Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 09:18
Burkini: la stratégie du leurre

Nous sommes loin de sortir de la crise économique et sociale qui, au quotidien, se traduit pour des millions de familles de notre pays par une précarité toujours plus importante. Dans ce contexte difficile, marqué par une allégeance sans cesse plus insupportable du gouvernement au grand patronat (loi travail, licenciements des délégués CGT Air France…), l’affaire du Burkini semble un nouveau leurre. Un leurre bien utile pour détourner l’attention et diviser un peu plus celles et ceux qui subissent les logiques libérales.

Franchement se baigner habillé enlève tout plaisir à la liberté de pouvoir de mouvoir dans l’eau, mais après cela regarde chacun et chacune. En quoi cela entrave ma liberté ? En quoi cela remet en cause le vivre ensemble ou la laïcité ?

L’invocation aux troubles à l’ordre public relève d’une profonde malhonnête intellectuelle. Le même argument était invoqué d’ailleurs -parfois par les mêmes…- pour interdire les seins nus sur les plages il y a 40 ans…

Quant au parallèle quasi-systématique avec le terrorisme, cela relève d’une logique persistante de stigmatisation qui est dangereuse pour notre société.

Aujourd’hui, cette polémique ne fait que conforter les sectaires des différents camps qui vont y voir, une nouvelle fois, une occasion de se radicaliser les uns contre les autres. Et pendant ce temps-là on ne parle pas du reste…

Cette situation arrange une droite en difficulté pour exister face à un gouvernement qui lui a piqué son programme économique, social et sécuritaire. Mais cette situation ouvre surtout un peu plus l’espace au FN qui ne cesse de se nourrir des divisions grandissantes dans le peuple et de la stigmatisation d’une partie de la communauté nationale.

Cette affaire du Burkini pose en revanche une vraie question, trop souvent occultée, celui de l’émancipation des femmes. En la matière le cas de Lionnel Luca, digne représentant de l’ultra-droite, est assez significatif. Celui qui n’a eu de cesse de s’opposer à la réforme de l’IVG en 2000, vient de signer pour sa commune de Villeneuve Loubet un arrêté interdisant le burkini, invoquant, entre autre, les droits des femmes… Une argumentation à géométrie variable qui met en évidence qu’en cette période de crise, la remise en cause des droits des femmes et la dégradation de son image est une caractéristique commune de tous les réactionnaires au-delà des convictions religieuses. Des Erdogan, en passant par Trump, sans oublier Le Pen et tous les radicaux religieux, la remise en cause des droits des femmes est une constante. La meilleure manière de porter ce combat c’est de le porter ouvertement, et non pas de l’instrumentaliser dans un combat d’une autre nature, qui est celui du repliement identitaire et des dérives fascisantes.

Robert Injey

Publié par injey06
commenter cet article
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 10:36
Réfugiés: la France et l'Italie doivent assumer leurs responsabilités!

Entre Vintimille et Menton, des centaines de réfugiés sont ballotés, une nouvelle fois, entre l’Italie et la France. Ces deux pays, se distinguent par une non-volonté de traiter de manière digne la question de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui sont parqués à Vintimille, laissant la porte ouverte à tous les drames, à toutes les instrumentalisations, à toutes les dérives.

Depuis le début 2015, les structures humanitaires italiennes sont surchargés –faute de moyens- pour accueillir les réfugiés, qui sont contraint à une attente, parfois très longue, pour l’examen de leur situation. Ces structures d’accueil sont quasi inexistantes côté français. Des solutions existent pourtant pour mettre un terme à cette situation.

C’est le sens de la proposition que portent les communistes pour transformer une partie de l’ancienne base aérienne 943 de Roquebrune Cap Martin, en un véritable centre d’accueil et de régulation, d’orientation et de soins pour les réfugiés, une structure digne de la 6ème puissance mondiale !

Le 7 décembre 2000, à Nice à quelques kilomètres de la frontière italienne, l’Union Européenne adoptait la charte des droits fondamentaux qui stipule : « l’Union se fonde sur les valeurs indivisibles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité ». Il y a urgence à passer aux actes !

