la qualité de service se dégrade (ex TER…), les conditions de travail, le statut des cheminots sont sévèrement attaqués avec les risques que cela peut entraîner au plan de la sécurité au moment même où les accidents et incidents se multiplient.

Il y a urgence à engager une toute autre ambition pour le service public ferroviaire en France.

Robert Injey

commentaires

Nice 1: le débat sur France 3 (Vidéo)

Publié le 8 Juin 2017 par France 3 dans Politique France

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>