Nice le 8 août 2016

Robert Injey

PCF –Front de gauche

Publié par injey06
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 18:28
Ensemble nous ferons reculer les violences, les haines et la peur.

Les images et les témoignages des ami-e-s qui étaient sur place sont terribles. Pas de place pour la polémique en ce moment de souffrance et de solidarité. Le temps viendra -très rapidement- pour analyser les causes de ce drame, les failles et les limites de la sécurité, les défis auxquels nous devons faire face. Dans l'immédiat, seul compte le combat pour la vie et le soutien aux familles qui subissent ce drame.

Un grand merci aux secouristes, hospitaliers, pompiers, aux fonctionnaires de police et à tous les anonymes qui font preuve de beaucoup d'abnégation dans ce moment dramatique.

Ci-dessous déclaration de Pierre Laurent pour le PCF. Un grand merci à Baudoin pour son dessin.

Robert Injey

"Attentat de Nice : "Ensemble nous ferons reculer les violences aveugles, les haines, la peur" (Pierre Laurent)

Notre pays tout entier vit des heures douloureuses après le massacre de 84 femmes, hommes et enfants perpétré à Nice par un homme au volant d'un semi-remorque lancé en trombe sur la Promenade des Anglais alors que tant de familles, de jeunes, d'enfants des quartiers populaires et de toute la ville, des touristes, étaient venus fêter ensemble la Fête de la Fraternité, notre fête nationale. Notre nation endeuillée, profondément choquée, est saisie d'effroi et de chagrin. La solidarité des habitant-e-s de Nice et des environs, la réactivité des forces de l'ordre et des services de secours sont remarquables : aucun d'entre nous n'est prêt à céder à la peur ni à la haine.

Je veux m'incliner devant la mémoire des disparu-e-s, présenter à leurs familles et amis les condoléances du Parti communiste français, et les assurer de notre soutien, de celui de nos élus et de nos militants. Mes pensées se tournent vers les 18 blessés qui sont encore dans un état d'extrême gravité et les dizaines de blessés qui ont été atteints en souhaitant que leur vie soit sauvée, et leur dire que nous sommes tous à leurs côtés dans cette épreuve aussi tragique que profondément injuste. Comme tous nos concitoyens et tou-te-s celles et ceux qui ont choisi la France pour y vivre, j'ai le coeur brisé par cette abomination. Il n'y a aucune justification, et encore moins de fatalité, aux meurtres de masse quels qu'en soient les motivations et mobiles.

L'heure n'est pas aux polémiques politiciennes stériles mais à l'enquête et à l'aide aux victimes, à la solidarité et la fraternité.

Le Parti communiste français et ses militants seront vigilants et mobilisés pour qu'à Nice comme partout en France, la solidarité avec les victimes et leurs familles et le soutien dont les habitant-e-s de Nice et des Alpes Maritimes ont besoin soient sans faille.

C'est dans le rassemblement des femmes et hommes de paix de notre pays qu'ensemble nous ferons reculer les violences aveugles, les haines, la peur."

Publié par injey06
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 07:06
Privatisations et 49-3

Lancement de la privatisation des aéroports de Nice et de Lyon d’un côté, nouvelle utilisation du 49-3 pour imposer la loi El Khomri de l’autre, cette semaine, une nouvelle fois le gouvernement aura fait feu de tout bois dans sa dérive libérale.

Pourtant, fort de l’expérience de la privatisation de l’aéroport de Toulouse, des voix commencent à s’inquiéter sur les conséquences des privatisations des aéroports de Nice et de Lyon. Et pour cause, si les groupes, qu’ils soient français ou étrangers, mettent 300, 900 millions ou 1,8 milliard d’euros dans une opération, c’est pour pouvoir les retrouver le plus rapidement possible, augmentés d’une marge à deux chiffres en conséquence. Pour y parvenir peu importe l’intérêt général. Le cas de l’aéroport de Toulouse est éloquent. Là où la société aéroportuaire avait la préoccupation de constituer des fonds propres et d’améliorer sa capacité d’autofinancement des investissements, le groupe chinois Casil, a imposé la distribution intégrale des dividendes aux actionnaires et il lorgne déjà sur les 60 millions de réserves de l’aéroport constituées au fil des ans. Dans ce contexte l’aéroport de Nice, qui englobe également les plates-formes de Cannes et de Saint-Tropez, est une proie de choix qui attise les convoitises.

Sans vision stratégique, au-delà des échéances électorales, ce gouvernement, comme les précédents, brade les infrastructures de notre pays. Un calcul à très court terme qui favorise la formation de méga-groupes privés qui prennent en main des pans entiers de l’économie sur de vastes territoires. L’exemple de Vinci, candidat au rachat de l’aéroport de Nice, est révélateur : autoroutes, stades, parkings, opérations immobilières…plus rien ne semble échapper à cette pieuvre.

Face à cette fuite en avant, comme pour poursuivre la mobilisation contre la loi El Khomri, inlassablement, il faut rassembler les forces disponibles pour faire prévaloir d’autres choix.

Robert Injey

(Edito du Patriote Côte d’Azur du 8 au 14 juillet 2016)

Publié par injey06
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 19:44
Publié par injey06
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:35

Six années de responsabilité à la communication du PCF s’achèvent.

Merci à toute l’équipe, Laurent, Cathy, Frank, Fanny, Suzy, Vincent, Jérôme, Nathanaël, aux équipes vidéo, aux camarades des fédérations qui ont participé aux réunions nationales du secteur. Merci à celles et ceux qui sont passés par la com, Yann, Théo, Laura, Anil…

Merci à la trentaine de graphistes, dessinateurs de presse et photographes, qui ont toujours répondu positivement à nos sollicitations et j’espère que ce travail en commun se poursuivra.

Six années riches en émotions, marquées par plus de 300 tracts de la semaine, une trentaine de séries d'affiches, le double en autocollants, des dizaines d'argumentaires, une trentaine d'épisodes de la série « On vous fait un dessin », une vingtaine d’« Expression directe », une demi-douzaine de vidéos buzz nouvel an (En cumulé, toutes ces vidéos représentent près de 5 millions de vues) et tout le reste, le travail avec les secteurs, l’événementiel, le stand de la Fête de l’Huma, sans parler du travail -souvent invisible- sur la plateforme...

Six années marquées par des moments de très forte intensité, comme les rassemblements de la Bastille et du Prado inondés en quelques instants de drapeaux PCF-FdG, ou bien encore l’exposition autour de l’œuvre de Claude Baillargeon, le graphiste poète, aujourd’hui disparu, dont la dernière réalisation fut pour le PCF.

Un seul regret, ne pas avoir trouvé la solution magique pour qu’une affiche plaise à tout le monde. En la matière, c’est un peu comme l’entraîneur d’une équipe de foot, quand les résultats suivent (en l'occurrence la dynamique politique) tout le monde est content. Dès que cela devient plus compliqué, comme pour l’équipe de France, tout le monde a son idée sur ce qu’il fallait faire. C’est la règle du jeu dans ce genre d’exercice…

Dernières satisfactions du travail effectué avec le secteur :

- La réalisation de la campagne « Zéro chômage, pour une société du partage », dans un format (176x60 mm) que le Parti n’avait plus utilisé depuis les années 70. À l’heure où la volonté est forte de privatiser l’espace public et où le gouvernement interdit les manifs, il faut oser se réapproprier ces espaces.

- Les 96 portraits-vidéos des délégués de 96 fédérations. Un travail énorme qui donne à voir, de manière très inédite, la richesse militante du Parti communiste.

- La sélection, pour la première fois depuis 1986 et l’affiche sur le charcutage électoral, de deux affiches produites par le PCF (Dugudus sur la COP 21 et Baillargeon sur l’austérité) pour la 12e triennale de l’affiche politique de Mons (Belgique).

Tous mes vœux de réussite à Pierre dans cette responsabilité un peu particulière mais très enthousiasmante.

2012

2012

2016

2016

2015

2015

2011

2011

2013

2013

2014

2014

Publié par injey06
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 11:47
Publié par injey06
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 11:34
Estrosi-Pradal: la mascarade!

Ce lundi 13 juin, monsieur Philippe Pradal vient d'être élu nouveau maire de Nice par 56 voix sur 69 conseillers. Tout au moins monsieur Pradal a le titre de maire, mais sans plus. Contraint par la loi de lâcher sa fonction de maire, Christian Estrosi a bien pris soin de ne laisser aucune ambiguïté sur qui décide. D'une part en évitant de désigner quelqu'un qui pourrait lui faire de l'ombre, exit donc Rudy Salles et Dominique Estrosi-Sassone. D'autre part en bordant le futur maire de telle manière que, sauf pour respirer, on ne voit pas qu'elle est sa marge de manœuvre. Pour que les choses soient claires pour tout le monde, nous avons eu droit à un interview dans Nice-Matin, du jeudi 2 juin, qui restera sans doute dans les annales.

Ainsi Christian Estrosi nous apprend que c'est Philippe Pradal qui lui « a demandé, parce que la loi l'autorise, d'occuper la fonction de premier adjoint » . Mais encore, que le Président du groupe de la majorité municipale, Pierre Paul Léonelli, «lui a proposé de lui succéder dans cette fonction (de Président du groupe). Christian Estrosi est un homme heureux, à peine quitte t-il une responsabilité que ses amis se précipitent pour lui proposer d'occuper les leurs. Quel jolie conte de fée !

Pour Christian Estrosi, si Philippe Pradal « est un homme d'une loyauté exceptionnelle », il prend quand même bien soin de le cerner au maximum.

Et pour que les choses soient bien précises, à la question des journalistes « En tant que premier adjoint quel sera votre rôle ? », réponse : « Il faut regarder les choses dans leur globalité. Je conserve la présidence de la Métropole. Cela représente 80 % de l'action menée par la collectivité de Nice ».

Les journalistes veulent en savoir plus en lui demandant quelles seront ses délégations municipales, là, la réponse se suffit à elle même : « Les finances, les travaux, les ressources humaines donc le personnel, les transports, la sécurité, donc la police municipale. Je pense à peser avec la même énergie....bien soutenu par le président de la Région. ». Fin de la mascarade, Philippe Pradal, maire de Nice, aura sans doute comme seule fonction de déposer les gerbes !

Il est assez surprenant que Philippe Pradal, homme affable et compétent, se laisse embarquer dans cette mise sous tutelle.

La leçon que l'on peut tirer de ce spectacle, assez pitoyable, c'est que la législation actuelle sur le cumul des mandats est ridicule. Elle ne prend pas en compte l'intercommunalité (ici la Métropole) qui aujourd'hui est le véritable lieu de décision et elle permet un détournement assez ubuesque (le maire qui devient premier adjoint). Vivement une 6e République….

Robert Injey

Publié par injey06
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 14:30
Le scandale des fans zones... et du reste!

Pendant la période de l'Euro les villes organisatrices donnent quasiment les clés de leurs villes à l'UEFA. La raison de cet abandon: permettre à l'UEFA d'engranger un maximum de royalties. Les révélations sur la FIFA, sur Blatter et les autres, ont mis en évidence un système mafieux. Malheureusement en actant les conventions imposées par l'UEFA, nos villes ne se rendent-elles pas complices d'un tel système?

Pour en juger, ci-dessous, l'extrait du conseil municipal de Nice du 11 décembre 2009 décortiquant le contrat qu'a du acter la ville de Nice pour postuler au titre de ville hôte.

Le scandale des fans zones... et du reste!
Le scandale des fans zones... et du reste!
Le scandale des fans zones... et du reste!
Publié par injey06
commenter cet article
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 06:25
Un appel du 37e congrès du Parti Communiste Français

En 2012, nous avons entendu "mon ennemi c'est la finance".

En 2016, après la loi Macron 1, le CICE, etc... la loi El Khomri protège les plus plus riches et précarise les jeunes, les employé-e-s, les ouvrières, les ouvriers dans le monde du travail. Nous refusons cette logique. Nous voulons le retrait de la loi El Khomri et écrire un nouveau code du travail plus favorable aux ouvrières et ouvriers, employé-e-s, aux entrepreneurs, à celles et ceux qui produisent par leur travail de la richesse.

Depuis des semaines les mobilisations s'élargissent touchant des pans entiers de notre économie.

Les motivations de cette mobilisation sont claires.

►Si la loi passe, la hiérarchie des normes serait renversée. Pour abaisser les droits et protections des salarié-e-s, l'accord d'entreprise prévaudrait sur le Code du travail.

►Si la loi passe, les licenciements seraient facilités.

►Si la loi passe, le patronat pourra faire approuver un accord par référendum en contournant les délégué-e-s syndicaux. Bel outil pour le chantage à l’emploi.

►Si la loi passe, le taux des heures supplémentaires pourrait être réduit, vos dates de vacances déplacées, vos journées de deuil familial refusées, la visite médicale d'embauche remplacée par une visite d'information, les temps d'astreinte décomptés des temps de repos…

Face à cette mobilisation, le gouvernement et le patronat usent de la provocation et de la surenchère.

Non, Monsieur le premier Ministre, ce ne sont pas les syndiqué-e-s qui sont minoritaires et qui veulent tordre l'intérêt général ». C'est votre gouvernement et ce qui reste de votre majorité parlementaire qui sont minoritaires :

►Minoritaire chez les syndicalistes, puisque 4 centrales syndicales, la CGT, FO, la FSU et Solidaires sont opposées à la loi Travail.

►Minoritaire chez les jeunes, qui devaient être la priorité du mandat présidentiel, puisque les grandes organisations dont l'UNEF, la JOC et la JC sont mobilisées dans les facs et les lycées, dans les rues et sur les places.

►Minoritaire dans l'opinion. Après le million de signatures dépassé pour le retrait de la loi El-Khomri, depuis un mois, les sondages donnent plus de 70 % des Françaises et des Français opposé-e-s à la loi.

►Minoritaire même à l'Assemblée nationale puisque le gouvernement a choisi d'arrêter les débats et de passer la loi en force, en première lecture.

Face à ce rejet massif, le gouvernement, le patronat, la droite et son extrême font déferler un flot d'injures, de calomnies et de violences contre les acteurs du mouvement social. Cette stratégie grossière illustre l'enjeu qu'il y a derrière cette loi et vise, dans un moment déterminant, à ne plus parler de son contenu.

Nous ne tomberons pas dans ce piège et le Parti communiste, ses militant-e-s et ses élu-e-s sont :

► Déterminé-e-s, fort de la mobilisation qui s'amplifie, à soutenir et participer à toutes les initiatives jusqu'au retrait de la loi El-Khomri. Le Parti communiste français invite ses organisations départementales et locales à contribuer à faire du 14 juin, journée de grande manifestation nationale, une réussite.

► Déterminé-e-s, les parlementaires du Front de gauche poursuivront le combat . Ils ont déposé, avec des parlementaires socialistes et écologistes une proposition de loi Travail alternative . Ils seront à l'initiative d'une motion de censure de gauche si le gouvernement utilise de nouveau le 49.3.

►Déterminés, nous demandons des comptes au patronat sur l'utilisation des 40 milliards d'euros du CICE.

► Déterminé-e-s, nous proposons une alternative aux logiques libérales du gouvernement :

● d'écrire un code du travail du 21e siècle qui permette de contester la mainmise des actionnaires et de la rentabilité financière sur les entreprises.

● d'augmenter les salaires et baisser le temps de travail à 32 heures par semaine pour permettre la création de centaines de milliers d’emplois.

● de créer une sécurité d’emploi et de formation garantissant à tout salarié la possibilité d’alterner périodes d’emploi et de formation sans passer par la case chômage.

● de prendre le contrôle du crédit bancaire, de l’argent public donné aux entreprises pour financer des programmes de créations d’emplois et de formations qualifiantes, de recherche et d’innovation.

● de donner aux salariés des droits et pouvoirs nouveaux d’intervention dans les choix des entreprises.

● de réformer le financement de la protection sociale, de financer le développement de la formation professionnelle.

Aubervilliers/ St Denis le 2 juin 2016

Publié par injey06
commenter cet article